Skip to navigation – Site map

Philippe Poirrier (dir.), Pour une histoire des politiques culturelles dans le monde (1945-2011)

Sylvia Girel
Pour une histoire des politiques culturelles dans le monde (1945-2011)
Philippe Poirrier (dir.), Pour une histoire des politiques culturelles dans le monde (1945-2011), La Documentation française, series: « Travaux et documents », 2011, 485 p., ISBN : 9782110087102.
Top of page

Full text

1L’ouvrage collectif édité sous la direction de Philippe Poirrier, Pour une histoire des politiques culturelles dans le monde, 1945-2011, vient prendre place dans un domaine de recherche (les politiques culturelles) où les publications sont aussi nombreuses que riches et variées, mais où aucune jusqu’alors ne proposait un tel panorama comparatif, engageant d’une part à mieux connaître la diversité des modèles, programmes et dispositifs élaborés dans différents pays, mais surtout permettant une analyse de portée générale, une mise en perspective historique et contextuelle très éclairante, productrice de résultats originaux . En effet, à défaut de « points de vue spécifiques » ce sont des synthèses qui ont été demandées aux contributeurs, sur la base d’une trame de réflexion commune qui de ce fait permet de dégager les points communs, les traits caractéristiques tout autant que de mettre en avant les singularités des politiques culturelles menées par chacun des pays considérés. Ainsi, P. Poirrier précise que « le cahier des charges proposé aux auteurs que nous avons sollicités visait à permettre une relative homogénéité des textes, tout en laissant une nécessaire liberté qui puisse s’adapter à chaque configuration nationale. La dimension historienne, conçue comme l’analyse contextualisée de l’évolution dans le temps des processus sociaux, politiques et culturels, est essentielle. La période considérée, le second XXe siècle, correspond à une phase d’institutionnalisation des politiques culturelles ; ce qui se traduit notamment par la création dans certains pays de ministère de la Culture. La date de 1945 est cependant comprise avec souplesse : selon les configurations nationales, une plus large période a été prise en compte afin de mieux comprendre la situation contemporaine. »

2L’ouvrage se découpe en trois temps : l’avant-propos (de Maryvonne de Saint-Pulgent) et l’introduction (de Philippe Poirrier) permettent de situer le contexte de ce projet et de poser clairement les enjeux de l’ouvrage. Ce sont ensuite dix-neuf synthèses monographiques et études de cas, qui ont été produites sur des pays aussi différents que l’Allemagne, l’Australie, la Belgique, la Bulgarie, le Canada, le Chili, le Danemark, l’Espagne, les États-Unis, la Finlande, la France, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, le Japon, la Norvège, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. Enfin un troisième temps permet de mettre en perspective cet ensemble d’analyses et de résultats dans une synthèse analytique et prospective faite par Pierre-Michel Menger.

3M. de Saint-Pulgent évoque l’ambition de l’ouvrage, enrichir et élargir pas des études de cas, des monographies nationales confiées à des chercheurs en sciences sociales, le colloque qui s’est tenu en 2009 sur les cinquante ans de politique culturelles, afin d’engager un « jeu d’échelles – du local au national, du national à l’international, sans oublier les rôles des institutions transnationales – [qui] est aujourd’hui au cœur des problématiques historiennes » et permettre « de dépasser des perspectives restées trop longtemps franco-centrées ». La période choisie (1945-2011) correspond à une phase d’institutionnalisation se traduisant pour certains pays par la création d’une administration spécifiquement dédiée aux arts et à la culture, un ministère, mais précise P. Poirrier il faut resituer ce processus dans une perspective plus large qui renvoie à la construction des États nations. Il relève au passage que la spécificité, l’exemplarité du modèle français s’ils ne doivent pas être remis en cause ou sous-estimer, ne sont pas à surreprésenter : « Le cinquantième anniversaire du ministère de la Culture français, commémore tout au long de l’année 2009, nous semblait un moment particulièrement propice pour avancer une démarche comparative. Cet exercice de décentrement possède des vertus heuristiques ; d’autant plus que les observateurs et les acteurs de la politique culturelle française ont souvent eu tendance à élever au rang de « modèle » la configuration hexagonale. Une première lecture des contributions de ce volume invite à dépasser ce tropisme franco-français, et à fortement le relativiser, même si l’expérience impulsée par André Malraux, à l’aube de la Ve république, a pu faire des émules, ou du moins n’être pas ignorée, principalement en Europe et au Canada, des acteurs des politiques publiques de la culture. » L’introduction pointe de manière essentielle que la diversité des études de cas, donc des modèles de politiques culturelles initiés et développés par chaque pays, révèle un certain nombre de traits communs (logique de démocratisation, soutien à la création, rayonnement national, développement économique, défense de la diversité culturelle…) mais montre dans un même temps des inflexions spécifiques dues aux événements historiques, politiques, sociaux, etc. propre à chacun des pays. Il s’agit donc bien de mettre au jour la manière dont les politiques culturelles se construisent et se transforment au fil du temps selon les contextes, les époques et les acteurs politiques, professionnels et institutionnels qui les élaborent. P. Poirrier précise d’ailleurs que « la perspective que nous avons souhaité développer est celle d’une histoire comparée des politiques publiques de la culture. Pour une histoire des politiques culturelles dans le monde ne relève donc ni de la "littérature grise", ni de l’expertise, ni de l’évaluation pratiquée par les organismes internationaux. Le volume est constitué de contributions qui présentent des études de cas nationales ; premier jalon indispensable à des études qui devront, à l’avenir, être plus sensibles à la question des transferts culturels et des circulations des modèles d’un État à l’autre. » A noter que l’avant-propos et l’introduction sont aussi, en marge des textes eux-mêmes, très instructifs au regard des notes de bas de page : références théoriques, colloques, sites, etc. sont autant de ressources à explorer, à consulter, qui montrent la densité des recherches produites sur le thème étudié.

4S’il est impossible dans le cadre d’une note de faire un résumé de chacune des contributions, et sans dévoiler déjà les éléments de synthèse proposés par P.-M. Menger, peut-être faut-il attirer l’attention sur quelques points transversaux à ces études de cas. Le premier, renvoie au rôle significatif des politiques culturelles à l’échelle des mondes des arts et de la culture bien sur, mais plus largement à leurs effets à l’échelle de nos mondes sociaux, au regard des échanges sociaux et des questions de citoyenneté, l’analyse des politiques culturelles, leurs orientations et conduites constituant ici une clé de lecture pour comprendre en miroir des évolutions plus générales de nos sociétés contemporaines (qu’elles soient économiques - mondialisation des échanges -, qu’elles soient technologiques, à l’ère du numérique, qu’elles soient politiques, - changement de régimes -, etc.). Un autre point porte sur les enjeux (les difficultés aussi), pour les gouvernants, de composer avec les contraintes des politiques publiques (et particulièrement avec les notions d’intérêt général, de bien commun, de service public qui y sont attachés) face à des conflits, des situations sociales complexes, face à la liberté de création qui quelques fois les mets à mal. Par ailleurs, bien que de manière différente, parce que les pays révèlent différents types de hiérarchie entre l’Etat et les différents territoires qui organisent le pays, on observe partout la volonté de mettre en œuvre des dispositifs et actions qui joue sur des formes de proximité (géographique, symbolique, sociale, culturelle, etc.), afin de mieux articuler le rapport à l’art et notamment entre les différents échelles de décision. Tout autant que ces points transversaux, l’analyse de l’ensemble des études de cas, pourrait se porter sur des divergences manifestes d’un pays à l’autre, c’est le cas entre la France et l’Allemagne dans leur perception du rôle de l’Etat en matière artistique et culturelle, la première ayant défendu l’idée d’Etat culturel, quand pour la seconde la centralisation à l’échelle de l’Etat a pu être perçue négativement parce qu’elle a été caractéristique du régime national socialiste et synonyme d’instrumentalisation. Ce sont aussi des convergences qui émergent, dans un certain rapport aux financements privés par exemple aux Etats-Unis, en Suisse et au Japon.

5Par ailleurs, les contributions sur des pays que l’on connait plus pour un autre type d’actualités, où qui ont peu fait l’objet en France d’analyses en termes de politiques culturelles, sont particulièrement intéressantes et éclairantes. On pensera ici par exemple au Chili où la genèse de l’institution publique pour la culture, amenant la création d’un Conseil national de la culture et des arts, s’est faite sur fond de transition démocratique et de mondialisation culturelle ; à l’Irlande où il est intéressant de voir comment ont été associés « les arts » et « l’élite anglo-irlandaise » d’une part, « la culture » et « l’ensemble des modes d’expression propres à la civilisation irlandaise » d’autre part, l’enjeu étant pour les politique culturelles de concilier les deux pôles de la culture plus souvent perçus au travers de l’opposition élitiste et populiste versus étranger et indigènes, ou encore au Japon, dont la position est originale du fait d’une politique culturelle que l’on voit se construire dès le XIXe siècle et qui estd’emblée en étant fortement ancrée dans une logique d’environnement international ; enfin de manière plus anecdotique, pour qui connait la politique culturelle française il est intéressant de lire qu’en la personne de Trond Giske, ministre de la culture norvégien, « la Norvège a donc finalement trouvé son "Jack Lang" de la politique culturelle – pourvu que ça dure. »

6Dense, permettant de faire ressortir une pluralité de configurations, et une diversité des orientations en matière de politiques culturelles, l’ouvrage ne se limite pas à décliner ces études de cas, mais propose dans une dernière partie de mettre en perspective l’ensemble des contributions et d’esquisser une analyse de portée plus générale sur les évolutions et mutations des politiques culturelles depuis 1945. Cette contribution de P. M. Menger, P. Poirrier la présente ainsi : « En clôture de ce volume, Pierre-Michel Menger propose une première lecture synthétique. Il souligne de grandes tendances qui participent d’une évolution que l’on peut décomposer en quatre étapes successives : 1) la construction d’une politique systématique d’offre culturelle à partir d’une définition restreinte de la culture éligible à l’intervention publique et à partir d’une conception verticale de la démocratisation par conversion ; 2) une décentralisation progressive de l’action publique, qui provoque une différenciation croissante de ses missions et de ses fonctions, et qui soumet à contestation le modèle universaliste et unanimiste initiale ; 3) une révision du champ d’intervention légitime de l’action publique, qui déclare symboliquement obsolète l’une des hiérarchies fondatrices de la politique culturelle, celle qui opposait la culture savante, objet de protection à l’écart des lois du marché, à la culture de divertissement, gouvernées par les lois de l’économie industrielle ; 4) une justification croissante de la politique culturelle par ses contributions à la croissance économique et à l’équilibre de diversité sociale des nations, qui fonde en légitimité le pouvoir régulateur de l’action publique, mais aussi les incitations à une expansion des "industries créatives" et les exigences d’évaluation des procédures et des résultats. »

7La perspective d’approche permet une analyse transversale, donnant la mesure des évolutions et mutations majeures de ces 50 années passées : si l’on observe des temporalités et une chronologie différentes du processus de mise en place d’une « vraie » - dans sens organisée et adossée à une forme d’institutionnalisation et à une administration spécifique - politique culturelle, en fonction des pays et qui sont indexées à leur régime politique, aux événements historiques et aux conflits qu’ils ont (ou non) traversés, il convient de remarquer un mouvement général de prise en compte des arts et de la culture dans le domaine des politiques publiques qui fait aujourd’hui (sinon dans la forme et le contenu à tout le moins dans l’idée et la nécessité) consensus. Mouvement qui se décline différemment selon les pays au regard de la manière dont chacun définit ses priorités, entre éducation, aide à la création, formes de l’action culturelle, etc., mouvement qui tend aussi vers un idéal (ou un horizon) de démocratisation et d’accessibilité d’une diversité de formes de création, mouvement qui infléchit les hiérarchies longtemps établies, amenant à inclure la diversité culturelle, à passer d’une culture « démocratisable » à une culture « socialement et économiquement soutenable » ; mais mouvement qui, quelque soit le pays, se heurte aussi à des problématiques communes : il y a d’un coté ce avec quoi il faudra désormais composer (nouvelles technologies, dématérialisation des œuvres et des biens culturels, mondialisation des échanges…) et de l’autre ce qu’il faudra apprendre à dépasser et qui émerge au fil des analyses croisées (lourdeurs administratives, manque de souplesse et d’innovation, etc.) au risque sinon, de voir émerger une forme d’inertie, due à la superposition et la sédimentation des actions et dispositifs mis en place, au risque aussi de voir un décalage croissant entre ce qui s’opère dans les mondes de l’art et de la création, dynamiques et innovants et les politiques culturelles à leur endroit. C’est là l’un des enjeux des débats actuels et notamment en France, mais comme le souligne Laurent Martin, dans sa contribution sur la politique culturelle française, « le débat n’a pas à être relancé : il n’a jamais cessé, il accompagne en permanence les évolutions du "modèle culturel français" [ndlr mais de tout autre modèle culturel pourrait-on ajouter] dont les contours et le contenu sont constamment redéfinis en fonction des mutations du paysage politique, économique, social, technologique dans lequel il s’insère. »

8De fait, cet ouvrage collectif, parce qu’il permet de poser les bases d’une analyse comparative « aujourd’hui et maintenant », tout autant que parce qu’il servira de point de repère et de socle de comparaison pour les analyses à venir, se révèle aussi intéressant qu’incontournable pour qui s’intéresse à l’analyse des politiques culturelles dans nos sociétés contemporaines.

Top of page

References

Electronic reference

Sylvia Girel, « Philippe Poirrier (dir.), Pour une histoire des politiques culturelles dans le monde (1945-2011) », Lectures [Online], Reviews, 2011, Online since 20 December 2011, connection on 22 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7057

Top of page

Location

France

Germany

England

Belgium

Spain

Italy

Switzerland

Canada

Chile

Japan

Top of page

About the author

Sylvia Girel

Maître de conférences - Médiation culturelle - Université de Provence

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page