Navigation – Plan du site

Pourquoi les sciences économiques nous conduisent dans le mur ? : une réponse à Pierre Gille

Jacques Perrin
Pourquoi les sciences économiques nous conduisent dans le mur ?
Jacques Perrin, Pourquoi les sciences économiques nous conduisent dans le mur ? Reconsidérer nos visions du monde, nos systèmes de valeurs et nos conceptions de la richesse, Paris, L'Harmattan, coll. « La Librairie des Humanités », 2011, 228 p., ISBN : 9782296552630.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Merci à Pierre Gille pour le compte rendu détaillé et l’analyse critique très pertinente qu’il a faits de mon ouvrage.

2Je profite de ce compte rendu pour préciser (votre point 2) que pour éviter la catastrophe annoncée il nous faut refonder les sciences économiques à partir d’une nouvelle conception de la valeur économique et non pas seulement à partir « de la différence entre croissance économique et développement ». L’histoire de la pensée économique montre que c’est une nouvelle compréhension de la valeur qui permet de fonder une nouvelle théorie économique. Bien que s’appuyant sur deux notions différentes de la valeur économique, les théories classiques et néo-classiques ont été amenées à identifier la valeur à la valeur d’échange et à définir la richesse comme étant la valeur monétaire des biens et services produits ou acquis. L’hypothèse que je défends est que cette manière de concevoir la richesse depuis le début de l’industrialisation s’inscrit dans une certaine vision du monde née au siècle des Lumières.  L’homme des « Lumières » est doté d’une raison qui lui donne une place spécifique dans la création. Cette nouvelle vision du monde a suscité l’émergence d’un nouveau projet pour les hommes « devenir maîtres et possesseurs de la nature ». C’est cette vision du monde qu’il nous faut modifier, c’est la condition pour changer fondamentalement notre conception de la valeur et de la richesse économiques.

3Par rapport au concept de vision du monde, qui est central dans mon hypothèse, j’ai fait appel aux travaux des sciences cognitives sur les représentations mentales pour souligner que nos raisonnements sont formatés et organisés par nos images mentales, nos visions. Même les scientifiques tels que Einstein ou Schumpeter reconnaissent que les images mentales, les visions constituent l’acte de connaissance antérieure à l’analyse (cf mon ouvrage p.32). L’apport des sciences cognitives est plus précis que le rôle « du contexte social et culturel dans lequel nous évoluons pour expliquer » (votre point 10) les conditionnements de nos raisonnements.

4Concernant les relations de l’homme occidental avec la nature je ne prétends pas que « la nature serait un modèle d’harmonie et d’équilibre »  (votre point 5) ; par contre je pense que nous devons développer avec notre environnement des rapports autres que des rapports de domination et de prédateur. Je suis assez attiré par le concept de nature développé par Spinoza, philosophe qui s’est opposé au dualisme de Descartes et qui a aussi orienté les travaux de Frédéric Lordon.

5Comme il est noté dans votre point 3, mon travail de recherche a des visées économiques, politiques, philosophiques mais aussi spirituelles. Cette dimension de la réflexion me semble très importante, même si elle peut apparaître « spiritualiste », « panthéiste ». Afin de préciser ma pensée sur l’importance de la dimension spirituelle pour comprendre les causes de la crise de notre mode de développement, je reprendrais volontiers les propos du philosophe André Comte-Sponville, auteur L’esprit de l’athéisme, introduction à une spiritualité sans Dieu, : « Si tout est naturel, la spiritualité l’est aussi. Cela, loin d’interdire la vie spirituelle, la rend possible. Nous sommes au monde, du monde : l’esprit fait partie de la nature » (p. 151). Pour ce philosophe, les barbarismes qui s’affirment à travers l’imposition des lois du marché comme seul mode de régulation économique au niveau mondial seraient plus dangereux que les barbarismes religieux.

6A propos de l’école institutionnaliste et néo-institutionnaliste américaine (votre point 2) j’ai eu la chance de travailler quelques années dans le laboratoire ECT/GATE de l’université Lumière Lyon 2 qui a relancé en France, dans les années 1990, des travaux de recherche en France sur cette école de la pensée économique. Comme je l’ai indiqué dans une note de mon livre (p. 153) le courant néo-institutionnaliste américain ne doit pas être confondu avec le courant néo-institutionnaliste de Coase, North, Williamson.

7J’ai été très heureux de lire récemment le livre d’André Orléan, L’empire de la valeur, refonder l’économie, et de découvrir que nous partagions des préoccupations communes. En effet un des objectifs de mon ouvrage (cf l’avant propos) était de lancer un appel aux économistes pour que la  théorie de la valeur, qui ne peut pas se réduire à une théorie des prix (cf les ouvrages de F. Perroux, de F. Fourquet), redevienne un thème central dans leur recherche et dans leur enseignement. Je note que l’hypothèse de travail d’Orléan est très différente de la mienne. Pour Orléan « la monnaie est l’institution qui fonde la valeur et les échanges (…) le désir de monnaie et non la quête de biens utiles, est la force qui donne vie à toute la mécanique marchande » (son livre p. 13). Pour ma part, je défends l’idée qu’il nous faut arrêter d’identifier valeur et prix et qu’il nous faut réintroduire la valeur d’usage, l’utilité et notamment l’utilité sociale des biens communs dans notre manière de repenser la valeur, si nous souhaitons que les sciences économiques nous aident à éviter le mur des catastrophes écologiques et des explosions sociales.

8L’absence de référence à la socio-économie (votre point 9) est en partie due au fait que j’avais consacré un long paragraphe à cette école de pensée dans mon précédent ouvrage Valeurs et développement durable (L’Harmattan, 2004) et que je voulais éviter de me répéter. La critique est juste ainsi que celle concernant l’absence de référence à Max Weber.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Perrin, « Pourquoi les sciences économiques nous conduisent dans le mur ? : une réponse à Pierre Gille », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7070

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page