Navigation – Plan du site

Miguel Benasayag et Angélique Del Rey, De l’engagement dans une époque obscure

Victor Royer
De l'engagement dans une époque obscure
Miguel Benasayag, Angélique Del Rey, De l'engagement dans une époque obscure, Le Pré saint Gervais, Le Passager Clandestin, 2011, 192 p., ISBN : 9782735113224.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Un premier livre est issu de leur collaboration : Miguel Benasayag & Angélique del Rey, Éloge du c (...)
  • 2  En 1993, Miguel Benasayag signe avec la collaboration de Dardo Scavino un ouvrage intitulé Pour un (...)

1Pour leur second ouvrage commun1, l’ancien guévariste, philosophe et psychanalyste Miguel Benasayag et la philosophe Angélique Del Rey développent une réflexion aux allures programmatiques autour du thème de l’engagement. Ces deux auteurs, actifs dans les réseaux de contestations contemporains en faveur d’une nouvelle radicalité2, questionnent la signification de l’engagement à travers une critique du néolibéralisme actuel et des formes de résistances classiques qu’on lui associe. L’objet de ce livre, ramassant en six parties les différents concepts essentiels à une vaste réflexion d’ensemble, est donc de défendre la position suivante : penser l’engagement autrement que sous sa forme classique est un défi réalisable. Bien entendu tout effort a un coût. Celui-ci est à la hauteur de l’enjeu qu’il contient, n’étant autre que de changer radicalement notre rapport au monde. Les conditions de cette possibilité s’inscrivent alors dans une conversion profonde du regard par la remise en cause de notre cosmologie contemporaine pour intégrer une vision qualifiée de « pensée organique » (p. 133). Défi de taille donc, qui ne peut aboutir sans un renouvellement de nos catégories conceptuelles pour évincer les fausses évidences ornant notre réalité.

  • 3  Formule d’une célèbre réplique dans le film l’An 01 (réalisé notamment par Alain Resnais et Jean R (...)

2Cette aspiration au « pas de côté »3 s’enracine dans le constat que l’utilitarisme généralisé de notre temps véhicule une illusion où l’homme est maître de son existence indépendamment de la pluralité des situations qu’il rencontre. Cette réalité construite autour d’une mythologie moderne de la toute puissance de l’ego est aux yeux des deux philosophes ce qui donne à notre époque moderne sa teinte obscure: l’efficace sociale de cette croyance factice rapportée à sa faible capacité de protection concrète des menaces pesant sur toute forme de vie (sa « valeur vitale » - le monde doit être pensé selon une ontologie organique), abandonne l’homme à une position de grande impuissance. De ce socle critique découle un ensemble de considérations connexes traduisant la nécessité de réorganiser notre connaissance du monde afin d’attribuer à la finalité de nos actions des motifs d’une autre nature. Dans cet ouvrage, les militants « classiques » d’aujourd’hui sont déplorés pour leur tristesse et leur pessimisme, sacrifiant leur présent dans la promesse d’un futur plus radieux mais bien trop peu réaliste. Décloisonner l’engagement nécessite d’y réintroduire « des moteurs « immanents » de l’agir et de ses raisons, sans machines à espoir »(p.18). C’est la « situation » que nous sommes invités à penser comme matrice de l’action, illustré notamment par l’empreinte deleuzienne du vocabulaire des deux auteurs: la vie (et donc les luttes en sa faveur) est  territorialisée dans les situations  au sens où ces dernières la composent et lui ouvrent un champ de possible. Ni primat de l’individu sur la formation sociale, ni vérité transcendantale, pour les deux penseurs il faut pouvoir concilier l’effort de désacralisation de la société avec l’idée que les changements significatifs concernant l’homme  échappent à sa volonté.

3L’engagement-recherche (par opposition à un engagement-transcendance) semble être une réponse alternative aux problèmes posés par le manque de clarté de notre époque. Cette posture cherche à appréhender le monde dans sa complexité avec pour motivation, non pas un idéal d’objectif contenu dans un programme échelonné, mais un accomplissement immédiat dans la situation donnée et en cohérence avec cette dernière. Il s’agit donc d’un pragmatisme où action et projet se coréalisent par et pour la situation, notre réalité ne prenant forme qu’en son sein. Ce point de vue illustre la « tendance organique » vers laquelle nous devons fléchir afin de contrecarrer le néolibéralisme et son « attitude constructiviste » d’artificialisation globale de la vie et du monde. Toutes les situations, définies par leur singularité et leur mouvement, sont marquées du sceau de l’époque qui les produit. Elles doivent devenir les « sujets de l’agir » pour que chaque homme expérimente les liens qui le constituent et puisse créer des « jurisprudences », c’est-à-dire de nouvelles possibilités de rapport au monde. Le problème suivant s’invite alors à la réflexion: comment faire lien entre toutes les luttes concrètes qui s’échafaudent au sein des différentes situations? Il ne faut pas chercher nous dit-on, dans le mirage d’une cohérence globale comme l’illustrerait une société de fin de l’Histoire. Bien au contraire, la lutte est dans ce livre présentée comme quelque chose de restreint et par essence incomplet vis-à-vis de l’ensemble de la société. Les  « minorités », qui selon Deleuze et Guattari « parlent à tout le monde sans avoir besoin de parler de tout le monde »(p.51), sont un exemple de vecteur d’universalité quand elles bénéficient de dimensions concrètes, c’est-à-dire d’une capacité à signifier un ici et maintenant. D’aucune manière, l’effort ne doit être tourné vers l’unification des luttes.

4La notion de pouvoir étant abordée dans ce livre, comme ce qui sépare un corps de sa puissance d’agir, il y a derrière celle de contre-pouvoir non pas l’idée d’un modèle de résistance comme marche à suivre mais plutôt l’élaboration d’une émancipation vis-à-vis des horizons admis pour toute situation. Cet engagement qualifié d’existentiel relève d’une véritable métaphysique où la tendance à un « moi fort » doit être renversé au profit d’un partage de dimensions et de sensibilités collectives, notamment dans l’importance des rapports pratiques que les communautés entretiennent avec tout type de vie. En traçant les grandes lignes de ce cadre ontologique, les deux philosophes rappellent qu’il est nécessaire de valoriser nos actes d’un certain optimiste sans fonder leur justification dans la raison de l’Histoire, donc du futur. Soyons volontaire mais épargnons-nous les calculs théoriques et les plaidoyers ambitieux. L’acte se résume à un pari puisqu’il n’offre ni garantie ni espoir. Les malheureux doivent alors s’acquitter de leur condition d’opprimés qui est essentialisée car la dénonciation d’un système d’exploitation s’ancre dans l’idée erronée que l’individu est un sujet autonome de l’agir. Or ce dernier n’est pas la bonne unité de mesure: si l’homme est réduit à la condition d’individu, c’est qu’il n’est plus co-créateur du monde, c’est qu’il est déjà trop « adapté » sous forme de capital humain par le refoulement de ses affects. Il faut dissiper la croyance en l’homme normal.

5Penser les bases d’une refonte de l’agir à notre époque nécessite d’admettre la conflictualité en réintégrant à notre cosmologie occidentale ce qui en a été évacué dans le passage historique à la modernité : le négatif. Sa voie de réintroduction ne saurait être une autre que la pensée organique selon le constat suivant: « La stabilité de tout système organique dépend du non-équilibre de ses parties. Le fonctionnement d’un système vivant implique une stabilité globale, mais un entretien du déséquilibre local » (p.135). Selon les deux auteurs, la pensée d’une complexité biologique (où sont différenciés trois modes d’être: agrégat ; organisme ; mixte) offre donc les possibilités d’un renouvellement de l’engagement dans sa forme et son contenu. La négativité doit être abordée au travers de la notion de conflit qui n’est autre que la forme organique de son intégration. Changer de regard suppose alors de désacraliser nos engagements sans pour autant perdre de sa radicalité.

6L’abord théorique de cet ouvrage contraste avec l’emprise très concrète des défis imposés par la réalité, même s’il tente d’en démasquer les pièges. Toujours est-il qu’on invite ici le lecteur à imaginer différemment les ressorts de ses actes. N’est-ce pas une des fonctions de la philosophie ?

Haut de page

Notes

1  Un premier livre est issu de leur collaboration : Miguel Benasayag & Angélique del Rey, Éloge du conflit, 2007, La Découverte

2  En 1993, Miguel Benasayag signe avec la collaboration de Dardo Scavino un ouvrage intitulé Pour une nouvelle radicalité aux Editions La Découverte.

3  Formule d’une célèbre réplique dans le film l’An 01 (réalisé notamment par Alain Resnais et Jean Rouch).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victor Royer, « Miguel Benasayag et Angélique Del Rey, De l’engagement dans une époque obscure », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 12 décembre 2011, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6984

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page