Navigation – Plan du site

Jean-Louis Siroux, La fabrication des élites. Langage et socialisation scolaire

Samuel Coavoux
La fabrication des élites
Jean-Louis Siroux, La fabrication des élites. Langage et socialisation scolaire, Louvain-La-Neuve, Editions Academia, coll. « Thélème », 2011, 253 p., ISBN : 9782806100221.
Haut de page

Texte intégral

1Si la comparaison a ses vertus, la monographie également. Issu d’un travail de thèse portant sur les rapports au langage de lycéens belges à travers l’analyse comparée de trois établissements, La fabrication des élites se concentre sur une école prestigieuse de la banlieue de Bruxelles, désignée comme l’école « Hergé » dans la publication, pour rendre compte du rôle du langage dans la socialisation scolaire. Jean-Louis Siroux justifie ce choix d’objet par le déséquilibre de la littérature sur l’éducation en faveur de l’étude des classes populaires, et des décalages que l’on constate alors souvent entre normes scolaires et pratiques langagières. La socialisation de l’élite, pourtant, apprend tout autant sur le rôle du langage scolaire à la fois comme moyen de légitimation des hiérarchies et marqueur de l’apprentissage scolaire. L’école, ainsi, enseigne autant qu’elle consacre.

2L’auteur adopte pour cadre d’analyse la théorie de la pratique de Pierre Bourdieu, et son usage de l’habitus. Le premier chapitre présente et critique cette approche, à partir, notamment, du travail de Bernard Lahire. La critique porte en particulier sur l’unité de l’habitus : la pluralité des instances de socialisation rend en effet ce postulat difficile à tenir. Mais l’auteur explique également avec nuance les rapports entre sens pratique et réflexivité, les deux étant bien loin de s’opposer comme on le prétend caricaturalement. Il commente ensuite la controverse entre Bernstein et Labov autour de la question du relativisme sociologique et de la commensurabilité des dialectes, et prend position pour une démarche linguistique attentive aux hiérarchies symboliques entre dialectes.

3Le travail empirique, présenté dans le chapitre suivant, a consisté en une riche série d’observations menées durant une année scolaire dans des classes de sixième année du lycée Hergé, en cours et en dehors, sans que l’enquêteur n’occupe de poste officiel dans l’établissement. Ces observations sont complétées par des entretiens avec les enseignants, et surtout avec les élèves, qui sont souvent mobilisés dans l’ouvrage. L’école en question est réputée dans la région de Bruxelles à la fois pour son recrutement (les élèves sont pour la plupart issus des classes dominantes) et pour la qualité de son enseignement. Elle ne constitue cependant pas un tout homogène, loin de là. Les différentes sections sont ordonnées selon une hiérarchie sociale et symbolique précise, les classes de mathématiques et de lettres classiques étant bien plus prestigieuses que les autres, et notamment la section économie et sciences sociales. Si les élèves, ainsi, sont en général attachés à leur école et investis scolairement, comme le montre le fait que les élèves les plus populaires ne soient pas, comme ailleurs, les plus anti-intellectuels, ceux des sections les moins prestigieuses, et d’origine moins favorisée, sont aussi les plus éloignés de la culture scolaire.

4Le chapitre quatre est centré sur la maîtrise du langage dont font preuve la plupart des élèves de l’école. Elle se voit notamment dans l’aisance orale, lors de prises de parole publiques, par exemple à l’occasion de concours de rhétorique. Pour les élèves d’Hergé, langage scolaire et extrascolaire ne s’opposent pas, mais sont en continuité. Ils baignent, plus généralement, dans un paysage langagier soutenu qui facilite une telle prise de parole. Cela ne laisse cependant rien préjuger du contenu des discours : les élèves peuvent ainsi se féliciter d’« entourlouper » un enseignant par une dissertation pédante, mais bien écrite, et l’auteur remarque que l’adresse discursive est parfois mise au service de thèses par ailleurs difficiles à soutenir.

5Celle-ci, cependant, ne va pas sans un certain coût, décrit dans le chapitre cinq : l’élection scolaire se paye d’une tension, d’un travail sur soi permanent, et de l’acceptation de souffrir aujourd’hui pour gagner demain qui caractérise l’ascétisme. L’auteur met alors son travail en perspective avec la littérature consacrée à la fabrication des élites : si Hergé n’est pas l’ENA, en termes de sélectivité du recrutement, c’est bien dans un cas comme dans l’autre un « sens du jeu », une maîtrise pratique du langage soutenu et des situations scolaire, que les élèves amènent, et renforcent, à l’école.

6L’ouvrage de Jean-Louis Siroux repose sur une enquête approfondie et riche, mobilisée avec pertinence lors de l’analyse. Son propos est toujours nuancé, grâce à la prise en compte du double rôle de l’école, comme lieu de consécration et lieu d’enseignement. Il montre bien, ainsi, que les élèves apprennent à développer une maîtrise du langage qu’ils ont pour une grande part acquise dans leur socialisation familiale. Enfin, l’accent mis sur les multiples partitions internes à l’école et sur l’expérience vécue par les lycéens réfute l’idée d’une uniformité de l’élite. On peut cependant regretter le choix d’exposer le cadre théorique dans un chapitre à part, quelque peu scolaire. La théorie est exposée comme préalable, puis largement oubliée dans les chapitres suivants, alors qu’elle devrait être travaillée tout au long du compte-rendu de l’enquête. L’ouvrage ne reste pas moins une contribution appréciable à la connaissance de l’éducation des élites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Coavoux, « Jean-Louis Siroux, La fabrication des élites. Langage et socialisation scolaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7068

Haut de page

Rédacteur

Samuel Coavoux

Doctorant en sociologie à l'École normale supérieure de Lyon et au sein de l'équipe "Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations" du Centre Max Weber

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page