Navigation – Plan du site

Liêm Hoang-Ngoc, Les théories économiques. Petit manuel hétérodoxe

David Descamps et Agathe Foudi
Les théories économiques
Liêm Hoang-Ngoc, Les théories économiques. Petit manuel hétérodoxe, Paris, La Dispute, 2011, 189 p., ISBN : 9782843032257.
Haut de page

Texte intégral

1Un premier chapitre consacré aux comportements des offreurs, un deuxième à celui des demandeurs et un troisième traite de l'équilibre issu des courbes d'offre et de demande agrégées. Le manuel de Liêm Hoang-Ngoc, au travers de formalisations particulièrement fournies et détaillées, permet de comprendre les fondamentaux de la science économique. Tel est le compte-rendu que l'on ne devrait surtout pas établir à propos du livre de Liêm Hoang-Ngoc.

2Car le manuel de l'auteur est bien, comme l'indique son sous-titre, un « Petit manuel hétérodoxe ». Il ne s'agit donc pas d'y proposer aux étudiants le mode de raisonnement et les instruments propres à la science économique, mais bien plutôt de faire une histoire des théories économiques.

3L'auteur justifie sa position en soutenant que si « la pensée économique dominante se perçoit comme l'aboutissement d'un processus scientifique itératif débouchant sur l'avènement d'hypothèses ayant tant bien que mal résisté aux tests » (p 7), cette pensée économique ne peut être considérée comme telle car « si les économistes du mainstream se conformaient à leurs principes, les tests infirmeraient la plupart de leurs hypothèses clés, et leur système de croyance s'effondrerait. » (p 9). Partant de cette position, Liêm Hoang-Ngoc, s'emploie à montrer combien l'idéologie traverse les constructions élaborées par les économistes. D'ailleurs, « le parti pris méthodologique de cet ouvrage est de traiter les analyses économiques en tant qu'idéologie [...] » (p 14).

4Dans cette perspective, l'ouvrage de Liêm Hoang-Ngoc constitue bel et bien un manuel d'économie politique. « La science économique n'est ni de droite ni de gauche, proclament les tenants de la profession. Malheureusement pour eux, les discours économiques sont éminemment politiques. Les théories dessinent une grille de lecture plus ou moins réaliste du monde économique. Les hypothèses retenues conditionnent la plupart du temps les prédictions et les recommandations de politique économique ». (p 18) Et l'auteur n'a de cesse d'établir des liens entre les théories économiques et leurs implications politiques.

5Après un chapitre introductif visant à interroger le caractère scientifique de la science économique, l'auteur consacre son premier chapitre à replacer les controverses entre économistes au sein d'un clivage opposant les orthodoxes aux hétérodoxes. C'est à l'aune de ce clivage, considéré comme structurant par l'auteur, que sont conçus les chapitres suivants. Liêm Hoang-Ngoc s'attache d'abord à présenter les positions classiques de Smith et Ricardo (chapitre 2) avant de leur opposer la position de Marx (chapitre 3). Puis, il oppose au modèle néoclassique (chapitre 4) la théorie générale de Keynes (chapitre 5). Les deux derniers chapitres mettent en avant des divergences théoriques plus complexes que les chapitres précédents.

6Ainsi, l'auteur consacre le sixième chapitre de son ouvrage au « mainstream » (la pensée économique dominante contemporaine). Comme il le montre, celui-ci est composé de multiples courants, reposant chacun sur des hypothèses qui leur sont propres, ce qui a donné lieu à des affrontements théoriques en son sein. A propos de l'efficacité des politiques économiques, l'auteur revient par exemple sur le débat opposant les économistes de la synthèse néokeynésienne à ceux de l'Ecole de Chicago. Il revient également sur l'affrontement qui a eu lieu entre les monétaristes et les théoriciens de l'offre au cours du premier mandat Reagan et s'attache à en montrer les implications politiques.

7Le septième et dernier chapitre est consacré aux « héritiers rebelles de Marx et de Keynes ». L'auteur y présente d'abord les théories de la régulation, au travers des travaux de Paul Boccara et des travaux de l'école « parisienne » (Robert Boyer, Michel Aglietta,...). Il y présente ensuite les modèles post-keynésiens en se focalisant sur ceux qui appartiennent à la tradition kaleckienne. L'auteur montre alors la portée de ce type de modèles à même, pour lui, d'expliquer la stagflation des années 70 ou encore « d'analyser les effets macroéconomiques des inflexions de la répartition des revenus intervenus au cours des 25 dernières années » (p 159).

8Dans la conclusion de son ouvrage, Liêm Hoang-Ngoc, qui se demande « Où va l’hétérodoxie ? », considère que les hétérodoxes ne doivent plus se contenter de « raconter des histoires infalsifiables » (p 176). L'auteur plaide alors pour la mise en place, par les économistes hétérodoxes, d’un « programme instrumentaliste concurrent » à celui des économistes orthodoxes. La mise en place d'un tel programme apparaît centrale pour Liêm Hoang-Ngoc qui considère que « la lutte contre l’autisme » néoclassique, poursuivie par de nombreux économistes opposés à la pensée orthodoxe, est restée vaine du fait de l'absence d’un modèle hétérodoxe alternatif à même de contester le modèle explicatif dominant.

9Et ça n'est semble-t-il, ni la théorie des conventions, ni celle de la régulation qui, pour l'auteur, paraissent convenir pour construire ce modèle. « Sur le plan normatif, la théorie des conventions ne pouvait que déboucher sur une théorie de la compréhension de l'ordre établi, et non de sa contestation », explique Liêm Hoang-Ngoc (p 181). Quant à la théorie de la régulation, celle-ci pâtirait de son programme de recherche tourné vers une réflexion relative aux conditions de la régulation du capitalisme ; programme qui serait pour l'auteur problématique sur le plan normatif si il en venait à écarter « du champ des choix économiquement viables les transformations sociales ou transitions économiques susceptibles de conduire au socialisme » (p 183).

10Pour Liêm Hoang-Ngoc, il semble possible de construire « une théorie hypothético déductive concurrente » (p 184) à la théorie orthodoxe. Plus précisément, il suggère qu’« une […] synthèse est possible, située au carrefour de Marx et de Keynes » (p 184) ; synthèse qui aurait pour bases communes et la confrontation sociale entre les classes et le caractère endogène de la monnaie. A partir de cette posture, Liêm Hoang-Ngoc cherche à dresser un corpus d’hypothèses empiriquement falsifiables qui pourrait donner corps à un programme de recherche hétérodoxe susceptible de s’opposer à la pensée orthodoxe.

11Comme chacun l'aura compris, le « Petit manuel hétérodoxe » de Liêm Hoang-Ngoc ne peut pas être considéré comme un « simple » manuel. L'auteur cherche à y défendre une idée majeure, celle que l'économie est politique ; et ce en structurant son propos à partir des positions qui ont opposé les économistes. Ce parti-pris présente l'avantage d'offrir aux lecteurs, et notamment aux étudiants, une grille de lecture simple et claire permettant de comprendre les enjeux économiques et politiques qui ont traversé et traversent encore les débats entre économistes. Mais il présente l'inconvénient d'occulter un certain nombre de théories économiques, de courants de pensée, qui, pour intéressants qu'ils soient, n'entrent pas dans le prisme d'analyse de l'auteur. De fait, ni la pensée des mercantilistes ni celle des physiocrates ne sont présentées dans l’ouvrage. Par ailleurs, l'auteur fait peu de cas des prolongements marxistes, ainsi que des travaux des conventionnalistes. Bref, le « Petit manuel hétérodoxe » de Liêm Hoang-Ngoc apparaît véritablement partiel car partial. Mais il constitue bien un manuel d'économie politique alternatif aux manuels d'économie traditionnels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Descamps et Agathe Foudi, « Liêm Hoang-Ngoc, Les théories économiques. Petit manuel hétérodoxe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 02 janvier 2012, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7103

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page