Navigation – Plan du site

« Féminismes islamiques », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 128, 2011

Belkacem Benzenine
Féminismes islamiques
« Féminismes islamiques », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 128, 2011, 315 p., Presses universitaires de Provence, EAN : 9782853997683.
Haut de page

Texte intégral

1Comme le montre Stéphanie Latte Abdallah dans l’éditorial de ce numéro, « le terme féminisme islamique a été toujours malmené de toutes parts ». Le choix du pluriel, Les féminismes islamiques dans cette livraison de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (REMMM), fait référence aux différents courants qui caractérisent les revendications féminines dans les pays musulmans.

2Ainsi, les différentes contributions de ce numéro apportent un éclairage nouveau sur les questions qui animent le débat actuel autour de la condition des femmes dans les pays musulmans. Les auteurs se font largement écho des questions comme le voile, le travail féminin dans la société, les fonctions religieuses des femmes, l’engagement et le militantisme des femmes…

3Pour Margot Badran, spécialiste renommée des questions féminines dans le monde arabe, les différentes conférences et controverses autour du féminisme islamique montrent le dynamisme qui marque ce mouvement. Selon l’auteure, la grande réussite portée par les féministes (laïques et islamiques) est due à des politiques ingénieuses impliquant les femmes, la société civile et l’État, comme c’est le cas pour la réforme de la mudawwana (code de la famille) au Maroc.

4Dans sa contribution sur « La militance religieuse des étudiantes musulmanes descendantes de parents originaires du Maghreb », Rania Hanafi souligne l’importance du « retour du religieux » chez les jeunes musulmans de France. Dans un pays où la religion est considérée comme une affaire privée, le questionnement identitaire s’impose. L’auteure met l’accent dans son enquête sur le double problème identitaire que les filles issues de la migration affrontent : l’histoire migratoire des parents et les stratégies d’intégration dans le pays d’accueil. Ce qui est important pour les étudiantes enquêtées, c’est le processus de construction d’un nouveau parcours caractérisé par un attachement au religieux et une volonté de « participer à la course aux biens et aux statuts de la société ».

5Sur le voile en Tunisie, Maryam Ben Salem met en lumière la manière dont les filles voilées et non voilées appréhendent le port du voile. Selon l’échantillon de l’enquête, le voile n’est pas toujours une question de traditionalisme, d’obéissance ou de soumission. Le voilement chez de nombreuses filles tunisiennes est un choix individuel. Entre voilement et religiosité, l’auteure apporte des nuances. Elle distingue une partie des filles qui portent le voile parce qu’elles croient en son obligation religieuse et une autre partie des filles qui se trouvent obligées de le porter comme étant une forme de protection de l’agression dans la rue. Toutefois, le voile est, conclut l’auteure, « tour à tour signe de piété, outil de séduction, moyen de protection, source de résistance au gré des expériences individuelles, des interactions sociales et des apprentissages » (p. 76).

6Sur le rôle des femmes musulmanes dans le sud Liban, leur engagement et leur discours, Kinda Chaib évoque les problèmes qui se posent à leur condition en tant que femmes, mères et veuves des martyrs. Le travail des femmes et leur engagement ne peuvent être séparés de l’histoire douloureuse du sud du Liban. Dominées par la communauté chiite et contrôlées par la forte présence du parti Hezbollah, les femmes trouvent dans le sud du Liban dans les deux composantes : communauté et parti, un refuge. L’enquête met en exergue les formes de mobilisation et de solidarité qui se sont créées chez les femmes du sud du Liban pour faire face à la situation de guerre. Le travail des femmes est intimement mêlé à des activités culturelles, à la transmission et au soutien aux combattants. Mais au-delà des relations de sexe pendant la guerre, les entretiens de l’auteure posent d’autres questions, mais qui ne sont évoquées que de façon allusive comme les rapports sociaux de genre.

7Deux articles s’intéressent à l’évolution du champ religieux dans les sociétés musulmanes et le degré de l’implication des femmes dans ce champ, l’un sur le Maroc, le second sur l’Indonésie, permettant d’analyser les « nouvelles questions religieuses et intellectuelles » en islam. Karima Dirèche étudie la place des femmes dans le changement résultant de la réforme du champ religieux au Maroc. La fonction de murchidat diniyat (littéralement guides religieuses) exercée au Maroc depuis 2005, est une forme de professionnalisme et de modernisation du champ religieux. « Avec les murchidat, écrit K. Dirèche, c’est l’univers religieux – considéré jusque là, comme un espace exclusivement masculin – qui commence à être investi » (p.101). L’exercice de la prédication religieuse officiellement par des femmes, c'est-à-dire sous l’égide de l’État, témoigne d’une grande transformation des rapports de genres tant dans le champ religieux que dans le champ social. Toutefois, ces femmes, n’ayant pas le droit de mener des prières, ne peuvent prendre le titre d’imam. C’est dire que l’accès des femmes aux fonctions religieuses, bien qu’il semble révolutionnaire (au moins par rapport à d’autres pays où la condition des femmes est encore plus déplorable) n’est pas significatif de l’égalité « entière » entre les sexes.

8L’étude d’Andrée Feillard et de Pieternella van Doorn-Harder, concerne l’Indonésie et s’intéresse au militantisme féminin dans le courant traditionnaliste et ce autour des questions comme le voile, la polygamie, la violence contre les femmes et les libertés individuelles. Bien que de caractère traditionnaliste, le mouvement féministe en Indonésie se confronte aux institutions religieuses officielles qui maintiennent leur contrôle sur la société. L’évolution du mouvement féministe islamique en Indonésie montre que le pays n’est pas à l’abri des changements profonds qui marquent l’implication des femmes dans la vie sociale et dans l’enseignement dans les universités islamiques de l’État.

9Dans une autre perspective, liée au militantisme féminin, l’article de Islah Jad retrace le rôle et la place des femmes dans le mouvement islamiste Hamas. Ce que l’auteure appelle l’« idéologie du genre de Hamas » consiste dans la conception de la nouvelle femme islamique. À travers le département de l’Action des Femmes, le Hamas intègre les palestiniennes dans ses organes politiques afin de consolider ses bases et faire face aux mouvements laïques.  

10Sur l’émergence des mouvements féministes au Kuwait et ses engagements en Jordanie, les articles de Haya Al-Mughni et Stépahnie Latte Abdallah soulignent la mobilisation des femmes dans la lutte pour l’égalité dans des pays où les islamistes exercent une influence considérable dans la vie politique et sociale. Au Kuwait, c’est dans la sphère publique que le combat des femmes musulmanes a gagné du terrain. Un combat qui a abouti à l’obtention du droit de vote et de l’éligibilité des femmes. Sur le plan social, le recours au principe de l’ijtihad (comme c’est le cas dans tous les mouvements qui se réclament de la référence islamique) montre le recours des femmes à la charia pour obtenir leurs droits sociaux. Quant à la Jordanie, le militantisme des femmes dans l’Association des Sœurs Musulmanes et dans le Front d’Action Islamique témoigne de l’enchevêtrement des sphères familiale et politique dans l’engagement féminin, mais aussi d’une hybridation des revendications féministes selon les nouveaux paradigmes qui caractérisent l’islam politique en Jordanie.    

11Enfin, l’article de Fatemeh Sadeghi sur le mouvement féminin en Iran postrévolutionnaire montre comment la condition féminine en Iran a transformé les rapports des féministes islamiques et laïques.

12En somme, l’intérêt de ce numéro est double, d’une part il évoque les formes d’engagement et de mobilisation des femmes qui se revendiquent de l’islam et d’autre part aborde, les convergences et les divergences entre les différentes formes de militantisme des féminismes islamiques dans les pays musulmans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Belkacem Benzenine, « « Féminismes islamiques », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 128, 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 11 décembre 2011, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6985

Haut de page

Rédacteur

Belkacem Benzenine

Chercheur au Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle, Oran, Algérie

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page