Navigation – Plan du site

« Nanotechnologies. Au-delà des fantasmes », La Revue nouvelle, n11, novembre 2011

Mathieu Noury
Nanotechnologies
Bernard Feltz, François Thoreau (dir.), « Nanotechnologies. Au-delà des fantasmes », La Revue nouvelle, 66ème année, n° 11, novembre 2011.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  La nanotechnologie est un « domaine multidisciplinaire qui concerne la conception et la fabricatio (...)

1À l’heure où les débats en matière de nanotechnologies1 font rage et voient bien souvent s’opposer, d’un côté, les nano-utopistes et, de l’autre, les nano-catastrophistes, le dossier de novembre de La Revue nouvelle, « Nanotechnologies. Au-delà des fantasmes », propose « une approche rationnelle du phénomène des nanotechnologies, en tentant d’en préciser les multiples dimensions et d’en souligner les multiples enjeux ». Les contributeurs à ce dossier (B. Bensaude-Vincent, D. Lison, C. Kermisch, F. Thoreau, D. Vinck, B. Laurent, M. Botbol-Baum et P. Busquin) nous convient à une réflexion nuancée et critique sur les grands débats et enjeux du nanomonde en abordant tant ses dimensions scientifiques, politiques, économiques que sociales ou philosophiques. Si le caractère panoramique du dossier et l’aspect synthétique des articles risquent peut-être de laisser sur leur faim les nano-initiés, il n’en reste pas moins que La Revue nouvelle nous offre ici une excellente mise en perspective des problématiques générales soulevées par la conquête de l’infiniment petit qui a le grand mérite de ne pas tomber dans le piège de la caricature fictionnelle ou du parti pris trop hâtif. En échappant à la perception immédiate, le nanomonde, qui ne nous ait accessible que par la production d’images générées techniquement, est en effet un terrain propice aux « injonctions paradoxales » et, par le fait même, « aux utopies les plus folles ainsi qu’aux craintes les plus noires » (Thoreau).

2Nous apprendrons ainsi qu’après l’informatique et la génétique, les nanotechnologies nous confrontent aujourd’hui à une nouvelle révolution techno scientifique et sociale dont l’objectif démesurément ambitieux prend des allures prométhéennes : façonner le monde atome par atome. En offrant la possibilité de maîtriser et transformer techniquement aussi bien la matière vivante que non-vivante à l’échelle de leurs unités fondamentales, les nanotechnologies proposent une nouvelle manière de faire science qui, sous le slogan de la convergence, « entraîne un nouveau régime de politique et d’organisation de la recherche » ayant pour ambition de réunir l’ensemble des secteurs de l’activité scientifique au niveau moléculaire (Bensaude-Vincent) et pourrait aller jusqu’à transformer notre condition humaine en ouvrant la voie à une posthumanité (Botbol-Baum).

  • 2 Roco, M., & Bainbridge, W. (2002), Converiging Technologies for Improving Human Performance. Washin (...)

3Largement soutenues et guidées politiquement, les nanotechnologies proposent un nouveau modèle de recherche fortement utilitariste et intégratif adapté aux exigences de compétitivité économique qui incorpore comme finalité intrinsèque la transformation technique tant de la matière que de l’humain, comme le suggère le retentissant rapport de la National Science Foundation Converging technologies for improving human performances2. Avec les nanotechnologies, « la recherche n’est en effet plus conçue comme activité académique libre, mue par les problématiques internes à chaque discipline : elle est pilotée par des programmes, assortis de feuilles de route. […] La recherche est désormais un moyen en vue d’une fin extérieure à la connaissance proprement dite ». En ce sens, « les fins assignés à la recherche impliquent un renoncement à l’idée de neutralité de la science comme de la technique » (Bensaude-Vincent). En se penchant sur les dynamiques qui traversent les lieux de production de la connaissance en nanotechnologies, Dominique Vinck nous montre d’ailleurs très bien que « ce ne sont pas seulement des connaissances nouvelles, des publications et des brevets qui sont fabriqués [dans les laboratoires], mais aussi des orientations de recherche, des organisations, des compétences et des identités professionnelles ». Plus précisément, nous dit-il, « les nanotechnologies ne correspondent pas seulement à des changements d’objets de recherche et à de nouvelles applications technologiques. Elles sont aussi l’occasion de transformations qui traversent le monde des sciences ».

4Le développement de cette nouvelle manière de faire science s’accompagne également d’importants risques toxicologiques du fait des propriétés particulières des nanomatériaux, notamment dans le cas des nanoparticules à visée médicale. Mais encore faut-il s’entendre sur la signification de ces particularités ? C’est ce à quoi l’article de Dominique Lison tente de répondre en suggérant que les nanoparticules se caractérisent moins par une toxicité unique, c’est-à-dire d’un type nouveau, que par une toxicité qualitativement différente, « notamment en raison de la très petite taille des nanomatériaux qui modifie leur capacité à se distribuer dans l’organisme et la cellule ». D. Lison en appelle ainsi à une gouvernance anticipative qui prendrait simultanément en compte l’analyse des implications et les perspectives de maîtrise des risques découlant des technologies nanométriques.

5À ce titre, les nanotechnologies posent des problèmes éthiques urgents auxquels les gouvernements et les institutions internationales tentent d’apporter des réponses en développant des stratégies adaptées de gestion des risques (Busquin). Se développant sous la bannière de l’innovation responsable et la mise en œuvre de démarche d’anticipation qui tentent d’engager le public dans le débat, ces stratégies instaurent bien souvent un contexte de gouvernance de type managérial (Bensaude-Vincent) ayant beaucoup plus le souci de gérer la forme de la mobilisation sociale en tant que telle, en vue de faire accepter au public ces technologies, que de créer un véritable espace de dialogue démocratique (Laurent).

6En ouvrant la boîte noire des nanotechnologies, ce dossier nous permet ainsi de saisir la portée et la complexité des enjeux accompagnant la révolution de l’infiniment petit qui nous confronte de manière vertigineuse et radicale à une importante dynamique de changements sociétaux qui engage, en même temps, sous la tutelle de la techno science, la nature et la société.

Haut de page

Notes

1  La nanotechnologie est un « domaine multidisciplinaire qui concerne la conception et la fabrication, à l’échelle des atomes et des molécules, de structures moléculaires qui comportent au moins une dimension mesurant entre 1 et 100 nanomètres, qui possèdent des propriétés physico-chimiques particulières exploitables et qui peuvent faire l’objet de manipulations et d’opérations de contrôle » : Office québécois de la langue française. (2 009). Vocabulaire panlatin de la nanotechnologie. Québec : Gouvernement du Québec, p. 46.

2 Roco, M., & Bainbridge, W. (2002), Converiging Technologies for Improving Human Performance. Washington: NSF/DOC-sponsored report.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Noury, « « Nanotechnologies. Au-delà des fantasmes », La Revue nouvelle, n11, novembre 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7065

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page