Navigation – Plan du site

David Shapira, Les Antisémitismes français

Éric David
Les Antisémitismes français
David Shapira, Les Antisémitismes français, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Clair et Net », 2011, 320 p., ISBN : 9782356871312.
Haut de page

Texte intégral

1Le livre de David Shapira, Les Antisémitismes français -sous-titré De la Révolution à nos jours et préfacé par Serge Klarsfeld-, se propose de dresser un vaste panorama chronologique de la haine antijuive en France. Écrit sur un mode dynamique, l'objet de ce livre s’attache plus particulièrement à décrypter les mécanismes intellectuels de la spécificité idéologique que constitue l’antisémitisme ; il entend également mettre en lumière les aspects concrets de cette phobie en rendant compte des diverses formes de manifestations qui se sont produites entre 1 789 et les années 2000. Le projet est donc ambitieux, d’une part de par son amplitude temporelle, mais il l’est aussi en souhaitant se positionner a contrario d’une perspective où, explique l’auteur, de « trop nombreux écrits traitants de l’antisémitisme en France sont fastidieux à lire parce que trop détaillés ».

2Equilibré dans sa structure générale, l’ouvrage n’en comporte pas moins quelques manques au niveau du contenant. Si l’on peut se féliciter de la présence d’un index -certes modeste-, un support bibliographique plus conséquent aurait toutefois été appréciable. Des sources sont certes mentionnées au fur et à mesure du texte, un peu sous forme d’indices. Mais des interrogations réelles demeurent quant à l’ensemble et à la nature de la documentation utilisée. Dans le cas présent, force est aussi de reconnaître que cet opus de plus de 300 pages est particulièrement fourni et souvent riche en informations… parfois inédites.

3Agencé en dix chapitres -qui correspondent à autant de périodes-, l’ouvrage, aux intentions clairement pédagogiques, se veut accessible à tous sans prétendre cependant à l’exhaustivité. D'ailleurs, on peut convenir que tous les chapitres ne possèdent pas le même intérêt informatif, du moins pour le spécialiste de la question qui estimera, sans doute, que certains d’entre eux ne font que recycler du « déjà dit » ; d’autres pans du livre, en revanche, plus novateurs et plus surprenants, indiquent un réel souci de dépasser la vulgate.

4Ainsi par exemple du chapitre I consacré à la Révolution française. Les Lumières (Voltaire, Montesquieu), généralement adulées dans l’imaginaire historiographique français, y sont évoquées sans concession ni complaisance. L’auteur n’hésite pas à y mentionner les sentiments et préjugés antisémites de quelques révolutionnaires, ainsi que les violentes émeutes qui ont eu lieu au cours de cette période. Le cas de l’abbé Grégoire est, à cet égard, très significatif.

5Le chapitre suivant relate la question des relations tumultueuses de Napoléon avec les Juifs. Adoptant une position à la fois tranchée et ambiguë, il s'avère que les vues de l'Empereur demeurent, au final, ambivalentes et souvent teintées de préjugés et de stéréotypes.

6La partie évoquant les années 1 815-70 ne fait pas l'impasse sur une période historiquement (très) importante : c'est en effet cette période qui inaugure une nouvelle argumentation antisémite et propose les fondements idéologiques de l’antisémitisme moderne. Décliné sur trois modes (raciste, sociale et conspiratrice), D. Shapira rappelle que l’antisémitisme chrétien ne constitua pas, à l'époque, l’unique idéologie antijuive. Également, militants ouvriers et penseurs emblématiques du socialisme (Toussenel, Fourier, Proudhon…) participeront largement à cette construction intellectuelle.

7Les années 1870-1894 n'offrent, quant à elles, guère de surprises : elles confirment, à travers de longs développements, le rôle joué par E. Drumont et le nationalisme français dans la diffusion de l’antisémitisme.

8Il en est de même du chapitre V consacré à l'Affaire Dreyfus qui énumère, très longuement, les manifestations antijuives, en particulier celles qui se sont tenues en province. L'auteur note d’ailleurs que peu d’innovations idéologiques sont réellement perceptibles à ce moment de l'histoire. Toutefois, il n'est pas sans intérêt, à ce stade de la lecture, de s'arrêter sur les réactions communautaires de juifs soucieux de contre-attaquer face à l’antisémitisme.

9La Belle Epoque semble, de son côté, assez bien porter son nom pour les juifs, puisqu'elle n'est pas une période particulière dans l’évolution de l’antisémitisme. En fait, le point d’intérêt essentiel réside certainement dans la création artificielle d’une opposition binaire entre « dreyfusards et antidreyfusards ». Cette dualité mérite, à coup sûr, un traitement explicatif autre que monolithique : Georges Sorel, dreyfusard puis antisémite, illustrera ces ambiguïtés.

10En revanche, le chapitre VII, relatif aux années trente voit le retour d'un antisémitisme flamboyant. En dépit d'une profusion d'écrits visant rageusement le « pouvoir juif » et la « richesse juive », peu d’innovations, sur le plan de l'articulation intellectuelle, sont en fait à relever. C’est aussi le moment où se créent des institutions communautaires (LICA, CDV) qui, selon l’auteur, font mentir les propagateurs du mythe du juif résigné et sans défense.

11Sans qu’il soit très utile de s’appesantir dessus, l’époque consacrée à Vichy rappelle l’existence d’un antisémitisme d’Etat. Mais l’intérêt, ici, se situe peut-être dans l’évocation du personnage de Pétain. En effet, ses comportements et attitudes demeureraient, par certains aspects, un mystère aux yeux des chercheurs puisque conscient du sort des juifs, le héraut de Verdun ne prononça pourtant aucune diatribe à leur encontre.

12Enfin, les deux derniers chapitres, qui englobent la période 1945-2000, révèlent une nette résurgence de l'antisémitisme. Ces relents, retracés d’abord au travers de quelques figures célèbres (Poujade, de Gaulle), scrutent également le phénomène en le stratifiant dans le temps : une recrudescence à la fin des années soixante-dix (2e vague) puis dans les années quatre-vingt-dix (3e vague) débouchera sur l’apparition d’un « antisémitisme antisioniste ».

13Expression de la transposition du conflit israélo-palestinien en France, cette forme « géopolitique » de judéophobie fera désormais glisser, en systématique, le juif vers l’Israélien. Il est vrai que des actes antisémites en provenance d’individus issus de l’immigration arabo-musulmane, et la nazification de l’état d’Israël par une extrême gauche altermondialiste en lien avec des mouvances islamistes, (alors même que l’extrême droite française a paru devenir très minoritairement impliquée dans les affaires antijuives), renforcent la thèse de l’auteur. Il n’y a donc pas à s’étonner que la thématique de « l’antisémitisme » soit aussi devenue, au fil des années, l’objet d’une instrumentalisation : la révélation de « fausses affaires » atteste de cette tendance.

14En souhaitant briser certains clichés réducteurs sur les sources de l’antisémitisme, D. Shapira tient ses promesses. Comme il le souligne, l’antisémitisme ne fut pas que l'apanage de la droite nationaliste : il fut aussi de la responsabilité de la gauche socialiste. S’appuyant sur les perspectives d’historiens et de sociologues (R. Schor, L. Poliakov, S. Epstein, S. Trigano, P-A. Taguieff…) aussi incontournables de par leur savoir, qu'identifiables de par leur engagement, l’auteur ne craint, à aucun moment, de poser des questions susceptibles d’inciter à la controverse. Certaines de ses positions ou interrogations apparaîtront comme à contresens des grilles de lecture habituelles. Peut-être. Mais il est un fait incontestable : en accord ou pas avec ses analyses, nombre des développements de D. Shapira permettent de produire de la discussion et du débat.

15À ce titre, il n’est pas rare de sentir poindre, ici et là, de la part de l’auteur, un franc désir d’en découdre. Contre quoi ? Contre qui ? Il ne s’agit pas nécessairement d’une animosité dirigée contre la France ou les Français (à qui il rend d’ailleurs hommage) ; ni même à l’égard des idéologues antisémites, à qui il peut même d’ailleurs reconnaître un certain talent. Non, ses critiques les plus sévères se portent (étonnamment ?) vers quelques commentateurs, analystes et acteurs de la communauté juive, et sur certaines de leurs interprétations quant à la destinée du peuple juif. Sont visés, en particulier, H. Arendt et quelques-uns de ses disciples américains (M. Marrus, P. Hyman, D. Weinberg) « accusés » d’avoir propagé le mythe de la passivité juive, ainsi que celui d’un supposé affrontement intracommunautaire, préjudiciable au sort des juifs. La tonalité parfois incisive et agressive de l’auteur nuit-elle pour autant à la démarche historienne et sociojournalistique de ce dernier ? On pourrait le penser. Mais en exemple, de nombreuses statistiques sur des faits de violence antisémite viennent aussi objectiver ses dires. L’auteur donne certes ses préférences et les assume, et au bout du compte, un mérite s’en dégage : il n’occulte aucune question ni problématique ; il n’élude aucun fait ou événement. S’il y avait donc à ne retenir de cet exposé clair et limpide qu’un seul mérite, ce serait assurément celui-ci : ne rien dissimuler. N’est-ce pas ici la qualité d’un vrai travail de recherche ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric David, « David Shapira, Les Antisémitismes français », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 20 décembre 2011, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7062

Haut de page

Rédacteur

Éric David

Docteur en Sociologie politique de l'Université Paris-Ouest-Nanterre

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page