Navigation – Plan du site

« A quoi servent les sciences humaines (III). Art contemporain et sciences humaines. Les économistes au pouvoir », Tracés. Revue de Sciences humaines, décembre 2011

Camille Dorignon
A quoi servent les sciences humaines (III)
« A quoi servent les sciences humaines (III). Art contemporain et sciences humaines. Les économistes au pouvoir », Tracés. Revue de Sciences humaines, hors-série, décembre 2011, Lyon, ENS Éditions, ISBN : 9782847883237.
Haut de page

Texte intégral

1Partant de l’idée «qu’il n’existe plus de frontières étanches entre «les sciences humaines» d’un côté et le reste du monde social de l’autre», la revue Tracés a organisé un cycle de conférences explorant les usages multiples, et démultipliés des sciences sociales aujourd’hui. La revue assure la publication des communications en plusieurs hors-séries. Cette avant-dernière livraison se divise en deux thèmes, comme les précédentes : premièrement il est question des usages réciproques de l’art contemporain et des sciences humaines, deuxièmement  il s’agit d’évoquer «les économistes au pouvoir».

  • 1  Art contemporain engagé. Diverses figures sont présentées dans Artivisme. Art, action politique et (...)
  • 2 McCandless David,Datavision, Robert Laffont 2011 pour la traduction française
  • 3  Le Monde peut par exemple titrer : «L’infographie comme un pop art», Frédéric Joignot, 26 novembre (...)

2Les rapports entre art contemporain et sciences humaines sont actuellement mis en avant à plusieurs titres : vitalité des entreprises critiques (telles Ouest Lumière), essor de l’artivisme1, grande publicité autour des prodiges de l’infographie, tels David McCandless2. Au delà de ces illustrations médiatiques3, les parcours ici présentés le sont dans le détail des expériences qui ont été menées -ou sont envisagées dans le futur.

  • 4 «À quoi pense l'art contemporain ?», Revue Critique n°759-760, 2010

3Alors que certains commentateurs avaient regretté que la livraison de la revue Critique4, au thème pourtant prometteur, «À quoi pense l’art contemporain ?», ne laisse guère la parole aux artistes (un seul avait été invité… à faire la couverture), l’avantage des nombreuses contributions de la revue Tracés est de permettre un retour des artistes comme des chercheurs en sciences humaines sur le mode franc de textes peu formalisés. Cette diversité est véritablement passionnante en ce qui concerne le projet «Double Bind - Arrêtez d’essayer de me comprendre», de la Villa Arson à Nice, puisque plusieurs contributions y sont consacrées : elles donnent à entendre non seulement le point de vue institutionnel (forcément ravi), celui d’un chercheur (dépité), celui d’un artiste (réjoui). De ce fait, le lecteur intéressé par la problématique voit s’esquisser devant lui les contours d’une collaboration entre sciences humaines et pratiques artistiques, de différents points de vue. D’autres textes aident à en percevoir les enjeux : la majeure partie affirme ou laisse transparaître l’importance (voire la nécessité ?) des affinités électives dans ces collaborations (notamment, voir «Au croisement des postures sociologique et artistique : la résidence d’artiste Processus/Découpe» d’Éric Villagordo et Philippe Domergue, sans aucun doute le récit le plus enthousiasmant). On note également une certaine tension entre l’appréhension «distanciée» qui caractérise souvent les étudiants -ou les artistes- des théories des sciences sociales et l’attente «rigoureuse» des spécialistes de ces matières.

4Malicieusement, on remarque que ces collaborations, qui, au départ, transcendent les cadres institutionnels, sont elles-mêmes institutionnalisées dans le principe même de leur existence. Deux contributions présentent ainsi le Master Expérimentation arts et politique (Sciences Po Paris) et le projet «Écriture et photographie», initié en 2005 entre l’École nationale supérieure de la photographie (ENSP, Arles) et l’ENS de Lyon.

  • 5  Conférence du 18 mars 2011 en Sorbonne.

5Pour terminer sur cette première partie du hors-série, il est intéressant de souligner que l’article de Marc Pataut et Philippe Roussin s’insurge contre l’idée que le travail de William T. Vollmann (écrivain américain, reporter réaliste controversé) ait pu être cité dans l’argumentaire du colloque. Il vient de ce fait à l’esprit que connaître les filiations acceptées par les tandems/collectifs de collaborateurs peut être passionnant. Ainsi, Stany Cambot (architecte, initiateur du groupe "Échelle inconnue") inscrivait récemment son travail5 dans une longue filiation, citant notamment la relation entre Proudhon et Courbet, qui ont tenté de travailler ensemble : ce raccrochement conceptuel résumait une grande part de sa démarche.

6Dans la deuxième partie de ce numéro sont réunies les interventions consacrées «aux usages de l’économie dans l’action publique». Le titre choisi, «les économistes au pouvoir», est singulièrement lié à l’actualité de ces derniers mois, qui a vu, sans jeu de mot, des économistes accéder aux fonctions suprêmes en Italie comme en Grèce.

7Du conseil aux décideurs, en passant par l’introduction d’outils d’évaluation innovants, jusqu’au fonctionnement des organisations internationales économiques, l’utilisation du savoir économique est déclinée dans toute la gamme de l’action publique, des équilibres micro à macroéconomiques.

  • 6  Voir aussi : Breton Yves, «Les économistes, le pouvoir politique et l'ordre social en France en 18 (...)

8Le récit de la difficile affirmation de l’économie en France -dont la genèse est retracée sous la plume du professeur Le Merrer- rappelle que l’expertise de l’économiste est relativement récente. Cela explique sans doute que perdurent certains aveuglements dénoncés par André Cartapanis : afin d’affirmer la scientificité de leur discipline, certains ont préféré6 (préfèrent) nier la diversité de théories économiques, comme si celle-ci pouvait menacer l’intégrité de la discipline Économie. C’est une des raisons pour lesquelles plusieurs auteurs admettent la nécessité d’une certaine remise en cause des économistes due à la crise actuelle, même si tous refusent d’en faire de façon simpliste des boucs émissaires.

9Il est des domaines dans lesquels, bien qu’elle pose des problèmes de méthodologie, l’intervention de l’économie ne fait guère l’objet de critiques de la société civile. Thierry Fossier et David Spector évoquent ainsi le droit de la concurrence, pour lequel il est acquis que les économistes interviennent en amont (participation à la rédaction des textes) et en aval (experts judiciaires, notamment). Globalement, la participation à l’élaboration de certaines politiques publiques est très ancienne (cas des Transports, étudié par Julien Dehornoy et Yves Crozet), malgré la survenue de tensions entre ingénieurs et économistes. La question de la participation de ces derniers aux évaluations des politiques publiques peut en effet être délicate, l’économie n’échappant pas aux rapports d’orientation, voire d’instrumentalisation que l’action publique exerce souvent sur ses commandes d’expertise. C’est pourquoi certains outils, pourtant performants, ne se mettent en place qu’à la suite d’un passage à un ministère d’un dirigeant atypique (l’exemple de Martin Hirsch et de la méthode d’évaluation aléatoire, présentée par Philippe Zamora et Cécile Campy).

10La lecture de ces retours d’expériences permet ainsi de donner quelques arguments pour discuter la pensée du philosophe Karl Popper, qui affirmait, provocateur : «Bien qu’on les enseigne comme s’il s’agissait de mathématiques, les théories économiques n’ont jamais eu la moindre utilité pratique. »

Haut de page

Notes

1  Art contemporain engagé. Diverses figures sont présentées dans Artivisme. Art, action politique et résistances culturelles, Stéphanie Lemoine et Samira Ouardi, Éditions Alternatives, 2010. Un cycle de rencontres sur l’artivisme a été organisé en Sorbonne par les auteurs l’année suivante.

2 McCandless David,Datavision, Robert Laffont 2011 pour la traduction française

3  Le Monde peut par exemple titrer : «L’infographie comme un pop art», Frédéric Joignot, 26 novembre 2011

4 «À quoi pense l'art contemporain ?», Revue Critique n°759-760, 2010

5  Conférence du 18 mars 2011 en Sorbonne.

6  Voir aussi : Breton Yves, «Les économistes, le pouvoir politique et l'ordre social en France en 1830 et 1851», in Histoire, économie et société. 1985, 4e année, n°2. pp. 233-252.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Dorignon, « « A quoi servent les sciences humaines (III). Art contemporain et sciences humaines. Les économistes au pouvoir », Tracés. Revue de Sciences humaines, décembre 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 30 décembre 2011, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7101

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page