Navigation – Plan du site

Christian Arnsperger, L'homme économique et le sens de la vie. Petit traité d’alter économie

Igor Martinache
L'homme économique et le sens de la vie
Christian Arnsperger, L'homme économique et le sens de la vie. Petit traité d’alter économie, Paris, 2011, 144 p., ISBN : 9782845974289.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment leur -stimulant- ouvrage commun, Ethique économique et sociale,  dans la collection (...)
  • 2 Intitulé Transitions : http://transitioneconomique.blogspot.com/
  • 3 Le slogan de la « croissance verte » résonne ainsi comme un oxymore reflétant cette contradiction (...)

1En ces temps de consumérisme effréné, le dernier ouvrage de Christian Arnsperger peut paraître quelque peu décalé. Ou au contraire totalement à propos. Professeur de philosophie à l'Université de Louvain et chercheur au Fonds national de la Recherche scientifique belge, celui-ci n'est pas un inconnu pour quiconque s'intéresse aux questions d'éthique économique et sociale, à l'instar de son compatriote Philippe Van Parijs1, et tient notamment un blog consacré à ces thématiques2. Dans ce nouvel opus, Christian Arnsperger propose de s'interroger sur le sens – au quadruple sens du terme (signification, direction, raison et perception)- des activités étiquetées comme économiques. N'en déplaise aux partisans d'une stricte séparation de ces dernières vis-à-vis des autres actions humaines, celles-ci – et plus exactement le dogme de la « croissance » illimitée qui en forment aujourd'hui le socle3- possèdent des racines anthropologiques très profondes comme s'applique à le montrer l'auteur. Non seulement elles s'appuient en effet sur un ensemble de présupposés qui définissent une certaine conception de la « nature » humaine, mais elles contribuent également à façonner nos façons de penser et de nous comporter en retour, bref à nous socialiser à un certain nombre de valeurs et de normes de comportement d'autant plus efficaces que leur arbitraire demeure inaperçu.

  • 4 Il serait évidemment impossible d'en faire un recensement exhaustif. On se contentera de renvoyer (...)

2L'idéologie (au sens de vision du monde) portée par la « croissance » est ainsi délétère à bien des égards, tant d'un point de vue social, environnemental qu'humain donc – et c'est sur ce dernier point qu'insiste du reste davantage l'auteur. Jusqu'ici, les lecteurs pourront se dire qu'il n'y a rien de bien nouveau sous le soleil, et que les diverses critiques du capitalisme, et notamment celles qui émanent aujourd'hui des objecteurs de croissance, ont déjà fourni une abondante littérature, qui pointe notamment bien cet enjeu anthropologique4. Certes, mais il serait dommage pour autant de se détourner de l'ouvrage de Christian Arnsperger, car celui-ci en propose une approche originale à plusieurs titres. A l'instar d'autres, il s'interroge dans un premier temps sur ce qui fait la force de cette idéologie moderne de la « croissance » et note que celle-ci repose d'abord dans une sorte de  hold-up sémantique. En désignant l'augmentation illimitée du Produit Intérieur Brut (PIB) des différentes économies nationales érigée en priorité absolue de nos sociétés comme la « croissance », on opère en effet un détournement réducteur de ce dernier concept. Ce dernier, explique en effet l'auteur, est un ressort cardinal de la vie organique autant que spirituelle, associé à la créativité, au dynamisme ou à l'ouverture. Bref, « la croissance comme principe métaphysique est un des « codes » mêmes de la condition humaine », résume l'auteur, ce qui contribue sans doute à rendre ce mot-obus de la « décroissance » inaudible à nombre e nos contemporains. Mais il n'y a pas que ça. Plus fondamentalement observe en effet l'auteur, cette remise en cause touche l'une de nos contradictions principales : celle qui oppose notre « capitaliste » et notre « alternatif » « intérieurs », mais qui penche malgré tout – structures sociales, mais aussi et peut-être tout autant angoisse de la mort et de la finitude, oblige- vers le premier, faisant in fine de chacun d'entre nous (ou presque !) un « adhérent souffrant au capitalisme ».

  • 5 Voir notamment les travaux d'Angus Maddison sur cette question, par exemple L'économie mondiale. U (...)
  • 6 Dans L'économie de la nature. Essai sur Adam Smith et l'anthropologie de la croissance, Paris, Seu (...)

3Après avoir développé cette ambivalence, l'auteur s'intéresse à la genèse de cette idéologie de la croissance illimitée, en rappelant que la production humaine s'est longtemps caractérisée par un état de quasi-stagnation5 jusqu'à la « révolution industrielle » du 18e siècle. Il revient ainsi pour ce faire sur la pensée libérale développée par les Lumières écossaises, Adam Smith en tête, en s'appuyant largement sur la lecture qu'en propose Christian Marouby6. Il s'arrête ainsi plus particulièrement sur la conception de l'histoire économique globale en quatre stades trop méconnue et sur la caricaturée « main invisible » que développe le philosophe de Glasgow, non sans pointer ses contradictions (sur l'émergence d'une division du travail à partir d'un état originaire de pénurie notamment), et ses présupposés (qui confondent entre autres besoins et désirs). Si Adam Smith avait bien perçu la nature double du moteur qui favorise la conversion au capitalisme : la peur du manque et l'envie d'être reconnu socialement, il n'en pose pas moins les bases d'une « double dissimulation de la vérité métaphysique de l'économie » en affirmant que la poursuite de l'enrichissement personnel constituerait un moyen de satisfaire ces deux désirs profonds. Croyant ainsi nous libérer par l'accumulation, nous construisons ainsi bien au contraire la cage de notre propre asservissement explique Christian Arnsperger, en entretenant le fétiche de la « faim abstraite », c'est-à-dire une psychologie de la pénurie dans un contexte d'opulence qui nous fait « constamment prendre nos désirs passagers pour des besoins urgents ».

  • 7 Une définition qui n'est pas sans faire écho à celle, socio-politique, de la jeunesse dans les pay (...)
  • 8 Il n'est jamais inutile de rappeler, à l'instar de Georg Simmel (Les pauvres, Paris, PUF, 1998 [19 (...)
  • 9 Une nouvelle variante du « revenu universel » qui n'est pas sans susciter de vifs débats dépassant (...)
  • 10 Dans une période où on ne cesse de stigmatiser les plus pauvres comme des « assistés » et/ou des « (...)

4Afin de sortir de cette fuite en avant qui ne cesse de se heurter à ses propres limites, l'auteur esquisse ensuite les principes de ce qu'il appelle une « alter-économie », dont le coeur réside dans la construction collective d'une « citoyenneté existencielle » qui consiste à comprendre que « l'économie n'est pas qu'une question de chiffres ou de besoins matériels, mais de rapport à l'existence, une question de sens de la vie », et où chacun peut ainsi devenir un entrepreneur, non pas au sens étroit de ce terme, mais comme un « expérimentateur en quête du sens de son existence »7. Une quête qui puisse s'accomplir dans une certaine frugalité, entre le « trop peu » et le « trop » de biens matériels qui coexistent actuellement dans nos sociétés8. Mais Christian Arnsperger ne se contente pas d'énoncer cet objectif de société, il propose également six mesures concrètes afin d'assurer la transition effective vers ce dernier : l'adoption de véritables normes mondiales, de nouvelles structures politiques qui revivifient notamment la démocratie locale, la diffusion d'outils de « conscientisation » personnels, d'un « revenu de transition économique » déconnecté de la participation à l'accroissement du PIB9, d'un entrepreneuriat « socialisé »10 - autrement dit d'une reprise en main collective et démocratique de l'investissement – autrement dit des moyens de production !...-, et enfin dans le même ordre d'une transformation en profondeur de la création monétaire, s'inspirant notamment des nombreuses expériences de monnaies alternatives.

  • 11 Voir notamment sur ce thème l'article de Michel Camau à propos des « révolutions arabes » : « La d (...)

5C'est sans doute ces dernières, relativement peu développées, qui susciteront le plus de débats. Mais tel est non moins certainement l'objectif de l'auteur, qui n'entend évidemment pas se poser comme un meneur à suivre aveuglément. Car la croyance à l' « homme providentiel » n'est rien moins qu'un autre de nos fétiches à renverser11. En tous les cas, s'il ne livre pas clés en main les moyens de « sortir du capitalisme » comme disent certains, il n'en propose pas moins des pistes éclairantes, rappelant que celui-ci est bel et bien d'abord le fruit d'un conditionnement. En prendre conscience, c'est déjà entamer le chemin vers son émancipation.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment leur -stimulant- ouvrage commun, Ethique économique et sociale,  dans la collection « Repères » des éditions La Découverte en 2003

2 Intitulé Transitions : http://transitioneconomique.blogspot.com/

3 Le slogan de la « croissance verte » résonne ainsi comme un oxymore reflétant cette contradiction profonde qui nous habite. Voir notamment à propos de ce nouveau dogme un entretien avec Dominique Bourg : « La croissance verte est un leurre », Télérama, 5 avril 2009 : http://www.telerama.fr/idees/la-croissance-verte-est-elle-un-leurre,41256.php [Consulté le 21 décembre 2011]

4 Il serait évidemment impossible d'en faire un recensement exhaustif. On se contentera de renvoyer vers quelques publications comme le mensuel au ton satyrique La Décroissance (http://www.ladecroissance.net/) ou la revue S !lence (http://www.revuesilence.net/) sur les sites desquels on trouvera de très nombreux liens et références

5 Voir notamment les travaux d'Angus Maddison sur cette question, par exemple L'économie mondiale. Une perspective millénaire, Paris, éditions de l'OCDE, 2002

6 Dans L'économie de la nature. Essai sur Adam Smith et l'anthropologie de la croissance, Paris, Seuil, 2004

7 Une définition qui n'est pas sans faire écho à celle, socio-politique, de la jeunesse dans les pays scandinaves, comme l'analyse Cécile Van de Velde (voir Devenir adulte Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, PUF, 2008 : http://lectures.revues.org/2001

8 Il n'est jamais inutile de rappeler, à l'instar de Georg Simmel (Les pauvres, Paris, PUF, 1998 [1907]), que la pauvreté est une notion éminemment relative. Voir aussi dans une perspective qui entre en résonance avec celle de Marshall Sahlins sur l'abondance primitive (Âge de pierre, âge d'abondance. Economie des sociétés primitives, Paris, Gallimard, 1976 [1972]), l'ouvrage de Majid Rahnema : Quand la misère chasse la pauvreté (Fayard/Actes Sud, 2003)

9 Une nouvelle variante du « revenu universel » qui n'est pas sans susciter de vifs débats dépassant les clivages politiques traditionnels

10 Dans une période où on ne cesse de stigmatiser les plus pauvres comme des « assistés » et/ou des « fraudeurs », il n'est pas sans saveur de lire que « bon nombre de  ceux qui aujourd'hui se targuent d'être des « entrepreneurs », mais qui sont en fait avant tout des capteurs de surplus à long terme comblant leurs angoisses existentielles par la « réussite » seraient tout simplement jugés inaptes dans une démocratie économique » (p.98)

11 Voir notamment sur ce thème l'article de Michel Camau à propos des « révolutions arabes » : « La disgrâce du chef. Mobilisations populaires arabes et crise du leadership », Mouvements, n°66, 2011/2, p.22-29

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Christian Arnsperger, L'homme économique et le sens de la vie. Petit traité d’alter économie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7072

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page