Navigation – Plan du site

Agnès Van Zanten, Patrick Rayou (dir.), Les 100 mots de l'éducation

Marielle Marcé
Les 100 mots de l'éducation
Agnès van Zanten, Patrick Rayou (dir.), Les 100 mots de l'éducation, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 2011, 127 p., ISBN : 9782130582601.
Haut de page

Texte intégral

1C’est sous la direction d’Agnès van Zanten qu’a été publié en 2008 un Dictionnaire de l’éducation d’environ 700 pages et 200 entrées rédigées par à peu près autant de contributeurs. On retrouve une trentaine d’entre eux, dont Patrick Rayou, dans ce « Que sais-je ? » Les 100 mots de l’éducation. Sur la cinquantaine de ses auteurs, la plupart sont des professionnels de la recherche en sciences ou sociologie de l’éducation, rattachés à des établissements français (CNRS, Sciences Po, universités). Trois dénotent par leur fonction : directeur d’IUFM, inspecteur, professeur des écoles. Cinq relèvent d’universités situées dans des régions francophones (Belgique, Suisse, Québec) et une, Kathryn Anderson-Levitt, enseigne aux Etats-Unis.

2Cette dernière est à l’origine de l’article « anthropologie de l’éducation », celle-ci étant définie comme une étude des processus d’apprentissage quel que soit le cadre où ils se déroulent. Les 100 mots sont cependant structurés, dans la même lignée que le Dictionnaire, par une conception de l’éducation restreinte à l’«univers scolaire », ainsi que l’indique l’introduction. Qu’entendre par « univers scolaire » ? Le lecteur pourra se référer aux notices : « forme scolaire » (relation d’apprentissage «strictement codifiée par des règles écrites») et « système éducatif » respectivement rédigés par Christophe Joigneaux et Martine Kherroubi.

3Une deuxième délimitation est une focalisation sur notre pays - ainsi, la quasi-totalité des chiffres délivrés le concerne – non synonyme d’autarcie : les institutions françaises d’enseignement et leur évolution sont replacées dans un contexte géopolitique plus large, celui de l’Union européenne (cf. notamment, l’entrée « Europe et éducation »), celui des pays développés, celui de la « globalisation » à laquelle un article est consacré. Il est d’ailleurs remarquable que quelques expressions anglo-saxonnes : school effectiveness research, accountability, education-based meritocracy, top down…soient citées  au cours de l’ouvrage.

4La centaine d’expressions retenue est censée ramasser le domaine d’activité ainsi tracé – cependant, quelques termes exclus de la liste comme éducation prioritaire, métier d’élève, société de la connaissance ou cognitive, font des apparitions transversales. Parmi les 100 (dont l’inventaire, comme celui des auteurs peut être lu sur www.puf.com), des mots connus du profane : collège, élève, enfance, intelligence… ; des formules suscitant la  controverse politique ou publique : autorité, laïcité… ; du lexique officiel : communauté éducative, compétence, socle commun… ; du vocabulaire spécifique aux sciences sociales : capital culturel, mobilité sociale.

5L’ensemble n’est pas organisé de façon strictement alphabétique, mais en cinq chapitres. C’est le dernier : « Discipline et méthodes » (16 notices) qui offre la cohérence la plus évidente en présentant « une palette de démarches qui concourent à construire comme un objet scientifique le champ éducatif ». L’unité des quatre autres entrées est moins manifeste. Le chapitre « Apprentissages et pédagogie » (24 notices), aborde le « double versant de l’apprendre à l’école, selon qu’on y est enseignant ou enseigné ». Il est centré sur le thème du « curriculum », mot inclus dans les 100 élus. La deuxième entrée, « Valeurs et politiques » (18 notices) traite des idéaux (efficacité, égalité, méritocratie…) orientant l’action publique en matière d’éducation (imputabilité, compensation…). « Institutions et dispositifs » (23 notices) porte surtout sur les formes organisationnelles que revêt la « division du travail éducatif », notion expliquée par Louis Levasseur et Maurice Tardif. « Processus et acteurs » (19 notices) s’occupe des protagonistes du système éducatif : « enseignant », « étudiant », « chefs d’établissement »…et de dynamiques que certains d’entre eux cherchent à maîtriser : « échec scolaire », « effet d’attente », « effet-établissement et effet classe », « inégalités sociales », « insertion professionnelle », la relation « intégration et ethnicité », « mobilité sociale », « ségrégation scolaire », « violences et incidents ».

6L’explicitation de chaque terme occupe environ une page, l’objectif affiché étant de les « éclairer par l’état de la recherche ». Le format court n’a pas empêché leur définition compréhensive. Les éléments sont situés dans leur contexte : historique, social, politique, scientifique. Les conceptions différentes d’un même objet pouvant coexister chez les parties prenantes de la sphère scolaire sont mises en évidence. Des axes ainsi que des résultats et bilans d’investigation sont livrés, des repères chronologiques, statistiques et typologiques fournis.

7La publication n’est certes pas exempte de critiques. Une insuffisante rigueur peut être ça et là relevée (en particulier, l’article « coût de l’éducation » de Xavier Pons ne distingue pas entre prix courants et prix constants dans l’évolution de la dépense intérieure d’éducation). Il y a une, voire des absences étranges : pourquoi ne pas avoir recouru au terme « discrimination positive » dans les notices « compensation » et « ouverture sociale » ? Le mot « professeur » n’apparaît pas dans l’article  « enseignant ».

8Cependant, l’ensemble des propos est dense et construit. Il sera utile à la personne ayant besoin de « savoir vite » selon le slogan des Que sais-je ? et souhaitant bachoter. Il pourra constituer une invitation à approfondir les connaissances fournies, par ses multiples renvois à la bibliographie, et plus généralement, à l’œuvre de personnes, rédactrices du livre (il arrive que des contributeurs renvoient à leur propre production dans les notices qu’ils ont rédigées ou encore qu’ils soient cités par d’autres contributeurs) ou non (plus de 70 auteurs recensés). L’horizon d’attente ouvert par l’introduction : « éclairer par l’état de la recherche cent mots qui condensent un domaine d’activité », à savoir celui des institutions scolaires, semble respecté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marielle Marcé, « Agnès Van Zanten, Patrick Rayou (dir.), Les 100 mots de l'éducation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 29 décembre 2011, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7100

Haut de page

Rédacteur

Marielle Marcé

Professeur de sciences économiques et sociales dans l'Académie de Lille

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page