Navigation – Plan du site

Christian Chavagneux, Une brève histoire des crises financières. Des tulipes aux subprimes

Benoît Ladouceur
Une brève histoire des crises financières
Christian Chavagneux, Une brève histoire des crises financières. Des tulipes aux subprimes, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2011, 208 p., ISBN : 9782707169693.
Haut de page

Texte intégral

1Les marchés financiers ont pris une place centrale dans la critique du système capitaliste actuel. Les médias d’actualité n’ont qu’une vision événementielle de leur nature, masquant l’ancienneté et la récurrence des crises financières. L’intérêt de ce livre écrit par le rédacteur en chef adjoint d’Alternatives économiques est de prendre en compte le passé pour mieux comprendre le monde actuel des finances. L’autre point de départ de son travail est de sortir du cadre d’explication purement économique des crises financières pour élargir son champ aux déterminants sociaux et politiques des crises financières.

2Si la spéculation financière (achat de titres financiers dans l’espoir de les revendre à un prix supérieur) existe depuis les débuts de la Renaissance. La première bulle spéculative connue et identifiée comme telle s’est déroulée durant l’hiver 1636-1637 en Hollande à propos des bulbes de tulipes. Partant du constat de l’approximation des données chiffrées de cette bulle, Christian Chavagneux s’intéresse davantage au contexte et aux jeux des acteurs de cette crise. Le propre d’une bulle spéculative est de conduire à une déconnexion croissante entre le prix réel d’un bien et son prix côté sur un marché, une bourse d’échange. Dès lors comment expliquer que des individus soient prêts à acheter des bulbes de fleur à des prix dépassant toute raison ? Tous les éléments sont réunis pour qu'éclose une bulle spéculative. Comme le rappelle l’auteur la Hollande du XVIe siècle est une nation commerçante extrêmement prospère, grâce au commerce maritime puis aux services financiers. Les tulipes sont des fleurs rares et déjà prisées par les cours européennes. Pour la bourgeoisie économique, elles sont un vecteur de distinction. Au niveau politique les provinces ont une grande autonomie décisionnelle, et les liens entre les élites politiques et économiques favorisent le commerce. Enfin, la prospérité économique a augmenté la masse d'argent en circulation, entraînant une baisse mécanique des taux d’intérêts monétaires. Les riches marchands ont développé leurs pratiques d'investissements et de prise de risques. Le marché reste pourtant stable jusqu'en 1634, mais l'apparition d'innovations financières va entraîner la flambée des prix de façon irrémédiable, et cela jusqu'à l'explosion de la bulle, ce qu'on appelle la crise financière. Alors que le marché ne pouvait se tenir que de juin à septembre, période de floraison des bulbes, des « billets à effet » vont permettre d'acheter, à un prix fixé au départ, des bulbes qui n'existent pas encore ! Aujourd’hui le monde de la finance utilise couramment cette technique appelée « vente à terme ». Ce marché reposant à l'origine sur un produit matériel a ensuite été dérivé en marché de «billets à terme » dont l'échange est simple et rapide.

3Christian Chavagneux adopte une démarche complète dans son ouvrage, partant d’abord d’une description des grandes crises financières, en montrant à la fois leur spécificité et leurs points communs, avant de monter en généralité. Toutefois il met en garde le lecteur contre toute vision déterministe et linéaire de l’apparition des crises financières.

4Fort de l’expérience tirée de l’histoire il semble que trois conditions soient nécessaires au maintien de l’équilibre du marché financier. Il faut ainsi un cadre juridique et réglementaire contraignant les acteurs du marché financier mais leur assurant une bonne rentabilité financière, le tout dépendant également du dynamisme de l’activité. Il n’est pas précisé comment mesurer ces trois éléments, nous pouvons faire l’hypothèse qu’il s’agit moins de niveaux fixés une fois pour toute, que d’une évolution. Néanmoins, les crises financières sont toutes causées par la moins grande efficacité des mesures visant à réglementer les marchés financiers. Les innovations financières sont un des leviers le plus souvent utilisé et dont les effets pervers se font sentir très rapidement. En effet, une innovation qui présente un intérêt va être reprise et accentuée. Les financiers prennent de plus en plus de risques pour se placer devant la concurrence. Les autorités de régulation ne peuvent plus forcément stopper la machine, les intérêts sont devenus importants car ils concernent rapidement tous les acteurs financiers, et la frontière entre la sphère financière et la sphère réelle n’est pas imperméable. Mais la croyance dans le marché source de sa propre régulation est tenace…

5Ce livre est une réussite car il constitue une très bonne entrée en matière pour qui voudrait comprendre le fonctionnement des marchés financiers. En effet, les crises récurrentes du système financier capitaliste révèlent ici leurs mécanismes sous-jacents : comportements mimétiques, effets de masse, rôle de la confiance etc. Mais Christian Chavagneux ne se limite pas à la prise en compte des éléments purement économiques. Il montre le rôle que jouent les inégalités et les rapports de force dans les comportements spéculatifs. Il insiste également sur l'importance du contexte politique et juridique dans le déclenchement et l'évolution des crises financières, montrant ainsi l'importance de la régulation dans ce phénomène. Cette ouverture de point de vue permettra au grand public de lire et comprendre beaucoup plus efficacement un problème plus que jamais d'actualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Ladouceur, « Christian Chavagneux, Une brève histoire des crises financières. Des tulipes aux subprimes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7053

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page