Navigation – Plan du site

Miléna Doytcheva, Le multiculturalisme

Brigitte Mortier
Le multiculturalisme
Milena Doytcheva, Le multiculturalisme, Paris, La Découverte, coll. « Repères-Sociologie », 2011, 128 p., 1ère éd. 2005, ISBN : 9782707169181.
Haut de page

Texte intégral

1Paru dans la collection Repères des Editions La Découverte, ce court ouvrage de Milena Doytcheva propose une synthèse en huit chapitres une synthèse des questions qui se posent à propos des sociétés multiculturelles et des politiques publiques associées avec, pour toile de fond, l’intégration des personnes étrangères même si, la notion de multiculturalisme ne peut être réduite à la seule idée d’extranéité. On trouvera recensés dans ce livre les enjeux pour la cohésion sociale, du multiculturalisme qui ouvrent un débat que l’on aimerait prolonger avec l’auteure au delà de la lecture de ce livre. Un débat que l’Europe en construction, dans ses différentes phases d’élargissement ne cesse d’alimenter dans un contexte de montée des extrêmes-droites.

2Le premier chapitre s’ouvre sur les différentes représentations que l’on se fait du phénomène multiculturel. On assiste à une double synergie entre d’une part, le visage pluriethnique des sociétés contemporaines et d’autre part, un mouvement de mondialisation qui tendrait vers l’uniformisation des pratiques culturelles d’un bout à l’autre de la planète. Face à ces évolutions, une réflexion s’impose aux nations sur les politiques à mettre en œuvre pour permettre la conjugaison entre droits individuels et de groupe, construire à la fois le respect des libertés individuelles ainsi que l’intégration et l’égalité des individus dans le tissu social. Si des pays se sont historiquement construits sur l’accueil de populations de diverses origines et ont accepté voire favorisé la cohabitation, en France par exemple - pays qui revendique le principe d’intégration des individus - la reconnaissance des cultures autres sous un même drapeau n’apparaît pas comme allant de soi. Pouvons-nous vivre ensemble ? Egaux et différents interroge Alain Touraine en 1997.

3Milena Doytcheva montre que le multiculturalisme, produit de la modernité « se nourrit (…) des valeurs fondamentales des sociétés libérales et démocratiques ». Si le projet multiculturel est la prise en compte des différences de tous, alors l’idée républicaine qui se fixe comme objectif principal l’intégration de chaque citoyen en dépit de ses différences serait, en quelque sorte, dépassée. A partir de l’expérience des pays qui ont historiquement développé des sociétés multiculturelles : Etats-Unis, Canada, Australie, l’auteure décrit succinctement des politiques mises en œuvre pour favoriser l’égalité des droits et la participation de l’ensemble des citoyens. Pour atteindre cet objectif majeur de reconnaissance, les groupes minoritaires ou dominés bénéficient de programmes de discrimination positive, une forme de politique publique qu’interroge Mylena Doytcheva dans la mesure où ces politiques d’affirmative action dérogent au traitement égalitaire des citoyens. Concilier le respect des droits et libertés de chacun, quelle que soit son origine, faire société, ensemble mais différents, relève bien d’un défi pour les sociétés démocratiques. Ces questions entre le juste et le bien renvoient à la théorie de la justice construite par John Rawls.

4Un autre élément important qu’apporte la lecture de l’ouvrage est l’idée conçue par Charles Taylor d’une identité dialogique de l’individu, c'est-à-dire une identité qui se construit « au moins partiellement (…) par les relations avec autrui et sa reconnaissance ». En effet, la conception dynamique de l’intégration des personnes au sein d’un collectif, groupe ou société, ne peut s’imaginer qu’au travers de la participation de celles-ci aux activités de l’espace social.

5Les sociétés multiculturelles qui peuvent apparaître comme un idéal de justice sociale à atteindre sont cependant traversées par des injustices de fait qui appellent deux types de réponses : correctives et transformatrices. Réponse corrective, il s’agit d’une forme de multiculturalisme officiel qui met l’accent sur les différences au risque de les renforcer ; réponse transformatrice dont l’objectif principal est la désinstitutionalisation de la norme culturelle dominante. Ce sont là, les termes du débat. Ce qu’explique Milena Doytcheva c’est que les deux situations offrent également avantages et limites et, c’est peut-être vers une troisième voie qui serait encore à inventer qu’il faudrait s’engager pour permettre l’existence de sociétés où la reconnaissance de l’autre fera l’objet de négociations partagées.

6Cette hypothétique troisième voie est sans doute celle qui consistera à considérer la personne humaine - et non le groupe auquel elle appartient - au centre des préoccupations du politique, un chemin visiblement à contre-courant des problématiques sociales actuelles. Le multiculturalisme peut avoir deux visages : devenir un carcan enfermant, assignant un individu à une place en raison de son origine, de sa culture. Une société multiculturelle peut au contraire permettre des mobilités personnelles enrichissantes pour l’individu et la société qui l’accueille.

7A cet égard, la France a d’abord considéré le multiculturalisme, notamment dans sa période post-coloniale comme « la gestion communautaire des populations issues (…) des anciennes colonies et du Maghreb ». Une façon de voir qui a changé du fait de l’arrivée sur le territoire de populations issues d’Europe Centrale et de l’Est ainsi que d’autres continents. Pour administrer ces nouvelles populations, les Politiques de la Ville - une forme de politique de discrimination positive à la française - ont été pensées et mises en œuvre pour tenter de réduire les inégalités patentes entre des catégories de population. Avec le défaut majeur de ces politiques qui font courir le risque, à leurs bénéficiaires, d’être finalement réduits à ces définitions d’eux-mêmes par leurs différences ethno-raciales, économiques, etc. Toutefois ce qui, en France, nous inscrit dans cette logique de discrimination positive, c’est l’idée selon laquelle, pour parvenir à l’égalité, il est légitime de prendre en compte la différence de situation et l’intérêt général de façon à enrayer le système de reproduction des inégalités.

8La réelle bataille idéologique qui se joue est entre les droits collectifs différenciés (Young) et les droits culturels attachés à la personne (Renault et Mesure) tout en conservant les objectifs de respect des droits fondamentaux et de construction de la cohésion sociale. Penser la reconnaissance culturelle serait imaginer la fixité des cultures, or, ce sont des espaces mouvants, en perpétuelle évolution. Comment faire un « droit » de quelque chose de périssable et d’éphémère ?

9Quel projet politique veut réellement se donner l’Europe en la matière, c’est au fond la question que pose Milena Doytcheva. En conclusion, nous sommes là devant un petit ouvrage didactique efficace. A mettre dans toutes les bibliographies !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Mortier, « Miléna Doytcheva, Le multiculturalisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 17 décembre 2011, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7033

Haut de page

Rédacteur

Brigitte Mortier

Doctorante Université de Perpignan Via Domitia, cadre pédagogique Institut Régional du Travail Social Languedoc-Roussillon

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page