Skip to navigation – Site map

Christiane Oger, Le façonnage des élites de la République. Culture générale et haute fonction publique

Igor Martinache
Le façonnage des élites de la République
Christiane Oger, Le façonnage des élites de la République. Culture générale et haute fonction publique, Les Presses de Sciences Po, series: « Fait politique », 2008, 306 p., EAN : 9782724610826.
Top of page

Full text

  • 1 Cf Laurence Albert, « Fonction publique : les épreuves de culture générale dans le collimateur », L (...)
  • 2 Maître de conférences en sciences de l'information et de la communication à l'Université Paris 13 - (...)
  • 3 La noblesse d'Etat. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Minuit, 1989
  • 4 Selon la fameuse définition proposée par l'anthropologue britannique Edward B. Tylor dans Primitive (...)

1Alors qu'André Santini, secrétaire d'Etat à la Fonction publique, a récemment fait part de sa (?) volonté de voir disparaître les épreuves de culture générale des concours administratifs -avec des arguments aux résonances étonnamment « bourdieusienne »1, il paraît opportun de se pencher sur le contenu de ces dernières. C'est ce que propose Claire Oger 2 dans cet ouvrage issu de sa thèse en sciences de l'information et de la communication, ou presque. Ce n'est en effet pas l'ensemble des concours de la Fonction publique, mais plus spécifiquement ceux visant à recruter (certaines de) ses « élites ». Dans la lignée des travaux sur les élites de l'Etat, tels que celui de Pierre Bourdieu 3, lle compare ainsi les concours d'entrée de trois institutions emblématiques : l'Ecole Nationale d'Administration (ENA), l'Ecole de Guerre (EG) et l'Ecole Nationale de la Magistrature (ENM) afin d'y déceler les similitudes, mais aussi les différences, en matière d'attentes culturelles. Il faut entendre la notion de « culture » dans son sens anthropologique -qui va bien au-delà d'un simple ensemble de références communes, une culture « cultivée » - à savoir « ce tout complexe qui comprend la connaissance, les croyances, l'art, la morale, le droit, les coutumes et les autres capacités ou habitudes acquises par l'homme en tant que membre de la société » 4. Autrement dit cet « esprit de corps », souvent décrié et parfois (auto-)célébré, qui assure une puissante solidarité transgénérationnelle entre les membres de ces différentes composantes de la « haute » fonction publique. Claire Oger s'est donc penchée sur les différentes épreuves, écrites et orales, aux concours d'entrée de ces trois écoles qui correspondent explicitement ou non à la définition floue de « culture générale ». Son questionnement s'est structuré autour de trois axes : les liens éventuels entre les méthodes préconisées et les pratiques professionnelles des futurs lauréats ; les disciplines universitaires mises en avant dans ces épreuves et les qualités attendues par les jurys, permettant de dresser un portrait-robot du candidat « modèle » pour chacun des concours. Chacun de ces thèmes constitue la trame d'une des trois grandes parties entre lesquelles se découpe l'ouvrage.

2Quant à la méthode employée, il s'agit d'une analyse de corpus, en l'occurrence les rapports annuels des jurys ainsi que les meilleures copies quand elles sont données en exemple par ces derniers, eux-mêmes éclairés par une recherche bibliographique approfondie autour de ces trois concours. On peut regretter l'absence d'entretiens avec des membres des dits jurys, passés ou présents, ou avec des candidats lauréats ou recalés, qui auraient apporté un indéniable supplément à la compréhension de ce corpus, mais il ne faut pas oublier que l'auteur ne s'inscrit pas dans le champ disciplinaire de la sociologie mais dans celui des sciences de l'information et de la communication.

  • 5 Relativement aux attentes du jury s'entend

3La première partie est donc consacrée aux méthodes préconisées dans chacune des épreuves. Loin de constituer des p(l)ages de liberté offerte aux libres divagations de la réflexion des candidats, les épreuves de culture générale sont en réalité chaque fois extrêmement normées dans leur organisation. S'agissant de l'Ecole de guerre tout d'abord, Claire Oger montre que la méthode de raisonnement tactique (MRT) que le futur officier aura pleinement incorporée doit déjà se retrouver dans l'organisation du plan de sa copie. Celle-ci est ainsi censée passer en revue les différentes solutions envisagées au problème posé par l'énoncé puis en proposer une évaluation à travers la confrontation des avantages et inconvénients de chacune ; le tout devant justifier l'adoption initiale d'une idée maîtresse clairement exposée en tête de rédaction. Il s'agit en fait pour les candidats de trouver un équilibre subtil entre deux exigences a priori contradictoires : prendre clairement parti tout en restant « objectif ». Soit précisément la contradiction à laquelle sera continuellement confronté l'officier supérieur qu'il prétend devenir. Les aspirants énarques doivent pour leur part faire montre d'un véritable sens du balancement, autrement dit être capable de refroidir des sujets trop « brûlants », tout cela dans le cadre d'un plan méthodiquement ordonné. Les « meilleurs » 5 candidats sont ainsi passés maîtres dans l'art de passer de la « doxa » -l'opinion la plus couramment entendue sur le sujet proposé-, au soulèvement d'un paradoxe, puis d'un nouveau paradoxe, et ainsi de suite, sans pour autant sortir de la réserve qui sied à un aspirant haut-fonctionnaire. Quant à l'Ecole nationale de la magistrature, la dissertation qui y est attendue correspond sans surprise aux canons du raisonnement juridique, à savoir le développement d'un syllogisme analogue à ceux que l'on peut entendre au cours des audiences. La définition des termes du sujet fait ainsi notamment l'objet d'une attention toute particulière, que ce soit dans sa version « en compréhension » (via plusieurs reformulations du sujet) ou « en extension » (à travers l'exploration des champs lexicaux associés). Là encore, le plan en deux parties est de mise pour effectuer « la mise en ordre un réel confus » (p.96).

  • 6 Un discours de sens commun -paradoxal pour des jurés qui pourfendent ce dernier dans leurs rapports (...)
  • 7 Sorte de connivence avec la culture censée s'acquérir par une fréquentation assidue des livres, mai (...)

4Claire Oger met ensuite à jour les disciplines académiques implicitement valorisées par chacun de ces concours au sein des épreuves de culture générale, ce qui enseigne selon elle sur la forme d'autorité que promeut chacune des institutions concernées. Histoire et géopolitique sont ainsi mises à l'honneur dans le cas de l'Ecole de guerre, dont les rapports de jurys expriment avec une certaine récurrence un certain déclinisme, notamment lorsqu'y est déploré une supposée préférence des candidats pour les médias audiovisuels qui les aurait détourné de lectures plus « profondes »... Pour ces jurés, aucun doute : le niveau baisse 6 ce qu'ils imputent à la massification de l'enseignement secondaire et à la « crise de l'université ». Un constat constant depuis... les années 1970 ! Les citations sont enfin éminemment valorisées pour autant qu'elles n'apparaissent pas trop artificielles. Reste que, nouveau paradoxe, en ne proposant aucune indication bibliographique aux candidats, les jurys favorisent implicitement l'exercice d'une « autorité polyphonique » que les sophistes faisaient déjà mine de déployer un « raisonnement par autorité » (sur cette distinction, cf p.133-134). Une contradiction que l'on retrouve dans les concours de l'ENA, où les jurys attendent des citations tout en blâmant leur excès, signe à leurs yeux de « bachotage ». Si l'histoire est ici aussi privilégiée, les médias ne font cependant l'objet d'aucun dédain et sont même au contraire valorisés avec la présence notamment de certains de leurs représentants au sein des jurys. L'ENM se distingue de cette prédominance de la « culture de l'écrit » 7, en accordant dans son concours une place importante aux « arts et lettres » ainsi qu'à la philosophie - à l'opposé de l'Ecole de guerre-, ce qui permet de ce fait le déploiement d'un véritable « raisonnement par autorité ». Mais c'est au-delà de ce premier constat, c'est une certaine vision desdites disciplines que Claire Oger croit distinguer. Ainsi dans les rapports de jurys de l'Ecole de guerre, la géopolitique se rapproche-t-elle souvent d'une certaine « psychologie des peuples », tandis que l'invocation de l'histoire tourne souvent en une célébration du « génie » français. A l'ENA, c'est sans surprise à propos de l'action publique, et des questions afférentes -telles que l'Etat, la nation ou la modernité-, dont il est attendu un questionnement approfondi de la part des candidats. Tandis que les postulants à la formation de magistrat doivent eux faire montre d'une interrogation sur la société en ce qu'elle constitue le cadre de leurs futures décisions. Ils se voient par-là invités à s'extraire dès à présent d'une culture trop « juridique ».

5Ces différences s'expliquent évidemment par la particularité des écoles en question, et en particulier par leurs histoires propres. C'est ainsi que Claire Oger s'attache ensuite à déceler plus particulièrement à déceler la présence des mémoires de ces institutions dans les discours de leurs jurys. Au-delà des « relents » de Troisième République forts présents dans la « mémoire discursive » de la noblesse d'Etat, elle s'efforce ainsi de montrer comment la conception de la culture développée par les examinateurs de l'ENA s'inscrit dans la lignée du projet porté par les Pères fondateurs de l'école à la Libération, tandis que l'ENM, née sous ce nom en 1970 après plusieurs péripéties, continue pour sa part de porter l'héritage des contestations sociales de 1968, et en particulier de la « révolution judiciaire » qu'a représentée la fondation du Syndicat de la Magistrature en 1960 en venant rappeler la dimension éminemment politique de la fonction du juge.

  • 8 « Ce qui est appris par corps n'est pas quelque chose que l'on a, comme un savoir que l'on peut ten (...)
  • 9 La mise en scène de la vie quotidienne.Tome 1 : La présentation de soi, Paris, Minuit, 1973
  • 10 Il leur est en l'occurrence demandé de se conformer à la méthode tout en sachant s'en distancier, c (...)
  • 11 A ne pas confondre avec une « injonction contradictoire » où sont exigés simultanément deux comport (...)

6C'est enfin aux épreuves orales que l'auteure consacre la dernière partie. Celles-ci révèlent en effet les attentes en termes d'ethos incluant une hexis corporelle par laquelle les jurés peuvent plus sûrement qu'à l'écrit reconnaître les leurs 8. Non sans se référer à plusieurs reprises à Erving Goffman 9, l'auteure met ainsi en évidence les différents traits de la « déférence » dont doivent faire preuve les candidats lors du fameux grand oral de l'ENA - qui commence par leur tenue vestimentaire-, à côté d'une vivacité d'esprit et d'un certain « cran », mais aussi la différenciation des attentes en fonction du concours présenté (externe, interne ou « troisième concours » - créé en 1991 pour les candidats issus du secteur privé). L'épreuve orale, qui s'intitule de manière révélatrice « conversation » à l'ENM, s'apparente au contraire davantage à un véritable « dialogue socratique », où le candidat doit faire preuve de qualités d'écoute, mais aussi saisir la perche que s'efforcent de lui tendre le jury en vue d'instaurer un véritable débat contradictoire sur le modèle du procès. C'est davantage le rapport à l'altérité que le « cran » du candidat que celui-ci cherche ainsi à éprouver. Le même exercice n'ayant pas été possible concernant l'Ecole de guerre, faute de rapports sur l'épreuve d'entretien avant 1996, c'est encore dans les rapports des épreuves écrites que Claire Oger cherche à effectuer le même travail. Elle y décèle ainsi des attentes en matière de vigueur « musclée » du discours, de « cohésion » dans le déploiement du plan et enfin d'engagement dans un contexte de « doubles contraintes » assimilable à une « injonction paradoxale » 10 11

  • 12 Cf George Herbert Mead, L'esprit, le soi et la société, Paris, PUF, “Le lien social”, 2006 [1934]
  • 13 Cf Robert K. Merton, Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Plon, 1965
  • 14 Cf Armand Mattelart et Erik Neveu, Introduction aux Cultural Studies, Paris, La Découverte, coll. « (...)
  • 15 Pour un exemple concernant la socialisation "sur le tas" des fonctionnaires et autres employés char (...)
  • 16 Sur cette notion, cf Erving Goffman, Asiles. Etudes sur la condition sociale des malades mentaux, P (...)

7Si Claire Oger montre dans cet ouvrage en quoi l'analyse de discours peut contribuer à une sociologie des élites, et plus particulièrement de leur socialisation et de leurs différentes cultures de « corps », on peut cependant avancer que l'entreprise ne peut se suffire à elle-même. L'auteure le reconnaît en quelque sorte en conclusion, en remarquant le rôle essentiel joué par la projection des différentes formes d'altérité auxquels ces hauts-fonctionnaires auront affaire selon sa catégorie : ennemis, usagers ou justiciables. L'occasion de rappeler la place centrale que jouent la notion d' « autres significatifs » dans le processus de socialisation 12 qui sont tout à la fois les figures de l'altérité auxquels nous accordons une certaine importance, et qui commencent en fait le plus souvent par les membres du « groupe de référence » que l'on va imiter plus ou moins consciemment par désir de s'y intégrer 13. S'il nécessiterait d'être complété par une enquête ethnographique composée d'entretiens et/ou d'observation participante, qui permettrait en particulier de vérifier, conformément aux études de réception menées en sociologie de la culture 14, comment les impétrants se saisissent concrètement des attentes exprimées dans les rapports de jurys de ces concours, son travail présente cependant le mérite non négligeable de rappeler que cette entrée dans le « corps » -au double-sens du terme-, des membres de la « noblesse d'Etat » commence bien avant l'entrée dans les grandes écoles, mais se poursuit également bien après dans l'exercice de leurs fonctions en fonction des contraintes imposées par celle-ci 15 . Une manière de nuancer la vision répandue des grandes écoles comme des « institutions totales » 16, et surtout de rappeler une fois de plus à quel point l'égalité des chances présupposée par ces concours représente un véritable mythe auto-légitimant, pour les institutions comme ceux qu'elles contribuent à "façonner".

Top of page

Notes

1 Cf Laurence Albert, « Fonction publique : les épreuves de culture générale dans le collimateur », Les Echos, 16 décembre 2008

2 Maître de conférences en sciences de l'information et de la communication à l'Université Paris 13 - Paris-Nord ; docteure en sciences du langage ; membre du LabSic (Paris 13 ; membre associée du Céditec (Paris 12)

3 La noblesse d'Etat. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Minuit, 1989

4 Selon la fameuse définition proposée par l'anthropologue britannique Edward B. Tylor dans Primitive Culture. Researches into the Development of Mythology, Philosophy, Religion, Language, Art and Custom, Londres, Kessinger Publishing, 2006 [1871]

5 Relativement aux attentes du jury s'entend

6 Un discours de sens commun -paradoxal pour des jurés qui pourfendent ce dernier dans leurs rapports !-, tenace en dépit d'analyses qui le démentent - cf Christian Baudelot et Roger Establet, Le niveau monte, Paris, Le Seuil, 1989 ou plus récemment Eric Maurin, La nouvelle question scolaire, Seuil, 2007. Ce qui ne veut pas dire pour autant que le système éducatif ne présenterait aucune faille - mais les fronts seraient sans doute à ouvrir du côté des inégalités sociales, du « rattrapage » des élèves en « échec », et des méthodes pédagogiques - les trois questions étant largement liées - cf Stéphane Bonnéry, Comprendre l'échec scolaire, La Dispute, 2007, dont un compte-rendu est disponible à ce lien

7 Sorte de connivence avec la culture censée s'acquérir par une fréquentation assidue des livres, mais surtout transmise par une socialisation familiale « appropriée » - cf par exemple Pierre Bourdieu, op.cit., partie 1 : « Les formes scolaires de classification », pp.17-98

8 « Ce qui est appris par corps n'est pas quelque chose que l'on a, comme un savoir que l'on peut tenir devant soi, mais quelque chose que l'on est » - Pierre Bourdieu, Le sens pratique, Paris, Minuit, 1980, p.123  

9 La mise en scène de la vie quotidienne.Tome 1 : La présentation de soi, Paris, Minuit, 1973

10 Il leur est en l'occurrence demandé de se conformer à la méthode tout en sachant s'en distancier, ce qui revient finalement à l'avoir tellement incorporée qu'ils peuvent l'oublier

11 A ne pas confondre avec une « injonction contradictoire » où sont exigés simultanément deux comportements A et « non A » -cf p.279

12 Cf George Herbert Mead, L'esprit, le soi et la société, Paris, PUF, “Le lien social”, 2006 [1934]

13 Cf Robert K. Merton, Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Plon, 1965

14 Cf Armand Mattelart et Erik Neveu, Introduction aux Cultural Studies, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2003

15 Pour un exemple concernant la socialisation "sur le tas" des fonctionnaires et autres employés chargés de mettre en œuvre la politique d'immigration, cf Alexis Spire, Accueillir ou reconduire. Enquête sur les guichets de l'immigration, Paris, Liber/Raisons d'Agir, 2008

16 Sur cette notion, cf Erving Goffman, Asiles. Etudes sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Minuit, 1968

Top of page

References

Electronic reference

Igor Martinache, « Christiane Oger, Le façonnage des élites de la République. Culture générale et haute fonction publique », Lectures [Online], Reviews, 2008, Online since 20 December 2008, connection on 21 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/697

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page