Navigation – Plan du site

Bertrand Badie, Dominique Vidal (dir.), Nouveaux acteurs, nouvelle donne. L'état du monde 2012

Elieth P. Eyebiyi
Nouveaux acteurs, nouvelle donne
Bertrand Badie, Dominique Vidal (dir.), Nouveaux acteurs, nouvelle donne. L'état du monde 2012, La Découverte, coll. « État du Monde », 2011, 240 p., ISBN : 9782707168887.
Haut de page

Texte intégral

1Cette édition 2012 de L’état du monde, dirigée par Bertrand Badie et Dominique Vidal ambitionne examiner les modalités d’action des « nouveaux acteurs » qui émergent dans un contexte de « nouvelle donne » où l’hyper puissance américaine se trouve en perte de vitesse alors que les printemps arabes induisent de profonds changements dans l’ordre social établi. Le projet des contributeurs de l’ouvrage est clair : prendre la mesure de la déstabilisation du monde et des rééquilibrages qu’elle implique, en procédant à un questionnement fin des révolutions, conflits, guerres économiques, et autres phénomènes de reconstruction identitaire qui offrent au champ des internationalistes des éléments d’analyse très pertinents.

2Organisé en trois parties, l’ouvrage mobilise plusieurs mains pour vingt-huit sessions au cœur desquelles l’Afrique apparaît être la grande absente, abstraction faite des « printemps arabes » dont Jean-Marie Cléry dresse explicitement l’anatomie (pp.97-107). Sur la centralité de l’ouvrage, l’on constate que les auteurs s’efforcent de dresser un bilan des grandes mutations politiques, économiques, sociales, diplomatiques technologiques ou encore environnementales de la planète en 2011. Analysant les ruptures qui interviennent, Bertrand Badie insiste sur une sorte de retour opéré par des sociétés autrefois sous l’emprise de l’autoritarisme et que l’on pensait « démobilisées, impuissantes et fragmentées » (p.17). Les événements qui ont marqué et continuent de structurer le monde arabe en termes de révoltes populaires (cas de la Tunisie ou de l’Egypte) ou militaires orchestrées par le pouvoir néolibéral (cas de la Libye) continuent de renforcer l’idée que les sociétés peuvent à tout moment réagir, y compris contre des pouvoirs tout puissants qui ont la violence parfois extrême comme mode de régulation de l’ordre. L’on constate ainsi que si la réaction populaire est lente et parfois impensable, elle peut toujours survenir. La question du temps politique est donc réexaminé par Badie (pp. 17-29) pour remettre en cause l’idée même d’autocratie modernisatrice, ce qui convie à abandonner donc une pierre d’analyse centrale des sciences politiques postcoloniales, l’idée que les Etats-nations étaient forts et autocratiques et pouvaient moyennant des écarts avec les libertés démocratiques assurer la stabilité et la modernité de sociétés parfois encore pensées inachevées.

3Mais, la crise ne s’est pas limitée au politique comme on peut le voir dans le monde arabo-musulman. Le monde riche et développé en a eu sa part, avec l’émergence des réflexes protectionnistes aux Etats-Unis et en Europe, mais aussi l’échec de l’intégration européenne, stigmatisé notamment pas le cas de la Grèce. Parallèlement, et Jaffrelot (pp.39-50) le montre bien, de nouveaux pôles de pouvoir se sont constitués au sein des pays dits émergents, notamment le BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) et l’IBAS (Inde, Brésil, Afrique du Sud) qui se positionnent comme les porte-parole des pauvres contre les riches, une voix alternative au discours néolibéral traditionnel. En témoignent les prises de position sur la crise libyenne qui conduiront le colonel Kadhafi de vie à trépas, ou encore l’enlisement du cycle de Doha ou encore, le sommet de Copenhague sur le changement climatique.

4Parler de l’état du monde en 2011 ne pourrait se faire sans un détour sur les réseaux sociaux, et plus généralement l’usage et l’implication des outils de l’Internet moderne dans la vise sociopolitique mondiale. Si le printemps arabe en a été un point d’orgue, on ne saurait omettre l’événement WikiLeaks à propos duquel Franck Petiteville (pp.86-97) écrit que le rôle qu’il a joué en 2010 est « d’abord révélateur d’une accélération de la transnationalisation du monde, c'est-à-dire de la prolifération de relations qui se construisent « dans l’espace mondial au-delà du cadre étatique national […], en échappant au moins partiellement au contrôle et à l’action médiatrice des Etats » » (p.87). Les fuites d’informations imputées au soldat américain Bradley Manning au profit du site de l’australien Julien Assange ont ainsi et pour la première fois, à grande échelle, permis la mise sur place publique de documents confidentiels et diplomatiques à travers lesquels le monde entier pouvait être au courant de la pensée diplomatique et parfois secrète de l’hyper puissance américaine. Remettant en cause la dialectique du secret et de la transparence, WikiLeaks est apparu comme un important outil de subversion de la diplomatie étatsunienne. Mais, les réseaux sociaux, dont les plus connus sont Facebook et Twitter, ne seraient-ils pas également des outils de subversion ? C’est l’interrogation que formule Philippe Rivière (pp. 173-178). Il démontre comment le peuple contourne la mainmise des dirigeants sur les médias conventionnels, en usant des possibilités de l’Internet pour communiquer et se mobiliser. La cybercommunauté « impossible à circonscrire » (p.175) de fait a notablement participé à la chute de quelques dictatures policières et autocratiques, la Tunisie et l’Egypte, mais aussi à celle du pouvoir quarantenaire de Muammar Kadhafi. C’est d’ailleurs le caractère insaisissable, voire diffus, des réseaux sociaux qui a permis l’efficacité des mobilisations civiles et populaires contre des régimes contre lesquels des oppositions organisées n’avaient pu rien faire depuis quelques décennies. « Internet comme catalyseur : les agents politiques qui savent se l’approprier démultiplient leur capacité d’action et leurs chances de réussite », conclut Rivière (p.178).

5La dernière partie de l’ouvrage s’attelle à éclairer quelques conflits et enjeux interrégionaux, comme la question iranienne, la crise pakistanaise ou encore le positionnement des narco-Etats mexicains pris entre démocratisation et violence politique. Dans ce dernier cas, Jean Daudelin montre comment l’économie de la drogue produite dans ce qu’il désigne comme le « triangle d’or » (les Etats de Sinaloa, de Durango et de Chihuahua) à destination des Etats-Unis est génératrice de violence en l’absence en raison de l’effondrement du système de gestion de la concurrence entre les organisations criminelles. Ciudad Juarez, la plus grande ville du Chihuahua, est ainsi devenue la ville la plus violente du monde avec un taux de 191 pour 100000 en 2009.

6L’Etat du Monde 2012 s’achève sur le cas de la République démocratique du Congo, que Colette Braeckman qualifie d’« Etat post-conflit qui peine à se stabiliser » et sur la « désillusion des pays d’Europe centrale et orientale à l’égard de l’Union européenne » telle qu’analysée par Jozsef Peter Martin. Sur le cas de la RDC, les faits actuels confortent l’analyse de Colette Braeckman d’autant plus que les élections présidentielles de fin 2011 ont connu des irrégularités non seulement dans le processus mais dans la tenue du scrutin et les résultats, à tel enseigne que l’opposant historique Etienne Tshishekedji ne reconnaisse pas la réélection du fils Kabila, dont la prestation de serment n’a connu pour tout chef d’Etat étranger présent que le controversé Robert Mugabe. Les promesses de stabilisation incarnées par la prise de pouvoir de Joseph Kabila en 2006 semblent ne pas résister à l’épreuve du temps dans un pays éminemment minier mais paradoxalement au cœur d’intrigues et de compétitions en tous ordres, une « base arrière pour les rebelles » (p.226) de toute la région des grands lacs.

7Au final, ce numéro de l’Etat du monde invite à reconsidérer l’hyper puissance américaine (voire occidentale) acculée par la crise financière, la pression des pays émergents mais aussi un ensemble de revers militaires (Irak, Afghanistan) qui mettent à mal le mythe de la supériorité intrinsèque étatsunienne. Par ailleurs, la constitution et l’émergence d’acteurs nouveaux dans un contexte de renouvellement des paradigmes centraux d’analyse du monde confirme l’existence de lames de fonds déstabilisateurs dont l’une des caractéristiques est d’être parfois sans visage mais efficace (cas des réseaux sociaux) ou encore de se révéler dans une multiplicité de formes (batailles d’idées, conflits ouverts, crises identitaires, bouleversements économiques, etc.).

8L’intérêt d’un ouvrage comme celui-ci est son ambition de vouloir donner un instantané de la marche du monde, mais en cela réside également ses difficultés : comment aborder les sujets prégnants ? Comment sélectionner les priorités ? Jusqu’où aller ? etc. A ces nombreuses questions méthodologiques, les auteurs de L’Etat du Monde 2012 brillent par la clarté de leurs analyses, la diversité de leurs points de vue et l’effort d’objectivation dans la compréhension du paradigme mondial du changement, car en définitive ceci est un essai sur les plus récents changements dans le monde.

9Il est utile de signaler que ce livre propose également une sélection d’ouvrages estampillés « livres de l’année » et brièvement présentés des pages 108 à 114 pour approfondir les thématiques examinées ici. Des ressources complémentaires sont également rendues disponibles sur le site l’Encyclopédie de L’état du monde (www.etatdumonde.com) dans le cadre d’une base documentaire de trente ans d’archives qui regroupe plus de huit mille articles, quarante mille données statistiques, dix mille liens , etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elieth P. Eyebiyi, « Bertrand Badie, Dominique Vidal (dir.), Nouveaux acteurs, nouvelle donne. L'état du monde 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 27 décembre 2011, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7093

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page