Navigation – Plan du site

Serge Bouchard, Marie-Christine Lévesque (dir.), Elles ont fait l’Amérique. De remarquables oubliés (Tome 1)

Delphine Moraldo
Elles ont fait l’Amérique
Serge Bouchard, Marie-Christine Lévesque (dir.), Elles ont fait l’Amérique. De remarquables oubliés (Tome 1), Montréal, Lux, coll. « Mémoires des Amériques », 2011, 448 p., ISBN : 9782895960973.
Haut de page

Texte intégral

1L’histoire officielle de l’Amérique oublie souvent les femmes : « Non, vraiment, les femmes n’apparaissent pas dans la trame, hormis quelques dévotes et mystiques, quelques recluses » (p. 11). C’est à cet oubli au profit de « personnages préfabriqués » que décide en 2004 de s’attaquer Serge Bouchard dans une émission radiophonique diffusée pendant plusieurs années sur Radio Canada. Cet anthropologue spécialiste des cultures amérindiennes entend en effet « regarder à l’envers » pour débusquer ces individus oubliés par l’histoire et qui ont pourtant à leur façon « façonné l’Amérique ».  

2Serge Bouchard et Marie-Christine Lévesque offrent ainsi dans Elles ont fait l’Amérique. De remarquables oubliés (Tome 1) les portraits de quinze femmes, « quinze dimensions de la vie féminine », présentés non pas dans un ordre chronologique, mais plutôt suivant une logique géographique de l’espace américain, de la côte Est à la côte Ouest. L’appellation « remarquables oubliées » s’avère bien choisie : en effet, il est fort à parier que peu de lecteurs auront entendu parler de ces quinze femmes, qui bien que restées dans l’ombre ont toutes à leur manière participé à une facette de l’histoire de l’Amérique.

3Des ces histoires de quelques pages au style délié, parfois proche de l’oral, de ces courtes biographies où les anecdotes foisonnent, les deux auteurs nous racontent les histoires exceptionnelles de ces femmes, et à travers elles, l’histoire de l’Amérique (et en particulier du Canada) et des peuples amérindiens et américains. Ces histories de vie sont ainsi l’occasion de faire le point sur des faits historiques : l’esclavagisme au Canada, l’extinction des tribus locales, les rivalités franco-anglaises et leurs accords respectifs avec certaines tribus, le peuplement par des protestants arrivés en masse, etc.

4Parmi les représentantes des peuples autochtones, on découvre ainsi Shanadithit, dernière représentante de la tribu des Béothuks, ces « peaux-rouges » exterminés par les Blancs qui, capturée en 1823, puis étudiée, livrera sous forme de récits et dessins des informations précieuses sur sa tribu avant de mourir de la tuberculose. C’est une des rares femmes de l’ouvrage à ne pas s’être rebellée d’une façon ou d’une autre. En effet, la plupart des femmes dont les auteurs nous font le portrait se sont élevées, à divers degré, contre les règles qui leur assignaient un rôle secondaire et passif. On y découvre ainsi des femmes qui décident de partir à l’aventure, comme Mina Benson Hubbard en 1905, « lady explorer » de la péninsule du Labrador après la mort de son mari lors d’une première tentative d’exploration, ou bien comme Emilie Fortin-Tremblay, pionnière du Yukon, ou encore Françoise-Marie Jacquelin, huguenote partie en Amérique en 1610. La dernière de ces aventurières, la canadienne Maude Maloney Watt, née en 1894, part en 1918, avec son mari, du point où s’était arrêtée Mina Benson Hubbard, et traverse plus de mille kilomètres de taïga avec l’aide d’une famille Innus dont elle partage la vie et les coutumes. Quelques années plus tard, le couple se lance dans une action politique couronnée de succès afin de sauver les castors en voie d’extinction, et par là même les tribus autochtones qui en vivaient.

5On y lit les biographies de femmes indépendantes et émancipées, comme Marie Brazeau, patronne de cabaret au début du 18ème siècle, Susan La Flesche Picotte, femme médecin, Emma Lajeunesse, rebaptisée L’Albani lors d’un séjour en Italie en 1870, chanteuse d’opéra de Montréal à la carrière internationale, Isabelle Couc (devenue Isabelle Montour), fille d’un Français et d’une Algonquine, née en 1667, femme indépendante qui parlait les dialectes locaux (et au moins 5 langues) et qui fut plongée au cœur des tourments politiques du début du 18ème siècle, agissant comme diplomate et comme espionne, Marie-Josèphe-Angélique, esclave antillaise en Nouvelle-France exécutée en 1734, et quelques autres… Il est d’ailleurs étonnant qu’il n’y ait qu’une « véritable » féministe engagée parmi ces femmes, Robertine Barry, journaliste qui s’est battue pour l’instruction des femmes à la fin du 19ème siècle.

6D’autres destins nous donnent à voir des cas d’acculturation surprenants, comme celui d’Esther Wheelwright, jeune anglaise puritaine enlevée par les indiens Abénaquis en 1703 à l’âge de 7 ans, qui l’élèvent comme une jeune indigène.  Récupérée par un prêtre Jésuite français en 1708, puis par le gouverneur Vaudreuil à Québec, elle vivra une deuxième acculturation cette fois-ci dans l’aristocratie française et comme pensionnaire chez les Ursulines, avant de devenir Ursuline elle-même, puis supérieure des Ursulines du Québec en 1760. On peut aussi évoquer l’histoire d’Esther Eneutseak, jeune inuit « recrutée » pour faire partie du zoo humain mis en place par Franz Boas lors de l’exposition universelle de Chicago en 1893, puis embauchée par le cirque Barnum, avec sa fille en bas-âge. Par la suite, elle décidera de rester à New-York, et travaillera comme interprète au Musée d’histoire naturelle et en collaboration avec l’anthropologue Alfred Kroeber, puis sera chargée de l’organisation du village inuit pour l’exposition universelle de Paris de 1900, et passera le reste de sa vie à s’occuper d’évènements de ce type (et même à tourner dans des films avec sa fille devenue sa partenaire de spectacle), tout en dénonçant l’exploitation des esquimaux.

7Au final, les deux auteurs nous livrent un livre de lecture facile, fait de biographies romancées et vivantes, mais appuyé sur des sources variées, et très éclairant sur le contexte historique entourant ces histoires de vie. Un ouvrage qui se révèle fascinant à plusieurs égards et qui ne manquera pas de satisfaire le lecteur en quête d’aventure et de personnages hors du commun, qui pourra d’ailleurs prolonger ses recherches grâce à l’utile bibliographie complémentaire fournie sur chacune de ces « remarquables oubliées ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Moraldo, « Serge Bouchard, Marie-Christine Lévesque (dir.), Elles ont fait l’Amérique. De remarquables oubliés (Tome 1) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 27 décembre 2011, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7092

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page