Navigation – Plan du site

Claire Bélisle, Lire dans un monde numérique

Julie Curien
Lire dans un monde numérique
Claire Bélisle (dir.), Lire dans un monde numérique, Lyon, ENSSIB, 2011, 295 p., ISBN : 9782910227852.
Haut de page

Texte intégral

1Qu'est-ce que lire ? Cette question, que quasiment personne ne se posait jusqu'à présent tant la réponse semblait aller de soi, recouvre des réalités multiples, révélées par le développement massif du numérique. Claire Bélisle et les contributeurs de ce volume, universitaires de Lyon, Paris, Tunis et Ottawa, interrogent ici la lecture d'aujourd'hui, à l'aube de sa révolution numérique, pour peu qu'on définisse le mot « révolution », avec le Trésor de la Langue Française, comme « une évolution des opinions, des courants de pensée, des sciences ; découvertes, inventions entraînant un bouleversement, une transformation profonde de l'ordre social, moral, économique, dans un temps relativement court ».Le volume privilégie une approche transdisciplinaire féconde, croisant psychologie, sociologie, histoire, sciences neurologiques, sciences cognitives, culture, littérature et technologie.

2Gare aux leurres ! Le terme « lecture » est irréductible à son image académique, qui est le fruit d'une construction pédagogique et sociale masquant la pluralité intrinsèque de la pratique. Il est et a toujours été un nombre étendu de modalités de lectures, d'autant plus variables que ces dernières sont fonctions des époques et contextes dans lesquelles elles se déploient. Par ailleurs, la lecture est-elle en chute libre, comme les analyses traditionnelles tendent à le montrer ? Lire a toujours été perçu comme un lieu et moyen de libération, aussi les craintes qui s'expriment quant à une baisse des pratiques n'ont-elles rien d'étonnant, interrogeant les mutations en cours. Rassurons-nous, la lecture ne faiblit pas, elle se renforce, tout en se métamorphosant : The Economist, en février 2010 déclarait que « La quantité de textes lus, qui déclinait à cause de la télévision, a presque triplé depuis 1980, grâce à tous les textes mis en ligne », auxquels on peut désormais ajouter les smartphones, tablettes et liseuses, autant de nouveaux environnements, mobiles, de lectures – l'application la plus téléchargée sur l'Ipad a d'ailleurs d'abord été une application de lecture.

3Ce qui est en jeu, c'est la transformation de la pratique millénaire de la lecture réflexive, issue de la Renaissance, qui avait elle-même détrôné la lecture méditative, et l'émergence d'une lecture dynamique, que la doxa peine à identifier comme lecture, tant le roman constitue encore le genre référent d'une « véritable lecture » enseignée comme linéaire, intensive, profonde, immersive et continue. Or nous assistons aujourd'hui au reflux du roman comme mode de lecture par défaut, au profit du développement croissant de la lecture d'information et de communication. Cette lecture ordinaire, grande oubliée de l'opinion publique, constitue pourtant le mode de lecture, fondamental, le plus courant : sa compétence est la « condition de l'intégration de l'individu dans la société moderne » (Eliana Rosado).

4En raison des métamorphoses des matériaux à lire et de la diversification des supports, les activités de lecture se complexifient. Du papier aux écrans, lire se transforme : la donnée technique ne conditionne pas nos perceptions et nos systèmes d'organisation ou de communication, mais résonne dans un contexte de société et dans des dynamiques culturelles émergentes. Loin d'énumérer les ravages supposés des écrans, l'ouvrage explore les portes ouvertes par la lecture numérique, reflet du monde actuel. La figure du réseau, omniprésente, œuvre à tous les niveaux de la vie sociale. Elle définit une culture du lien en général, et de l'hyperlien en particulier. La lecture devient hyperlecture, elle sollicite la pensée associative, stimule la flexibilité cognitive et la créativité autour d'un espace de partage au sein duquel les dimensions interprétatives se démultiplient. La lecture s'apparente ainsi à une conversation et se pare d'une oralité nouvelle. Le désordre de l'hypertexte ouvre, de plus, sur l'aléa et contribue ainsi à nous faire prendre conscience de la part d'incertitude et d'incomplétude qui caractérise nos connaissances. Lire n'est plus un acte solitaire ; c'est une activité interactive dans laquelle cohabitent marge de manœuvre personnelle et dialogue avec l'autre. Plus que jamais, la lecture est une (co) production, où la référence centrale n'est plus une révérence vis-à-vis de l'auteur, mais la construction de soi, en interaction avec les textes et les auteurs. Le lecteur devient « le véritable maître à bord » (Raja Fenniche), « l'utilisateur-roi » dont l'auteur est le serviteur (Philippe Bootz) : l'espace de lecture se transforme en un champ d'expression personnelle où se déploie la subjectivité du lecteur. Le verbe lire exprime une action, rendant la lecture ergative. Extensive, la lecture s'ouvre à d'autres médias, d'autres pratiques simultanées. Elle cultive l'immersion, importée des jeux vidéos, tout en la minant de l'intérieur.

5La « littératie », néologisme signifiant la capacité à la fois de lire, de comprendre et d'utiliser l'information à des fins adéquates, apporte une nouvelle perspective de compréhension de l'activité lecture, outil stratégique entre les mains des politiques et des parties prenantes de l'effort d'éducation et de médiation socioculturelle (libraires, bibliothécaires…). Lire dans un monde numérique, c'est maîtriser en particulier, et donc enseigner, les métas compétences requises par les outils technologiques.

6Les révolutions sont « le résultat de la créativité des hommes qui les écrivent, s'en jouent » (Pierre Mounier). Quels modèles d'écriture émergent, tant en termes de production de fictions que de savoirs ? Une littérature numérique voit le jour, qui n'est pas une littérature de machines mais une entreprise (salutaire) de prise de possession de l'outil-machine par l'homme. Souvent poétique, elle s'inscrit tout à la fois dans des traditions littéraires antérieures (d'expérimentation narrative et langagière notamment) et dans une relation structurelle au numérique (elle peut être définie, par exemple, par des algorithmes). Avec leurs métamorphoses numériques, l'écriture comme la lecture (savantes) ne visent plus une vérité unique – voire sacrée, comme peut l'être l'image du livre objet -, mais un ensemble de points de vue décrivant une vérité relative. L'hypertexte permet la constitution d'un savoir réticulaire en constante évolution, qui échappe à toute tentative de systématisation. La lecture numérique s'éloigne de la rationalité cartésienne pour s'appuyer sur un alliage cognitif inédit de modes logiques et analogiques. Dans ces dispositifs, l'auteur se meurt, vive les auteurs ! Vive les lecteurs ! Les individus passent d'une ère de la tradition à une époque de la traduction voire de la « créolisation » (Édouard Glissant) où chacun a son mot à dire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Curien, « Claire Bélisle, Lire dans un monde numérique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 20 décembre 2011, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7056

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page