Navigation – Plan du site

Michèle Leclerc-Olive, Grazia Scarfo Ghellab, Anne-Catherine Wagner, Les mondes universitaires face au marché. Circulation des savoirs et pratiques des acteurs

Cécile Campergue
Les mondes universitaires face au marché
Michèle Leclerc-Olive, Grazia Scarfo Ghellab, Anne-Catherine Wagner (dir.), Les mondes universitaires face au marché. Circulation des savoirs et pratiques des acteurs, Karthala, coll. « Hommes et Sociétés », 2011, 394 p., ISBN : 9782811105174.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est né du colloque international intitulé « Les mondes universitaires face aux logiques du marché : circulation des savoirs et pratiques des acteurs », qui s’est tenu à l’école Hassania des Travaux Publics de Casablanca au Maroc en 2009. Il est le fruit du travail collectif d’un ensemble d’étudiants-chercheurs du Réseau Acteurs Émergents (RAE), réseau artisanal fondé en 2000 à la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme à Paris, qui a impulsé des groupes de travail dans une perspective comparatiste et pluridisciplinaire. Les auteurs s’intéressent ici aux transformations de l’enseignement supérieur sous l’impulsion des globalisations économique et financière. Le concept de « mondialisation universitaire », qui représente l’intensification des échanges entre universités, l’accroissement des mobilités internationales et le rattachement de ces transformations à l’extension universelle d’un modèle économique libéral d’ouverture des marchés et de la privatisation, est interrogé comme l’est celui de « logiques de marché ». Les auteurs questionnent les systèmes universitaires et la « société de la connaissance » (p. 12) à partir d’études de cas dans plusieurs pays africains (Maghreb, Égypte, Sénégal, Bénin, Cameroun), européens (France, Belgique, Suède, etc.), américains mais aussi des BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine), les « superpuissances émergentes » (p. 381). L’attention portée au terrain est capitale : les chercheurs s’intéressent en tout premier lieu aux discours et aux pratiques des acteurs, ce qui permet d’avoir une analyse contrastée des mobilités et des logiques universitaires qui se sont complexifiées au cours de ces dernières années.

2Trois angles ont été retenus : la circulation académique et internationale et les stratégies d’internationalisation des étudiants et des chercheurs venant de pays différents ; les effets de la mondialisation sur les institutions universitaires et enfin, la circulation des savoirs et des pratiques. Dans la première partie intitulée : « Mobilités économiques et stratégies d’internationalisation », il est question des stratégies qui participent de la mobilité étudiante à partir de plusieurs exemples. La reconnaissance du pays étranger comme pôle d’excellence est un critère parmi d’autres que les étudiants retiennent (mis en évidence dans les parcours d’étudiants maghrébins en France, notamment en matière de capital « culturel »). D’autres critères interviennent : des choix individuels, familiaux, les relations historiques avec le pays d’accueil, l’existence d’accords de coopération, le contexte social, économique et politique du pays de départ (politique éducative) et du pays d’accueil (politique migratoire). Même si « les mondes universitaires ne sont pas encore entièrement soumis aux logiques du marché et qu’un certain devoir moral et politique à l’égard de ceux qui désirent apprendre persiste » (p. 61), la marge de liberté est de plus en plus réduite. La France est depuis 1990 le deuxième pays d’accueil (derrière les États-Unis) d’étudiants étrangers mais il est de plus en plus difficile de venir y étudier et d’autres types de mobilité que celles Sud/Nord se mettent en place : par exemple celle Sud/Sud (l’exemple des carabins marocains à Dakar). La contribution concernant les élites africaines formées dans le bloc soviétique rend compte d’un champ de recherches encore trop peu exploré. L’auteur rappelle la nécessité de prendre en compte l’histoire de l’avènement de l’Union Soviétique, des tensions Est/Ouest, la crise soviétique puis la décolonisation (p. 135) pour couvrir ce champ de l’historiographie.

3La deuxième partie : « Vers une privatisation des systèmes universitaires ? » rend compte du coût des études à l’étranger, de la porosité du secteur public et du privé et de l’internationalisation réalisée sur place. Le marché international de l’enseignement privé du Maghreb est étudié à travers l’exemple de la Tunisie et du Maroc où le développement du secteur privé de l’enseignement supérieur vise à compléter un secteur public saturé ou inadapté. La libéralisation de l’offre de l’enseignement supérieur au Maghreb entraîne une « hybridation des genres » (p. 170) où l’on note une sélection financière et académique. On part ensuite en Inde où le système d’enseignement supérieur s’ouvre à la mondialisation (p. 239). Depuis 2000, l’Inde est une destination d’accueil pour des étudiants en provenance des pays du Nord et du Sud.

4La troisième partie, « La circulation internationale des modèles et des savoirs », pose la question du statut des savoirs dans cette circulation et cette internationalisation des acteurs et des institutions. À partir de « coups de sonde » (p. 255) destinés à fournir des éléments d’informations sur des situations diverses et offrir des pistes de recherche ultérieures, plusieurs exemples sont donnés : l’expertise savante et l’ingénierie politique, les réformes pédagogiques en Algérie, les réformes engagées depuis 2003 à l’Université d’excellence de Pékin et la question de l’autonomie et ses enjeux mais aussi une réflexion sur la « fuite des cerveaux », concept réinterrogé à la lumière de liens existants entre des chercheurs africains expatriés dans des pays du Nord et leur pays de départ.

5Les logiques gestionnaires, marchandes et entrepreneuriales sont bien présentes dans l’enseignement supérieur mais il est impossible d’isoler une seule et unique logique de marché. L’ouvrage démontre la complexité et la diversité des logiques hybrides et apporte par là même une somme importante de connaissances à un champ de recherches qui ne se cantonne pas à étudier les réformes universitaires dans les seuls pays industrialisés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Campergue, « Michèle Leclerc-Olive, Grazia Scarfo Ghellab, Anne-Catherine Wagner, Les mondes universitaires face au marché. Circulation des savoirs et pratiques des acteurs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 19 décembre 2011, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7050

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page