Navigation – Plan du site

Jacques Perrin, Pourquoi les sciences économiques nous conduisent dans le mur ? Reconsidérer nos visions du monde, nos systèmes de valeurs et nos conceptions de la richesse

Pierre Gille
Pourquoi les sciences économiques nous conduisent dans le mur ?
Jacques Perrin, Pourquoi les sciences économiques nous conduisent dans le mur ? Reconsidérer nos visions du monde, nos systèmes de valeurs et nos conceptions de la richesse, Paris, L'Harmattan, coll. « La Librairie des Humanités », 2011, 228 p., ISBN : 9782296552630.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage s'inscrit dans la réflexion actuelle menée autour de la question des modèles de développement en opposition à la pensée économique dominante. La thèse soutenue dans celui-ci par son auteur, Jacques Perrin (directeur de recherche au C.N.R.S, ex-enseignant, ex-expert auprès de divers organismes internationaux) est assez simple. Si les sciences économiques nous conduisent aujourd'hui « dans le mur », c'est parce que la conception économique « standard » actuelle (symbolisée par la pensée libérale néoclassique mais qui ne se limite pas à celle-ci) confond valeur et prix, valeur monétaire de la production et richesse, croissance économique et développement. Cette thèse s'appuie sur de nombreuses références (dont nous reparlerons) et informations historiques diverses, et passe, en particulier, par un réexamen des différentes approches de la richesse qui ont prévalu au fil de l'histoire des idées et théories économiques (classiques, marxistes, néoclassiques).

2Que faire alors, selon l'auteur, pour éviter la catastrophe qui s'annonce ? Tout d'abord, repenser les sciences économiques afin de refonder la différence entre croissance économique et développement. Cette refondation devant permettre de mettre en œuvre de nouveaux processus de création de surplus économique qui reposent sur d'importants investissements en matière de formation et santé mais aussi sur des impulsions données à la production locale de richesse, au besoin en développant des monnaies alternatives (l'auteur consacre ainsi plusieurs pages tout à fait intéressantes de cet ouvrage à la présentation d'expériences, plus ou moins récentes, menées dans ce domaine). Tout ceci devant aboutir à la création d'une véritable valeur sociale contribuant au « renforcement du processus de vie de la communauté au sens large » (pour reprendre une expression de l'institutionnaliste nord-américain Marc Tool, chère à l'auteur).

3Il convient également, et plus fondamentalement, de faire en sorte que les hommes (occidentaux en premier lieu) cessent de se considérer comme maîtres et possesseurs de la nature, c’est-à-dire comme maîtres du monde. D'où la nécessité, d'une part de rompre avec cette vision dualiste et mécaniste du monde, de la société et de l'individu (héritée du siècle des lumières) qui fait de l'homme un être doué de raison, observateur objectif de la réalité (vision d'essence cartésienne qui donnerait aux hommes l'illusion d'exister indépendamment d'autrui) et, d'autre part, de s'ouvrir à d'autres visions du monde (originaires d'Orient en premier lieu, mais également d'Afrique) plus « organiques » qui reposent, non pas sur un rapport de domination de l'homme sur la nature mais sur un rapport d'intégration/coopération avec celle-ci et sur une autre relation au temps. Le programme est donc ambitieux et a des visées non seulement économiques mais également politiques et philosophiques (voire même « spiritualistes »).

4Destiné à nourrir la réflexion (critique) sur la situation actuelle de nos sociétés et sur les conceptions économiques qui sous-tendent leur fonctionnement, l'ouvrage est susceptible d'intéresser un public assez large pouvant aller des étudiants de premier cycle universitaire (voire même des élèves de terminales économiques et sociales des lycées) à des responsables politiques et syndicaux, en passant par de « simples citoyens » soucieux de se faire une opinion sur certains problèmes contemporains. Il est en effet écrit dans une langue plutôt accessible (certaines parties rappellent, par leur côté synthétique et pédagogique, les ouvrages que rédigeait, il y a une trentaine d'années, Jean Marie Albertini, auteur d'ailleurs cité). Il n'est donc pas réservé à des spécialistes des questions traitées, même si un certain degré de culture préalable dans les domaines abordés peut faciliter sa lecture.

5Il peut néanmoins laisser quelque peu perplexe sur certains points. La thèse de l'auteur est bien évidemment critiquable (c'est le propre de toute thèse) et on n'est pas tenu d'adhérer sans nuance à la vision du monde sous-tendue par celle-ci.. Sans que l'on puisse l'accuser d'être un adepte de ce que le philosophe Jean Pierre Dupuy nomme « l'écologie profonde » (position qui aboutit parfois à préconiser une forme de décroissance radicale à laquelle l'auteur du présent ouvrage se déclare opposé), Jacques Perrin ne semble en effet pas toujours très loin de l'idée selon laquelle la nature serait un modèle d'harmonie et d'équilibre et l'homme (occidental contemporain en premier lieu), un prédateur irresponsable et dangereux. Il donne en tout cas l'impression de flirter avec une sorte de panthéisme (que certains seront peut-être tentés de qualifier de « naïf ») et ses appels à retrouver une prétendue sagesse des Anciens et harmonie avec la nature que nous aurions perdues ne convaincront pas forcément.

6Plus fondamentalement peut-être, et même si l'ouvrage ne semble pas destiné à un public de spécialistes, on pourra juger que les sources documentaires et la bibliographie présentent certaines faiblesses. Non pas que les ouvrages et auteurs cités soient inintéressants et de mauvaise qualité, mais on a souvent affaire à des sources de « seconde main » (articles de magazines traitant de la pensée d'un auteur donné et non pas ouvrage de l'auteur lui-même, extraits de dictionnaire papier ou d'encyclopédie internet connue) et à des ouvrages relativement anciens (on ne parle pas bien évidemment ici des ouvrages classiques d'auteurs tels que Smith, Ricardo, Marx ou Descartes).

7Quant à certaines absences, elles semblent assez inexplicables. Si les noms d'Emile Durkheim et d'Auguste Comte (auquel plusieurs pages sont consacrées) apparaissent bien, celui de Max Weber (qui aurait pu être présent ne serait que pour réfuter sa thèse sur la neutralité axiologique de la science) est totalement absent.

8De même, si l'auteur consacre bien plusieurs pages à une présentation (qui n'est pas sans intérêt) du courant institutionnaliste nord-américain et de ses origines (courant dont il se réclame), il ignore ou semble ignorer totalement les auteurs français contemporains travaillant dans la même logique (ne citons ici qu'André Orléan qui travaille depuis de nombreuses années sur des questions qui sont loin d'être sans rapport avec celles abordées dans le présent ouvrage et dont le dernier livre paru, « L'empire de la valeur » aux éditions Le seuil, propose justement une nouvelle approche de l'économie).

9Plus globalement et à l'exception d'une très légère référence (critique) à un texte de Paul Jorion (qui n'est peut être pas l'auteur le plus représentatif de ce courant) le livre tend à passer sous silence l'ensemble des travaux critiques menés depuis de nombreuses années en France dans le cadre de ce que l'on nomme la « sociologie économique », bon nombre d'entre eux se réclamant du travail précurseur de l'économiste et historien hongrois Karl Polanyi dont on republie aujourd'hui en France les œuvres (certaines inédites comme « La subsistance de l'homme. La place de l'économie dans l'histoire et la société » aux éditions Flammarion)

10Peut-être ces absences relèvent-elles d'un parti pris de l'auteur mais il conviendrait, si c'est le cas, de le préciser. À l’inverse, et même si les références citées sont tout à fait intéressantes (travaux d'Antonio Damasio, de Francisco Varela, courant constructiviste de Paul Watzlawick), on peut se demander s’il était vraiment indispensable de faire appel, dans la première partie de l'ouvrage, aux sciences cognitives et, en particulier, aux neurosciences pour nous expliquer que notre vision du monde dépend très largement du contexte social et culturel au sein duquel nous évoluons. Le Baron de Montesquieu ne le disait-il pas déjà à sa manière, et bien avant la naissance de ces sciences, dans ses « Lettres persanes » parues en 1721 ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gille, « Jacques Perrin, Pourquoi les sciences économiques nous conduisent dans le mur ? Reconsidérer nos visions du monde, nos systèmes de valeurs et nos conceptions de la richesse », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 19 décembre 2011, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7052

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page