Navigation – Plan du site

Sylvain Barone (dir.), Les politiques régionales en France

Joachim Benet
Les politiques régionales en France
Sylvain Barone (dir.), Les politiques régionales en France, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2011, 324 p., ISBN : 9782707170637.
Haut de page

Texte intégral

1L'ouvrage Les politiques régionales en France sous la direction de Sylvain Barone rassemble une série de contributions qui interrogent la place occupée par les régions dans l'évolution de l'action publique. Ces contributions s'inscrivent dans une perspective comparative, à l'échelle nationale et européenne. Jean-Pierre Gaudin résume ainsi l'ouvrage : « peut-on dire que les régions existent véritablement comme acteurs politiques, alors que leur statut reste toujours incertain et que leur lisibilité démocratique apparaît précaire, au moment où l'on veut fusionner leurs élus avec ceux des départements ? » (p.279). Les régions françaises sont-elles devenues des lieux politiques du point de vue des représentations et des attachements identitaires locaux ?

2Les contributions sont regroupées en trois parties : la première traite des différentes compétences transférées aux régions comme les lycées (Claire Dupuy), la formation professionnelle (Thierry Berthet), le transport ferroviaire (Sylvain Barone). L'analyse de l'action des régions en faveur des lycées montre que les logiques de l'action publique dépassent le cadre des clivages partisans au travers de l'étude comparative du soutien régional à l'enseignement privé et l'introduction des dispositifs de gratuité des manuels scolaires. Le transfert de la gestion des trains de proximité de l'État aux régions (l'État développe alors les lignes à grande vitesse) permet à la région de construire un réseau pour irriguer l'espace local. La régionalisation de la formation professionnelle s'inscrit quant à elle dans la logique de proximité de l'action publique et de la décentralisation. Les conseils régionaux « sont ainsi passés, dans le domaine de la formation professionnelle, d'une logique de subvention à une logique d'achat de prestations et d'un rôle de coordinateur à un rôle de commanditaire » (p.291).

3La seconde partie aborde les compétences régionales développées en marge dans les secteurs de l'enseignement supérieur (Jérôme Aust, Cécile Crespy, Audrey Vézian), de la culture (Emmanuel Négrier et Philippe Teillet) et de l'aménagement du territoire (Anne-Cécile Douillet). La première contribution met en avant la progression des formes régionales de pilotage des politiques universitaires. Les auteurs montrent comment les régions, l'État et l'Europe s'opposent et se coordonnent pour construire des politiques publiques en matière de recherche. Ils analysent également les rôles des élus dans la construction de ce domaine de compétence qui peut apparaître comme un moyen pour renforcer une identité régionale. Dans le domaine culturel, Emmanuel Négrier et Philippe Teillet expliquent que « par-delà leurs objectifs affichés (accès du plus grand nombre aux œuvres et pratiques culturelles, régulation des industries culturelles, soutien à la création, conservation du patrimoine, préservation de la diversité culturelle, etc), il s'agit aussi de favoriser l'intégration d'individus et de groupes sociaux, d'entretenir et de développer des sentiments d'appartenance, de légitimer des autorités politiques et d'entretenir la croyance en l'effectivité de leurs « pouvoirs », de nourrir certains réseaux clientélaires ou de faire exister des espaces de production de politiques publiques ». Anne-Cécile Douillet replace le développement des contrats territoriaux dans le mouvement de territorialisation de l'action publique. Les régions n'élaborent pas les mêmes stratégies puisqu'elles tendent à répondre aux demandes du territoire.

4La troisième partie du livre, intitulée « Perspectives transversales » présente l'action publique des régions en tenant compte des différents niveaux d'action et de la pluralité des interactions entre ces niveaux. Les auteurs font apparaître deux tendances dans leurs analyses : l'ouverture internationale et l'approche intra-régionale ou régionale. Alistair Cole propose « un tableau du pouvoir régional et des relations territoriales en Europe de l'Ouest » et compare « quelques approches théoriques censées expliquer le phénomène régional » (p.187). Il présente ainsi quatre grands cadres d'analyse de l'action publique régionale : le courant ethno-territorial constructiviste (des mouvements politiques autonomes se développent au sein des États, ce qui favoriserait l'émergence d'identités multiples), le néorégionalisme (les régions étaient au départ des services déconcentrés de l'État pour le développement économique et sont devenues par la suite des acteurs à part entière de l'action publique ; l'Etat-Nation n'est plus en mesure de contrôler efficacement l'économie, menacé par l'intégration européenne ; de nouvelles identités composites s'inventent en empruntant à des symboles traditionnels, à un sentiment de multi-appartenance et à des préférences individuelles), le concept de gouvernance (émergence de nouveaux acteurs privés, associatifs et publics dans l'espace public et perte de centralité de l'Etat), la « multi-level governance » (gouvernance multiniveaux). Alain Faure s'intéresse à deux cas concrets de territorialisation des politiques publiques en Rhône Alpes et en Campanie dans les domaines du transport et de l'environnement. Marc Leroy étudie la régulation financière de l'action publique : le poids des dépenses régionales est  passé de 11 milliard en 1996 à 24 milliards en 2007. Guillaume Gourgues analyse les expériences de la démocratie participative : « en quoi la démocratie participative s'inscrit-elle dans des processus de mobilisation territoriale ? Est-elle véritablement un moyen d'affirmation du « fait régional » ? ».

5L'ouvrage s'achève sur deux conclusions. Jean Pierre Gaudin résume les différentes approches théoriques mobilisées pour analyser le rôle des régions, rôle à la fois politique et gestionnaire. Des définitions claires sont proposées aux lecteurs et l'auteur termine en précisant l'intérêt de combiner une approche méso (« considérer les régions en soi, à travers leurs agencements spécifiques de compétences, de politiques et de mobilisations collectives ainsi que leurs relations entre elles, à travers des interactions de type horizontal qui contribuent au marquage territorial des politiques publiques », p.281), et une approche multiniveaux (qui s'intéresse aux interactions entre les différents acteurs territoriaux, aux processus de coordinations entre les acteurs). La seconde conclusion, de Vincent Simoulin, montre comment ces différentes contributions s'articulent entre elles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joachim Benet, « Sylvain Barone (dir.), Les politiques régionales en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 28 décembre 2011, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7098

Haut de page

Rédacteur

Joachim Benet

Doctorant en sociologie, allocataire de recherche à l'Université de Poitiers et membre du GRESCO

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page