Navigation – Plan du site

Pierre Macherey, La parole universitaire

Guillaume Lequien
La parole universitaire
Pierre Macherey, La parole universitaire, La Fabrique, 2011, 343 p., ISBN : 9782358720281.
Haut de page

Texte intégral

1Pierre Macherey nous propose ici une réflexion sur le discours universitaire qui prend appui sur un questionnement aussi bien philosophique que sociologique ou littéraire, fruit d’un séminaire de recherche qu’il a conduit en 2009-2010 dans son groupe d’études “La philosophie au sens large”.

2L’introduction dense de l’ouvrage pose les problèmes que rencontre tout questionnement sur l’Université. L’auteur nous met en garde contre deux approches : d’une part une approche philosophique idéalisante de l’Université que l’on chercherait à réduire à une essence intemporelle, à une idée d’”universalité” alors que l’Université s’est d’abord construite à partir d’une réalité sociale, la “corporation des maîtres” ; et d’autre part le discours banalisé sur l’Institution, sur le “système” critiqué de l’extérieur par refus de toute compromission. A ces deux approches réductrices, il convient d’opposer une perspective “ni tout à fait dedans ni tout à fait dehors” sur l’Université qui se laisse penser comme un espace complexe obéissant à des logiques différentes.

3Pierre Macherey montre que l’Université apparaît écartelée dans son histoire et dans son principe entre deux modèles d’apprentissage, celui des études générales évaluées par l’examen et celui de connaissances spécialisées permettant la présélection sociale sur concours, dualité qui préfigure le conflit entre l’Université actuelle et les grandes écoles. L’auteur constate de nos jours la restriction des études générales à de simples activités d’accompagnement de l’étudiant, et plaide pour la systématisation d’une formation générale et progressive qui précéderait toute formation spécialisée.

4Après cette introduction, l’étude de la parole universitaire va se distribuer en trois grandes séries d’études qui prennent chacune appui sur un type d’approche et de réflexion différents : il s’agira de donner la parole aux philosophes, aux sciences humaines et à la littérature .

5Dans la première série d’études, l’auteur analyse les discours de trois philosophes qui constatent chacun dans quel état se trouve l’Université où ils exercent et qui construisent leur propre idéal de ce qu’elle devrait devenir.

6Kant constate que l’Université allemande est alors divisée en une Faculté inférieure consacrée à l’étude désintéressée de la vérité, et en 3 Facultés supérieures (théologie, droit, médecine) soumises à l’autorité de l’Etat. Face à cette réalité, Kant préconise que la Faculté dite “inférieure” de philosophie exerce un contrôle intellectuel sur tous les autres savoirs, sans pourtant se reconnaître le moindre engagement pratique.

7Hegel valorise quant à lui “l’Université du centre” tirant sa légitimité de l’Etat prussien, estimant que l’esprit allemand est devenu le gardien de la pensée et que la philosophie devrait être enseignée comme une science.. Il condamne le relativisme sceptique issu de Kant qui rejette toute connaissance métaphysique au profit de la simple connaissance du monde phénoménal.

8Heidegger dénonce entre 1933 et 1937 le fait que la science ait dégénéré en une activité pragmatique et diversissante au lieu d’un réel engagement intellectuel ; il promeut au contraire un “service du savoir”, analogue au service militaire, et dont la mission spirituelle serait de “guider” le peuple en prêtant allégeance au “Guide” politique (le “Führer”).

9Pierre Macherey souligne que les philosophes sont prisonniers d’un point de vue intérieur et naïf sur l’Université. Dans la deuxième série d’études, il analyse le discours critique opéré par les sciences humaines.

10Du côté de la psychanalyse, Lacan analyse en 1969-1970 le passage du discours du Maître (reposant sur l’autorité personnelle et aristocratique de son détenteur) au discours universitaire qui se présente comme un pur savoir universel et objectif, démocratiquement transmissible, reposant sur une autorité impersonnelle qui n’assume pas de parler en son nom propre et se réclame d’une objectivité truquée, reconstruire à partir de critères invisibles et incontrôlables.

11Du côté de la sociologie, Bourdieu et Passeron montrent que le discours universitaire participe à la reproduction de l’ordre social en excluant ceux qui ne le maîtrisent pas, selon les trois paradigmes de la neutralité, l’autorité et la littérarité. L’école feint de faire abstraction de l’héritage social des élèves et inculque un idiome autonome d’idées par une rhétorique de la neutralité. Le discours universitaire tire sa légitimité d’un pouvoir de violence symbolique arbitraire qu’il dissimule dans une “langue de bois” qui routinise l’oeuvre originale des auteurs réduite à un “classique” formaté et mémorisable.

12Dans la troisième série d’études, c’est au tour de la littérature de nous présenter sa propre représentation, imaginaire, de l’Université, à travers une sélection de quatre oeuvres.

13Rabelais décrit dans son Gargantua l’utopie délibérément irréaliste de l’abbaye de Thélème, conçue comme un espace sans clôtures, où chacun apprend sans maître, mais selon son bon vouloir, cultivant à égalité le corps et l’esprit, sur fond d’émulation collective.

14Hermann Hesse imagine quant à lui dans Le jeu des perles de verre que les castaliens pratiquent un jeu consistant à coordonner les sciences et les arts, en dissolvant la personnalité du joueur, au risque d’un excès d’intellectualité.

15Thomas Hardy décrit dans Jude l’obscur le désir d’ascension de Jude, ouvrier, qui est fasciné par l’image idyllique de l’université de Christminster, dont la dure réalité finira par l’exclue en provoquant sa déchéance.

16Vladimir Nabokov dans Pnine évoque un alter ego émigré aux Etats-Unis et désireux de s’intégrer dans l’université de Waindell, mais son sérieux et sa trop grande compétence n’ont pas leur place dans un milieu cynique qui cherche à maintenir les étudiants à un niveau de savoir limité sans jamais faire appel à leur curiosité.

17L’auteur conclut avec pessimisme sur les enjeux de la réforme de l’Université française et sur son avenir nettement compromis. Pierre Macherey aura ainsi accompli le double défi de s’arrêter tour à tour dans divers champs disciplinaires dotés de leur logique et de leurs limites propres tout en construisant par son parcours général une réflexion dense et continue sur l’idéal originaire et sur la réalité de l’Université.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Lequien, « Pierre Macherey, La parole universitaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 11 décembre 2011, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6981

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Lequien

Professeur certifié de philosophie

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page