Navigation – Plan du site

Etienne Rodin, L’horreur managériale

Olivier Cléach
L'horreur managériale
Etienne Rodin, L'horreur managériale, L'Échappée, coll. « Pour en finir avec », 2011, 128 p., ISBN : 9782915830606.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est une édition revue et augmentée d’un livre paru en 2007 sous le titre Produisez, Consentez ! Critique de l’idéologie managériale. Il n’est ni un manuel pour managers (c’est un livre relativement critique qui ne propose pas de recettes toutes faites), ni un livre académique (il manquerait alors des références bibliographiques incontournables) ; c’est un pamphlet qui ambitionne de dénoncer l’idéologie et la logique managériales à l’œuvre dans les organisations. Il s’adresse en particulier à « … celles et ceux qui jamais ne remettent en cause l’idéologie associée à leur fonction. Et qui, par conséquent, fonctionnent en soldats zélés du profit pour le profit, de l’efficience et d’une forme de médiocrité productiviste qui surestime la quantité. En revanche, je plains les managers qui, soumis à un effet de système, n’ont d’autres issues que d’appliquer des principes qu’ils jugent réducteurs, sinon ridicules, en toute lucidité. Ou de changer de travail. » (p.30).

  • 1  Forrester, V., L’horreur économique, Paris, Fayard, 1996.
  • 2  Qui n’est pas sans rappeler celui des bonimenteurs des marchés d’antan ou des fêtes foraines. Est- (...)

2Après l’horreur économique1 (économisme), voici donc l’horreur managériale (managérialisme). Pour poser ce réquisitoire, l’auteur choisit (consciemment ou non) d’adopter le langage du management2, de mobiliser toutes les idées préconçues, tous les modèles prêts-à-porter et phrases toutes faites, les slogans qui traversent ce monde, certainement pour mieux les déconstruire.

  • 3  Cf. le 4ème de couverture. Le lecteur ne sait pas de quoi cet ouvrage est le produit, ni l’inscrip (...)
  • 4  « Dès lors, le management prend possession des fors intérieurs afin de les orienter vers l’impérat (...)

3Après d’autres, Étienne Rodin dresse un diagnostic assez juste du monde du travail (plutôt figuré par la grande entreprise néolibérale) et du système de domination mis en œuvre par les dirigeants, les gestionnaires et autres experts, monde et système qu’il semble bien connaître comme « sociologue consultant pour des entreprises et des institutions3 » (sans nous en dire plus à ce sujet). Il dénonce ainsi pêle-mêle: l’organisation de moins en moins ressource et de plus en plus contrainte, l’emprise de la gestion économique (ce que d’autres – Weber et les tenants du RT 30 par exemple – appellent le processus de rationalisation ou de gestionnarisation de la société), gestion qui devient une fin en soi et non plus seulement un moyen, l’efficience et la performance comme guides de bonne gestion, les gourous-magiciens du management, un système de pensée (unique), les représentations véhiculées (comme la guerre économique réclamant son lot de sacrifiés), l’obsession du contrôle et la mise en œuvre des dispositifs qui le facilitent (la PNL, l’évaluation, le 360°, …), des intentions pas toujours louables, des volontés de changement permanent qui n’en sont pas vraiment, le règne de la rationalité instrumentale et de la peur, l’intérêt – économique – qui prime souvent sur la morale, l’instrumentalisation des émotions et l’encadrement des subjectivités4, les coûts humains que ce système génère, le management participatif (qui n’a de participatif que le nom), la presse managériale, etc. Bref, toutes les facettes du management qui est devenu une « force antisociale » (p.117), passent au tamis de la critique : le système de domination, l’idéologie, la logique d’action et les politiques, les stratégies mises en œuvre (organisées autour de trois maîtres mots : la peur, l’urgence, la fatalité), les finalités poursuivies (efficience, productivité, rendement, performance) et les acteurs (managers). Une des conclusions que le lecteur peut tirer de tout cela : méfiez-vous des apparences, elles sont souvent trompeuses : il peut y avoir un grand écart entre ce qui est dit et ce qui est fait…

  • 5  Malgré un style parfois ampoulé.

4Outre le fait qu’il soit bien écrit, relativement agréable à lire5, parfois humoristique, souvent cinglant, le principal intérêt à nos yeux de cet opuscule réside dans le fait qu’il condense en 121 pages la plupart des préjugés, des poncifs, des croyances, des pratiques, des modes gestionnaires, des dispositifs de gestion, etc. qui définissent le management et son « bras armé » (la gestion) et qui orientent leur action au quotidien avec les conséquences que l’on connaît... même si cela tourne, de temps en temps, à la caricature ou à la généralisation abusive. Le lecteur bénéficie ainsi d’un contour relativement complet de cette technologie sociale, des différentes facettes du management ou plutôt d’un certain management. Par contre, il dispose d’assez peu d’éléments sociologiques permettant de caractériser plus finement le groupe professionnel que semblent constituer ces « managers ». Ce qui donne une vision un peu trop homogène des hommes (et des femmes) qui exercent l’activité de management.

  • 6  Qui sont davantage le reflet des lectures de l’auteur que les travaux de référence du domaine évoq (...)
  • 7  Ceci est une allusion à la présentation de la collection « Pour en finir avec » en début d’ouvrage (...)

5Reste que pour mener à bien cette dénonciation, l’auteur s’approprie, utilise un certain nombre de résultats de recherches6, de conclusions (parfois ceux d’« universitaires de gauche »7) sans toujours citer les auteurs des travaux mobilisés et surtout, en éludant certains éléments essentiels de la démonstration ayant permis d’aboutir auxdits résultats et conclusions et permettant de comprendre la genèse et la logique des processus décrits. Mais peut-être que ces raccourcis sont inévitables dans ce genre d’opuscule ? Ce n’est que vers la fin de l’ouvrage que l’auteur nous livre un matériau un peu plus personnel (un extrait d’entretien avec un Contremaître), semblant renvoyer à une recherche qu’il aurait effectuée (nous n’avons pas d’indications à ce sujet si ce n’est un vague « Prenons un exemple… », p.108).

  • 8  Scott J., La domination et les arts de la résistance, Paris, Éditions d'Amsterdam, (1990) 2009 [tr (...)

6De plus, en 121 pages, l’auteur mobilise beaucoup de thématiques, d’idées, de concepts… ce qui a deux effets : le lecteur peut avoir une impression de saturation, de trop-plein par rapport à tous ces méfaits, à toutes ces dérives qui s’enchaînent (effet catalogue) et l’auteur est parfois contraint de survoler les choses, de simplement les évoquer sans en démonter les mécanismes, les processus qui les ont permises. Si la tendance à la toute-puissance managériale est bien dépeinte, il reste qu’on a une vision un peu tronquée de ceux qui sont à l’autre bout de la chaîne : les managés. Dans cette optique, une lecture complémentaire d’un ouvrage comme celui de J. Scott8, par exemple, s’avère indispensable pour rétablir la balance et replacer le phénomène étudié à sa juste place.

  • 9  Allusion à une série télévisée des années 80 mettant en scène l’univers « impitoyable » des marcha (...)

7En tout cas, il est sûr qu’à la fin, en reposant l’ouvrage, le lecteur qui n’est pas connaisseur de ces questions ne peut que dire : quelle horreur ! C’est Dallas9 puissance dix !

8On aurait aimé également que l’auteur nous en dise un peu plus sur sa position dans le système qu’il décrit, sur la manière dont lui aussi participe (participait ?) ou non, en tant que consultant, à faire vivre cette idéologie managériale qu’il dénonce: est-ce une critique qui vient de l’intérieur du système ou de l’extérieur, d’un observateur ? Qui dénonce : le sociologue ou le consultant ? Quelle est sa légitimité ? Bien sûr, dans tous les cas, il y a un intérêt, mais la prise de risque, le danger ne sont pas les mêmes. Bref, en écrivant ce pamphlet, l’auteur n’a-t-il pas scié la branche sur laquelle il était assis ?

9En lisant cet ouvrage, peut-on dire qu’on en a fini avec le management et ses dérives ? Je n’en suis pas sûr. Mais, c’est une pièce de plus à l’édifice de la connaissance de ce phénomène social.

Haut de page

Notes

1  Forrester, V., L’horreur économique, Paris, Fayard, 1996.

2  Qui n’est pas sans rappeler celui des bonimenteurs des marchés d’antan ou des fêtes foraines. Est-il besoin de souligner que ce livre n’est pas à lire au premier degré ?

3  Cf. le 4ème de couverture. Le lecteur ne sait pas de quoi cet ouvrage est le produit, ni l’inscription théorique de celui qui tient la plume (à part une référence appuyée à H. Mintzberg, l’auteur le plus cité) ; le lecteur doit supposer que cet essai est un témoignage élaboré à partir de l’expérience professionnelle de l’auteur.

4  « Dès lors, le management prend possession des fors intérieurs afin de les orienter vers l’impératif de travail et de productivité, double impératif auquel ils [les agents] doivent consentir pour mieux être enrôlés. » (souligné par l’auteur, p.22)

5  Malgré un style parfois ampoulé.

6  Qui sont davantage le reflet des lectures de l’auteur que les travaux de référence du domaine évoqué …

7  Ceci est une allusion à la présentation de la collection « Pour en finir avec » en début d’ouvrage : non, tous les universitaires, fussent-ils de gauche, ne « … dissimulent [pas] systématiquement les racines de l’oppression sous un vernis réformiste et misérabiliste. »

8  Scott J., La domination et les arts de la résistance, Paris, Éditions d'Amsterdam, (1990) 2009 [traduit de l’anglais par Olivier Ruchet]. Pour une présentation de cet ouvrage en lien avec la thématique, cf. http://rt30.free.fr/4_pages_RT_30/documents/n_4/note_lecture_ouvrage_Scott_complete.pdf

9  Allusion à une série télévisée des années 80 mettant en scène l’univers « impitoyable » des marchands de pétrole aux États-Unis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Cléach, « Etienne Rodin, L’horreur managériale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 11 décembre 2011, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/6987

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page