Navigation – Plan du site

Xavier Crettiez, Les formes de la violence

Sabi-Olivier Benouaddah-Muller
Les formes de la violence
Xavier Crettiez, Les formes de la violence, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2008, 120 p., EAN : 9782707153630.
Haut de page

Texte intégral

1Mener une réflexion sur la violence est complexe. En effet les manifestations et les phénomènes liés à la violence sont nombreux, et parfois difficilement appréhensibles, parce que difficilement perceptibles. L'auteur, Xavier Crettiez, professeur de science politique à l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, propose un large regard sur les formes de la violence. Il débute par une typologie de la violence ou des « violences » en séparant deux grandes formes de penser la violence : la violence symbolique et la violence physique. En ce qui concerne la violence symbolique l'auteur se réfère à Pierre Bourdieu. La violence symbolique est ainsi définie par Bourdieu comme une violence invisible, c'est-à-dire non reconnue comme une « violence » mais comme un fait allant de soi. Les agents sociaux qui la subissent acceptent un certain nombre d'axiomes de manière tout à fait naturelle. C'est donc, pour résumer très brièvement la pensée sociologique de Bourdieu sur ce thème, une violence qui s'exerce dans la mesure où les agents sociaux la méconnaissent comme violence. Philippe Braud dans Violences politiques (2004) a distingué deux types de violences symboliques : l'atteinte à une identité groupale ou personnelle très investie et l'atteinte aux croyances, aux normes et aux valeurs qui donnent du sens à une société.

2La violence physique paraît plus aisée à définir. Un individu agresse physiquement un autre individu et celui-ci ressent ou non une douleur. En revanche les motifs et les modes d'expression de cette violence sont pluriels. Les violences physiques s'expliquent (et ne se justifient pas) par des revendications culturelles. Nous entendons, ici, le terme « culturelles » dans un sens qui englobe toutes les sphères de la vie en société (religieuse, politique, économique etc.).

3Définir la violence se révèle, au fil du livre, une tâche de plus en plus complexe. C'est pour cette raison que l'auteur choisit de dégager en permanence deux ou trois types de violences se situant souvent dans les deux grandes catégories précédemment définies (symbolique et physique). Ainsi il sépare par exemple la violence politique de la violence sociale. La différence entre ces deux violences se situe à plusieurs niveaux : le statut des acteurs qui l'exercent, leurs discours de justification et les effets de ces violences.

4Les formes de la violence, et c'est l'ambition de l'ouvrage, peuvent s'appréhender dans des lignes d'analyse communes et dépasser ainsi la pluralité des significations. L'auteur distingue trois grandes formes de la violence : une violence de « calcul », pratiquée par des acteurs organisés (l'Etat) ; une violence « passionnelle », motivée par la colère ; une violence « identitaire », permettant de revendiquer un statut ou l'existence d'un groupe.

5Au-delà des différents classements entrepris par l'auteur pour définir la violence, des questionnements sont à éclaircir. Par exemple comment devient-on violent ? Autrement dit, il s'agit d'étudier les mécanismes d'entrée dans la violence. Des déterminismes collectifs à la rationalité individuelle de l'engagement, les logiques d'action s'expliquent différemment selon les courants de pensée. La difficulté, dans ce cas précis, est de conjuguer une approche individuelle et collective.

6Illustrées parfois sous forme de tableaux et de statistiques, certaines formes de violence paraissent échapper aux analyses scientifiques (sociologie des massacres, sciences politiques etc.). L'auteur, qui parle énormément de « violences institutionnelles » (de manière très/trop récurrente), ne s'attarde pas, malheureusement, sur les représentations de la violence. Dans le quatrième et dernier chapitre il aborde le sujet de manière brève en expliquant les effets de la médiatisation et les changements de représentation qui en découlent. L'épaisseur historique et la prégnance du politique dans l'analyse de l'auteur se font au détriment parfois du regard sociologique. Cela s'explique, en autre, par l' « appartenance scientifique » de Xavier Crettiez, rappelons-le, professeur de science politique. Il s'agit donc des formes de violence de l'activité politique. Mais ne sont-elles pas plus présentes qu'il n'y paraît dans les toutes les sphères de la société ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabi-Olivier Benouaddah-Muller, « Xavier Crettiez, Les formes de la violence », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 02 janvier 2009, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/707

Haut de page

Rédacteur

Sabi-Olivier Benouaddah-Muller

Chargé de recherche CRES, titulaire Master Professionnel anthropologie appliquée au développement, à la santé et à l'interculturel

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page