Navigation – Plan du site

Mathias Millet, Gilles Moreau, La société des diplômes

Didier Bastide
La société des diplômes
Mathias Millet, Gilles Moreau (dir.), La société des diplômes, La Dispute, coll. « Etats des lieux », 2011, 280 p., ISBN : 9782843032141.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  BERTHELOT J.-M., Le piège scolaire, Paris, PUF, 1 983 et Ecole, Orientation et Société, Paris, PUF (...)

1L’ouvrage, Ecole, Orientation et société publié en 1993, débutait par la confrontation d’extraits de deux entretiens réalisés auprès d’un élève de lycée agricole préparant un CAP afin de reprendre l’exploitation familiale d’une part et d’un lycéen de terminale de série scientifique d’un grand établissement de centre-ville, se destinant à des études de médecine d’autre part. Fort différentes l’une de l’autre, ces deux trajectoires sociales, familiales et scolaires avaient en commun d’illustrer à la fois la thèse du « piège scolaire », développée dix ans auparavant, mais également, l’impérieuse nécessité d’obtenir un diplôme en vue d’une intégration professionnelle. Bref, Jean-Michel Berthelot1montrait que scolarisation et diplôme allaient désormais de pair, jusqu’à constituer aujourd’hui des « partenaires de cordée ». C’est par cette expression, et par un constat similaire que Mathias Millet et Gilles Moreau, codirecteurs de l’ouvrage La société des diplômes, choisissent d’introduire les seize contributions ici rassemblées. L’objectif partagé étant d’appréhender le diplôme comme « objet social vivant » et/ou comme « marqueur social ».

  • 2  Centenaire du CAP. Apprentissages professionnels, certifications scolaires et société, Colloque in (...)
  • 3  CABANEL P., La République du certificat d’études, Paris, Belin, 2 002.

2Les auteurs, historiens, chercheurs en sciences de l’éducation, sociologues, pour certains (dont les deux codirecteurs) membres du GRESCO, laboratoire à l’initiative du récent colloque « Centenaire du CAP »2, portent ici plus largement leur regard sur une « mosaïque » de diplômes pour reprendre l’intitulé de la deuxième partie. Là, chacun d’entre eux livre une coupe du système éducatif français à un instant donné, notamment des politiques publiques d’éducation, des pratiques scolaires et des curricula en vigueur, en même temps qu’il procède à l’étude d’un diplôme. Cette partie débute par l’histoire du Certificat d’études, aujourd’hui disparu mais qui s’imposa longtemps comme « lieu de mémoire ». L’ambition de l’Etat, résumée dans l’intitulé même du diplôme était de « certifier le bon achèvement d’une formation nécessaire au citoyen de la démocratie moderne » que les maîtres étaient chargés d’instituer 3. En suivant, Antoine Prost revient sur la création du baccalauréat professionnel en 1985, plus exactement sur l’histoire de cette décision politique consistant à placer « l’enseignement professionnel à parité avec l’ensemble du second cycle ». L’auteur, chargé d’un groupe de travail sur l’évolution des lycées en 1983 par le ministre Alain Savary, nous fait profiter de cette vue de « l’intérieur » pour restituer les différentes étapes de la réforme, qui ne devient effective que sous le gouvernement de Laurent Fabius. Toujours à propos de l’enseignement professionnel, Fabienne Maillard questionne les évolutions récentes du BEP en train de perdre « son cursus de formation, son statut de diplôme à part entière ».

3Les autres contributions ne procèdent pas différemment. Elles visent toutes à éclairer sous différents angles, les transformations intervenues en matière de « bac théâtre » mais aussi dans l’enseignement supérieur concernant le BTS, le Deug, de LMD (licence, master, doctorat), à l’aune de leurs origines respectives. Ainsi, Sophie Orange s’intéresse-t-elle à la place des BTS au sein du système scolaire aujourd’hui, à partir de la composition du public de ces formations.

  • 4  POULLAOUEC T., Le Diplôme, arme des faibles, Paris, La Dispute, 2 010.

4Ces développements viennent en contrepoint de la première partie, qui débute avec Guy Brucy par l’analyse de la transmutation du diplôme dans la société française, devenu bien ordinaire, « nécessaire mais non suffisant pour accéder à l’emploi » après avoir longtemps été un bien rare. Se posent alors les questions de la valeur des diplômes et de leur inflation. Tristan Poullaouec opère un retour critique sur les expressions « inflation scolaire, inflation des diplômes » et sur leurs postulats. Le diplôme restant « la ressource la plus forte des groupes dominés »4.

5La troisième partie enfin délaisse le champ scolaire, pour aborder le diplôme du point de vue du marché du travail. Celui-ci in fine fixe la valeur du diplôme comme le fait remarquer Prisca Kergoat. Aussi deux contributions se penchent sur l’attitude complexe, ambivalente, des entreprises face au diplôme. Ces dernières « critiquent le diplôme, mais lui accordent toujours de la valeur. Elles construisent leurs propres certifications mais continuent à emprunter les marqueurs des formations académiques » soulignent Marie-Hélène Jacques et Frédéric Neyrat, sur la base d’une enquête réalisée auprès de grandes entreprises industrielles ou de service. Enfin, Pascal Caillaud, chargé de recherches en droit du travail, clôt cette partie en soulignant la perte de légitimité du diplôme dans les conventions collectives.

6Au final, l’objectif énoncé par Mathias Millet et Gilles Moreau de contribuer à une sociologie des diplômes, mobilisant les récents travaux de divers champs, de diverses disciplines, dans une optique de « sociologie décloisonnée » est parfaitement atteint. D’une lecture stimulante, l’ouvrage doit sans doute beaucoup à sa judicieuse composition où les contributions se répondent et/ou se complètent réellement.

Haut de page

Notes

1  BERTHELOT J.-M., Le piège scolaire, Paris, PUF, 1 983 et Ecole, Orientation et Société, Paris, PUF, 1 993.

2  Centenaire du CAP. Apprentissages professionnels, certifications scolaires et société, Colloque international, 18, 19, 20 octobre 2011, GRESCO, MSHS de Poitiers.

3  CABANEL P., La République du certificat d’études, Paris, Belin, 2 002.

4  POULLAOUEC T., Le Diplôme, arme des faibles, Paris, La Dispute, 2 010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Bastide, « Mathias Millet, Gilles Moreau, La société des diplômes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7069

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page