Navigation – Plan du site

Daniel Bachet, Philippe Naszályi, L’autre finance. Existe-t-il des alternatives à la banque capitaliste ?

Sophie Morel
L’autre finance
Daniel Bachet, Philippe Naszályi, L’autre finance. Existe-t-il des alternatives à la banque capitaliste ?, Paris, Editions du Croquant, 2011, 324 p., ISBN : 9782914968973.
Haut de page

Texte intégral

1Partant de l’idée que les banques sont nécessaires à la société pour financer les activités de production et donc le développement économique et social, les auteurs réunis sous la direction de Daniel Bachet et Philippe Naszályi s’attachent à décrire différentes alternatives au modèle de banque capitaliste. Elles concernent non seulement les manières d'exercer son « métier de banquier » (Ansart et Monvoisin, pp.191-221) mais aussi les objectifs finaux des établissements bancaires coopératifs. Enfin, deux cas de figures principaux émergent à la lecture de l'ouvrage, concernant l'organisation adoptée par l'institution pour mener à bien sa mission. D’une part on retrouve les initiatives de microfinance, à travers des projets locaux la plupart du temps soutenus financièrement par l’Union Européenne, les États ou des banques. De l'autre côté on retrouve les banques coopératives fondées sur le principe de proximité, avec une organisation décentralisée mais dont l'évolution du contexte pousse à atteindre la « taille critique » jugée nécessaire pour juger de l'efficacité de l'entreprise.

2L'histoire de ces alternatives est essentielle pour comprendre leurs racines, leurs évolutions et donc la place qu'elles occupent aujourd'hui en France et plus largement dans le monde. Une longue contribution de Philippe Naszályi en début d'ouvrage revient sur les conditions de création des premiers projets, des caisses de secours mutuels aux réseaux bancaires mutualistes et coopératifs de Raiffeisen et Schulze-Delitzsch. La présentation de ces initiatives s’accompagne d’un exposé des fondements théoriques qui les ont alimentés. Cette « introduction » permet aussi de comprendre les problématiques actuelles, notamment l’accusation de banalisation des banques coopératives, qui sont illustrés par les articles complétant l’ouvrage. De grandes questions traversent presque tous les chapitres, et chaque contributeur apporte son éclairage particulier, né de la recherche ou de l'expérience professionnelle.

3Tout d'abord, la forme de l'organisation et ses stratégies dépendent fortement de la conception de son projet. Quelle influence ont les valeurs coopératives, au moment de la création de l'organisation et dans les choix stratégiques qui sont faits ? Pour Philippe Guichandut, les institutions de microfinance s'organisent selon leur conception du microcrédit, soit entrepreneurial, soit inclusif : l'objectif est le développement soit de micro-entreprises soit de lien social. Avec des conséquences sur la stratégie : soit le prêt est accordé aux micro-entrepreneurs, soit il est accordé à des personnes exclues socialement.

4Les choix stratégiques sont aussi influencés par les objectifs économiques que l'organisation se fixe. Faut-il gagner une indépendance financière, synonyme d'augmentation de l'activité, peut-être de dilution du sociétariat ? Des choix auxquels ont été confrontés d'autres organismes, notamment la Nef, comme le rapporte Victor Grange dans sa contribution. L'organisation essaie de trouver un équilibre entre développement économique permettant sa pérennité et la préservation du projet initial et des principes coopératifs, notamment la proximité et la démocratie. Elle questionne alors sa stratégie pour préserver le militantisme du départ, tout en s'adaptant aux changements législatifs et en testant une nouvelle organisation territoriale.

5Face à ces questions d'organisation, plusieurs défis sont pointés par Philippe Guichandut et qui rejoignent la littérature de recherche sur le sujet. Le premier défi concerne la professionnalisation des personnels afin de viser l'autonomie financière. Le deuxième défi des organisations bancaires coopératives est d'arriver à mieux communiquer sur leurs performances. Enfin, il leur faut gagner en visibilité pour influencer les politiques mises en œuvre, d'autant plus que la microfinance devient un enjeu des politiques européennes.

6Sandrine Ansart et Virginie Monvoisin reviennent sur les changements du métier de banquier dans ces contextes mouvants. De l’accompagnement de projets locaux, avec un fort investissement et beaucoup d’interconnaissance, on est passé à des activités de financement détachées des projets. Les banques coopératives peuvent s’appuyer sur leurs valeurs de solidarité et de démocratie, ainsi que sur leur organisation décentralisée qui favorise la proximité avec les sociétaires pour garder cette activité d’accompagnement de la production. Cependant, comme d’autres auteurs le soulignent, dans cet ouvrage et ailleurs, le problème de participation des sociétaires aux Assemblées générales constitue un défi d'importance.

7Pour Daniel Bachet, le problème réside aussi, voire surtout, dans l’environnement économique et politique. Un changement des institutions et des règles du jeu est nécessaire, en accord avec un nouvel objectif assigné à l’économie : permettre le développement de l’homme, pour favoriser des pratiques plus tournées vers l’homme. L’article de Laurence Attuel-Mendès conforte cette idée que le fonctionnement des organisations de financement est étroitement lié à l’environnement dans lequel elles sont créées et fonctionnent. Sa contribution explore plus spécifiquement les conséquences des conceptions des religions sur l’argent et le crédit sur le développement d'institutions bancaires.

8Cet ouvrage collectif est très utile pour se familiariser avec le développement des banques coopératives et les défis auxquels elles sont confrontées aujourd'hui. On trouve également à sa lecture quelques pistes concrètes qui devraient être développées dans un prochain volume, comme annoncé dans la conclusion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Morel, « Daniel Bachet, Philippe Naszályi, L’autre finance. Existe-t-il des alternatives à la banque capitaliste ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 17 décembre 2011, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7035

Haut de page

Rédacteur

Sophie Morel

Doctorante en histoire, UMR 5600 CNRS EVS - ISTHME (Image Société Territoire Homme Mémoire Environnement)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page