Navigation – Plan du site

Caroline Lensing-Hebben, Les Experts cathodiques. Chercheurs face à la tentation médiatique

Igor Martinache
Les Experts cathodiques
Caroline Lensing-Hebben, Les Experts cathodiques. Chercheurs face à la tentation médiatique, Le Bord de l'eau, coll. « Penser les médias », 2008, 272 p., EAN : 9782356870209.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf Emile Durkheim, Le suicide. Etude de sociologie, 1897, disponible en ligne sur le site des « Cla (...)
  • 2 sur le blog de Baptiste Coulmont, l'article "Sociologie des prénoms", créé le 13/09/2005
  • 3 Cf par exemple Michel Callon, « Eléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des (...)
  • 4 Cf Homo academicus, Paris, Minuit, 1984
  • 5 Cf Le prestige des professions et ses failles, Paris, Herman, 2008 recensé ici
  • 6 Sur cette distinction entre « champ » et « espace » appliquée au cas des mouvements sociaux, cf Lil (...)
  • 7 Cf Philippe Riutort, La communication politique, Paris, La Découverte, 2007

1Peu d'objets sont a priori insaisissables par les sciences sociales. Les faits sociaux sont partout, et englobent les actes a priori les plus libres, tels que le suicide 1, ou le choix du prénom 2. Au-delà même des relations humaines, de plus en plus de chercheurs se proposent d'analyser les rapports entre l'humain et son environnement 3. Et pourtant, il reste un irréductible objet qui résiste encore à l'envahisseur sociologue : les chercheurs en sciences sociales eux-mêmes ! Rares sont en effet les travaux consacrés à une réflexion - au double-sens du terme- sur le milieu académique. Pierre Bourdieu s'était certes attelé à ouvrir la boîte noire de l'Université il y a plus de vingt ans 4, tandis que plus récemment, Régine Bercot et Alexandre Mathieu-Fritz se sont -entre autres- penché sur l'image sociale du métier de sociologue 5. Ce déplacement du questionnement en deux décennies n'est pas tout à fait anodin, mais renvoie à la place grandissante d'un nouvel acteur dans la sphère des sciences sociales : le journalisme. A tel point qu'il semble difficile aujourd'hui de parler d'un « champ académique » au sens bourdieusien du concept, et qu'il vaudrait mieux parler d' « espace » pour souligner l'imparfaite autonomie de ce dernier 6, de même qu'il semble impossible aujourd'hui de penser l'action publique indépendamment de la communication 7. Autrement dit, les chercheuses et chercheurs en sciences sociales ne peuvent plus aujourd'hui totalement se désintéresser de l'activité médiatique, pour le meilleur et pour le pire. En témoigne l'impossible neutralité dont elles et ils témoignent à l'égard du traitement journalistique de leurs objets.

  • 8 Une appartenance institutionnelle qui est loin d'être neutre dans cette affaire comme nous le verro (...)
  • 9 L'échantillon ne comporte ainsi que 4 femmes et aucun « jeune »

2C'est précisément à ce rapport entre chercheurs et sphère médiatique dans le cas français qu'est consacrée cet ouvrage de Caroline Lensing-Hebben, lui-même tiré d'un mémoire de Master 2 réalisé en 2006 à l'Institut d'études politiques de Paris 8. C'est plus précisément les perceptions des chercheurs que l'auteure a cherché à recueillir pour éclairer cette « exploitation » réciproque. Elle a ainsi réalisé 26 entretiens avec des chercheurs de diverses disciplines des sciences humaines et sociales jouissant d'une forte visibilité médiatique, ainsi que 8 autres avec des chercheurs se tenant- ou tenus ?- à l'écart des micros et caméras, malgré une forte notoriété académique. Faute d'être représentatif 9, ce travail a une prétention avant tout exploratoire, mais livre malgré tout quelques pistes éclairantes.

  • 10 Ainsi dans le cas de Gilles Kepel, la lecture « culturaliste » des violences dans le monde arabe se (...)
  • 11 Cf Loïc Blondiaux, La fabrique de l'opinion. Une histoire sociale des sondages, Paris, Seuil, 1998 (...)
  • 12 Qui, fait significatif, a d'ailleurs ouvert sa propre école de journalisme il y a quelques années. (...)
  • 13 Au sens qu'Howard Becker donne à cette notion, cf Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, P (...)
  • 14 « Un « expert sur l'écran », c'est aussi un signe extérieur de richesse » explique Jean-Luc Parodi (...)

3Avant de s'intéresser aux représentations des intéressés, Caroline Lensing-Hebben s'intéresse aux conditions d'entrée des chercheurs dans le « jeu » médiatique. Sans surprise, celles-ci sont multiples : importe ainsi en premier lieu l' « actualité » du sujet d'études du chercheur. L'exemple de Gilles Kepel, propulsé sur le devant de la scène par les attentats terroristes de 1995. Mais dans ce cas comme dans les autres, la proximité des thèses de l'auteur avec la « doxa » médiatique (autrement dit le fait qu'il partage leur « vision du monde ») ainsi que leur caractère « policé » semble non moins importantes pour expliquer la consécration médiatique d'un chercheur 10. Les chercheurs peuvent cependant eux-mêmes construire l'attractivité médiatique de leurs recherches. C'est ce que montre l'exemple des politologues, qui à la suite de René Rémond, sont parvenus à imposer progressivement la « science » des sondages électoraux 11. De même, l'appartenance institutionnelle n'est elle non plus pas sans influence : ainsi, Sciences-po Paris a-t-elle précocement promu la médiatisation de ses chercheurs en se dotant d'un service de presse, flairant sans doute les retombées que celle-ci pourrait avoir pour l'école 12. Enfin, devenir un « bon client » des journalistes implique aussi tout bonnement de répondre favorablement à leurs sollicitations, qui peuvent s'avérer très fréquentes. L'auteure s'emploie ensuite à déconstruire cette catégorie d'« expert » qui s'est faite une place à part entière sur les ondes. Car cette étiquette 13cache une pluralité de fonctions et de postures de la part de ceux qu'elle désigne. Gage d'objectivité et de vérité, mais aussi source de « valeur ajoutée » qui permet de se démarquer des concurrents 14 pour les médias qui ont recours à leurs services, son succès révèle également les évolutions profondes de la profession journalistique : la perte de compétences et le diktat de l'urgence. La première étant étroitement liée à une déspécialisation aboutit à ce que les journalistes téléphonent régulièrement les universitaires pour qu'ils les "recadrent", mais aussi parfois pour poser de simples questions factuelles. Michel Winock raconte ainsi avoir déjà été appelé afin de connaître la date de naissance de Napoléon... Bref, reste qu'en rassurant de cette manière les journalistes, les chercheurs cultivent une réelle dépendance à leur égard. Reste que nombre d'entre eux dénient cette qualité d'« experts » - synonyme notamment de spécialisation- en l'opposant à la figure spécifiquement française d' « intellectuels » par laquelle ils préfèrent justifier leur intervention dans les médias. Quoiqu'il en soit, un constat s'impose : le mélange des légitimités -chercheur, citoyen- reste un problème constant.

  • 15 « l'accès à la télévision a pour contrepartie une formidable censure, une perte d'autonomie liée, e (...)

4Autre manière de justifier sa médiatisation : la vulgarisation des travaux scientifiques. A ne pas confondre avec la diffusion dont elle n'est qu'une des trois modalités - avec la divulgation et la propagation. Il s'agit donc de présenter ses résultats de manière simplifiée, afin de les rendre accessibles au plus grand nombre. Une démarche qui fait l'objet d'une demande de plus en plus pressante de la part des journalistes - notamment depuis un colloque de 1969, à Nice, où ces derniers ont demandé la création de services de presse au sein des instituts de recherche-, mais aussi d'une suspicion plus ancienne encore de la part des chercheurs. En 1992, Daniel Kunth a ainsi rédigé un rapport sur la question commandité par le CNRS qui pointait notamment bien la contradiction au sein de cette institution entre un encouragement affiché auprès de ses membres à vulgariser leurs travaux et l'absence dans les faits « d'une vraie politique de culture scientifique » (p.129). Cependant, si les cultures médiatique et scientifique se sont longtemps tourné le dos, force est d'admettre qu'un rapprochement progressif est à l'œuvre depuis une quarantaine d'années. Le rapport aux médias des chercheurs doit cependant à ce stade être examiné plus en détail : les chercheurs ne sont tout d'abord pas considérés de manière indistincte par les journalistes ou animateurs, eux-mêmes empêtrés dans leurs contradictions. « Il est difficile d'imposer le spécialiste que l'on sait compétent s'il n'est pas médiatisé » résume un journaliste du Figaro. Et cette logique est de plus en plus prégnante à mesure qu'on se rapproche du centre du « feu de camp » médiatique pour emprunter la métaphore de Maurice Halbwachs. Comme pour les femmes et hommes politiques, « les grandes émissions ne consacrent que les consacrés » (p.129). Les médias eux-mêmes sont envisagés différemment par les chercheurs, et la télévision qui capte la plus grande audience, est aussi celle qui est envisagée avec le plus de méfiance. L'essai virulent que Pierre Bourdieu avait consacré à ce média sert ainsi de référence à bien des chercheurs pour critiquer l'impossibilité structurelle qu'il y aurait à y instaurer un réel débat 15. De même, intervenir sur telle ou telle chaîne n'est pas anodin, tout comme l'émission dans laquelle la chercheuse ou le chercheur se produira. Seule France Culture semble en fait trouver grâce aux yeux de la communauté scientifique, mais force est de reconnaître que la station de radio publique ne touche guère le « grand public ». Malgré ces fortes contraintes structurelles, de nombreux chercheurs acceptent malgré tout de répondre aux sollicitations, mais là encore, différents modes d'intervention sont à distinguer. Ceux-ci dépendent notamment du « marché » auquel s'adresse l'intellectuel producteur de discours scientifique, selon l'auteure, qui reprend la tripartition établie par François Bourricaud étayée par Raymond Boudon (p.173-176), allant d'un « marché de type I » où le « produit » du chercheur n'est soumis qu'aux regards de ses pairs, à un « marché de type III », bien plus élargi, où ceux-ci n'ont pas explicitement leur mot à dire, chacun comportant ses modes d'évaluation et de rémunération propres. Enfin, il ne faut pas négliger les effets en retour que la médiatisation exerce sur le travail de recherche. Outre le coût en termes de temps, et peut également conduire la chercheuse ou le chercheur à partir en quête d'informations pour devancer la demande journalistique. Cela installe de ce fait littéralement son travail dans « une autre temporalité » (p.176). Elle exige enfin de celle ou celui-ci l'acquisition de compétences spécifiques dont tous n'ont pas forcément conscience. L'objectif commun mais inavoué des chercheurs, médiatisés ou non, est finalement la reconnaissance. Ainsi écrit l'auteure en établissant un parallèle intéressant avec un autre champ de la création, « aucun des producteurs d'idées n'est, au fond, indifférent à l'accueil du public. Mais à la différence de Verdi qui abandonna la composition dès qu'il eut l'impression que sa musique cessa de plaire, ils ne peuvent guère l'avouer puisque officiellement leur objectif n'est pas de plaire mais de créer du savoir » (p.177).

  • 16 Essai sur le don, Paris, PUF, 2007 [1922]
  • 17 Cf Pierre Bourdieu, « Un acte désintéressé est-il possible ? », Raisons pratiques. Sur la théorie d (...)
  • 18 Sur cette question, cf dans des sphères sociales quelque peu distinctes les travaux de Lilian Mathi (...)
  • 19 On peut relever par exemple quelques petites coquilles patronymiques : E.Dallas pour le sociologue (...)
  • 20 Cf cet article de vulgarisation (...) de Nicolas Journet, « Quand l'Etat consulte les sociologues » (...)
  • 21 Cf Max Weber, Le savant et le politique, 1919, disponible en ligne sur le site des « Classiques des (...)

5Il apparaît donc essentiel ici d'interroger les raisons invoquées par ces agents pour justifier leur "course à la médiatisation", malgré l'anathème que jettent sur eux nombre de leurs pairs et plus largement les risques que cela peut induire sur l'évolution de leur carrière scientifique - et ce, malgré l'encouragement officiel du CNRS à vulgariser. Différents registres sont invoqués : ouvrir le « petit monde » de la recherche et tenter ce faisant de créer un débat trop souvent absent au sein de cette communauté dans le contexte français ; enrichir le discours journalistique ; s'engager dans la vie de la cité, etc. Mais les rétributions symboliques - et même matérielles- sont souvent loin d'être négligeables, certains étant par exemple rémunérés via l'établissement d'un contrat de pigiste. Sont ainsi posées deux problématiques connexes : celle de la possibilité même du désintéressement, déjà largement traitée, entre autres, par Marcel Mauss 16 ou Pierre Bourdieu 17, et celle du travail dénié que constitue bel et bien l'intervention médiatique 18. Au-delà des questions épistémologiques et des tensions entre fascination et destination, c'est la question peut-être plus profonde encore des transformations structurelles des deux professions en question - chercheur et journaliste -, et plus particulièrement de leur précarisation parallèle qui est posée en filigrane dans cet ouvrage. Caroline Lensing-Hebben la mentionne tout en reconnaissant n'avoir pas eu le temps de l'objectiver davantage. Et de la même manière, elle indique fréquemment les prolongements possibles de son travail. Des prolongements auxquels elle s'est sans doute depuis attaqués - il ne faut pas oublier en effet que cet ouvrage est le fruit d'un mémoire de Master 2 avec, là encore, toutes les contraintes, notamment en termes de temps, que cela implique 19. Un de ces prolongements possibles mérite sans doute particulièrement d'être approfondi : il concerne le rapport des chercheurs et journalistes aux femmes et hommes politiques. Ces derniers constitueraient en effet d'une certaine manière le côté manquant de ce qui ressemblerait davantage à un triangle d'interdépendance, comme semble en témoigner leur recours croissant à des « experts », et surtout son affichage 20. Il s'agit une fois encore pour lesdits responsables politiques de faire rejaillir sur leur action l'apparente neutralité du scientifique. Comme si cette dernière était devenue aujourd'hui l'une des principales ressources pour intervenir dans l'espace public. Si tel est bien le cas, la tension entre l'éthique de conviction du politique et l'éthique de responsabilité du savant est encore loin d'être résolue 21...

Haut de page

Notes

1 Cf Emile Durkheim, Le suicide. Etude de sociologie, 1897, disponible en ligne sur le site des « Classiques des sciences sociales » de l'Université du Quebec ; Christian Baudelot et Roger Establet, Suicide, l'envers de notre monde, Paris, Seuil, 2006

2 sur le blog de Baptiste Coulmont, l'article "Sociologie des prénoms", créé le 13/09/2005

3 Cf par exemple Michel Callon, « Eléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L'Année sociologique, 1986, p. 169-208 ou François Héran, « Vers une sociologie des relations avec la nature », Revue française de sociologie, 2007, vol.48-4, p.795-806

4 Cf Homo academicus, Paris, Minuit, 1984

5 Cf Le prestige des professions et ses failles, Paris, Herman, 2008 recensé ici

6 Sur cette distinction entre « champ » et « espace » appliquée au cas des mouvements sociaux, cf Lilian Mathieu, « L'espace des mouvements sociaux », Politix , n° 77, 2007, pp. 131-153

7 Cf Philippe Riutort, La communication politique, Paris, La Découverte, 2007

8 Une appartenance institutionnelle qui est loin d'être neutre dans cette affaire comme nous le verrons...

9 L'échantillon ne comporte ainsi que 4 femmes et aucun « jeune »

10 Ainsi dans le cas de Gilles Kepel, la lecture « culturaliste » des violences dans le monde arabe semble plus « médiatiquement correcte » que celle, plus « matérialiste » de François Burgat, qui, spécialisé dans les mêmes questions, mais apparemment plus « engagé », est tenu à l'écart par les journalistes (cf p.79 et suiv.)

11 Cf Loïc Blondiaux, La fabrique de l'opinion. Une histoire sociale des sondages, Paris, Seuil, 1998 ou Pierre Bourdieu, « L'opinion publique n'existe pas », Questions de sociologie, Paris, éditions de Minuit, 1984, pp. 222-235

12 Qui, fait significatif, a d'ailleurs ouvert sa propre école de journalisme il y a quelques années. Aujourd'hui, dans la course aux fonds encouragée par la LRU qui entre en vigueur ce 1er janvier, elle semble ainsi bénéficier de quelques longueurs d'avance... cf ce billet de Frédéric Sawicki sur son blog de Rue 89

13 Au sens qu'Howard Becker donne à cette notion, cf Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985 [1963]

14 « Un « expert sur l'écran », c'est aussi un signe extérieur de richesse » explique Jean-Luc Parodi (p.92)

15 « l'accès à la télévision a pour contrepartie une formidable censure, une perte d'autonomie liée, entre autres choses, au fait que le sujet est imposé, que les conditions de la communication sont imposées et, surtout, que la limitation du temps impose au discours des contraintes telles qu'il est peu probable que quelque chose puisse se dire », Sur la télévision, Paris, Liber-Raisons d'agir, 1996, p.13

16 Essai sur le don, Paris, PUF, 2007 [1922]

17 Cf Pierre Bourdieu, « Un acte désintéressé est-il possible ? », Raisons pratiques. Sur la théorie de l'action, Paris, Le Seuil, 1994, chap.5. Pour une critique claire - et vulgarisée !- des dérives de l'idéologie charité dans le rapport aux personnes étiquetées comme « pauvres », cf notamment Nicolas Duvoux et Serge Paugam, La régulation des pauvres, Paris, PUF, 2008, p.72 et suiv.

18 Sur cette question, cf dans des sphères sociales quelque peu distinctes les travaux de Lilian Mathieu, La condition prostituée, Paris, Textuel, 2007 ou, pour le cas du monde sportif, Sébastien Fleuriel, « Le travail dénié et les jeux olympiques : entre passions et intérêts», Sociétés contemporaines, n°63, 2006, pp.85-103 ou Sébastien Fleuriel et Manuel Schotté, Sportifs en danger. La condition des travailleurs sportifs, Bellecombe-en-Bauges, éd.du Croquant, 2008

19 On peut relever par exemple quelques petites coquilles patronymiques : E.Dallas pour le sociologue politique des médias Eric Darras, l'animateur Christophe Dechavanne soudainement annobli (de Chavanne), ou encore l'économiste René Passet devenu Passé,... De « petites perles » qui viennent d'une certaine manière involontairement appuyer la démonstration de l'auteure !

20 Cf cet article de vulgarisation (...) de Nicolas Journet, « Quand l'Etat consulte les sociologues », Sciences humaines, Hors-série n°25, juin-juillet 1999, disponible en ligne

21 Cf Max Weber, Le savant et le politique, 1919, disponible en ligne sur le site des « Classiques des sciences sociales » de l'Université du Québec à Chicoutimi

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Caroline Lensing-Hebben, Les Experts cathodiques. Chercheurs face à la tentation médiatique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 01 janvier 2009, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/700

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page