Navigation – Plan du site

Jean-Paul Fitoussi, Eloi Laurent, La nouvelle écologie politique. Economie et développement humain

Domitille Piron
La nouvelle écologie politique
Jean-Paul Fitoussi, Eloi Laurent, La nouvelle écologie politique. Economie et développement humain, Seuil, coll. « La république des idées », 2008, EAN : 9782020977197.
Haut de page

Texte intégral

1Avec un débat écologique de plus en plus présent, la nouvelle écologie politique propose d'éclaircir le développement durable, qui serait une promesse presque tenue. Ce n'est que dans les années 70 que la vulnérabilité de la Nature est envisagée. En effet l'homme ne craindrait plus la force de la Nature mais plutôt sa revanche. La course folle vers l'abîme qu'est le développement, due à un économisme réducteur, doit cesser. Ceci est possible, accompagné du bon fonctionnement de l'économie de marché, et ne peut se concevoir qu'avec l'intervention de la puissance publique. L'homme s'est aperçu, qu'après sa finitude face à une Nature incontrôlable, s'est imposée la finitude de la Nature, face à un homme devenu trop habile.

2Trois temps mènent cet ouvrage. Premièrement l'économie finie, vue comme l'espace de l'échange. On constate ici que l'homme et la Nature sont en lutte, une lutte qui pour l'instant paraît être gagnée par l'homme, mais seulement pour le moment ! En effet l'homme ne pourra peut-être pas céder la nature à sa descendance telle qu'elle l'est pour lui aujourd'hui. Elle est devenue un objet pour l'existence de l'homme et ses activités (entre 40% et 50% de la surface terrestre a été transformée par l'activité humaine !). Cette théorie économique n'a pas attendu la prise de conscience actuelle pour étudier les relations entre activité économique et ressources naturelles.

3Dès 1798, Malthus constate qu'il faut freiner l'accroissement de la population, car « la tendance des êtres vivants est d'accroître leurs espèces au-delà des ressources de nourriture ». Cependant son raisonnement est faux, puisque le développement humain fut bel et bien possible, grâce au progrès technique qui, pendant la Révolution industrielle, constitua la première rupture entre l'économie humaine et l'économie naturelle. Puis Ricardo, marqué par Malthus, mesure les contraintes imposées par la Nature aux activités humaines, et constate alors « l'état stationnaire » de l'économie, dû à l'accroissement de la population qui n'a été suivi ni de nouvelles technologies, ni d'une meilleure productivité des terres.

4Ensuite, Jevons lance la possibilité d'une croissance perpétuelle, selon lui la terre n'est plus un facteur limitatif de croissance, ce qui a donc libéré l'économie et rendu le développement possible mais est devenu alarmant à partir du XXe siècle. En effet le rapport Meadows, de 1972, s'inquiète de la pollution, de l'épuisement des ressources naturelles, de l'industrialisation etc. Ces théories d'économie finie raisonnent par définition dans un système fermé. On peut donc y trouver des solutions. Une première consisterait à retarder l'avènement de l'état stationnaire de l'économie grâce au progrès technique et à la globalisation, cependant le problème ne serait que retardé et non pas résolu ; et une seconde solution résiderait dans la satisfaction des besoins absolus des hommes par le système capitaliste, ce qui cesserait donc la recherche de satisfaction de besoins relatifs – et entraînerait donc le renoncement au développement matériel.

5Le deuxième temps de l'ouvrage s'appuie sur l'économie dynamique, dont le cadre est celui de l'analyse de l'évolution humaine pour laquelle nous sommes dans une grande ignorance. L'économie dynamique se base sur deux processus irréversibles. Le premier concerne la population et le progrès technique. Le processus de développement humain est marqué par une croissance irrévocable des connaissances. Cette dynamique intellectuelle transformerait les transitions démographiques en bienfaits, et l'homme serait à même de transformer jusqu'à sa propre nature. Le second processus, plus technique, correspond à la loi d'entropie, ou la thermodynamique, qui établit que la quantité d'énergie libre diminue avec le temps et que les stocks de ressources naturelles subissent un rythme d'exploitation supérieur à leur capacité de renouvellement. Cette loi irréversible conduit donc l'avenir à sa dégradation. Enfin on voit donc bien que notre évolution est gouvernée par la loi d'entropie et l'accumulation des connaissances, qui constituent les “deux flèches du temps”. Le passage du temps devient une variable fondamentale pour les analyses économiques et écologiques. Et la seule issue au problème de la finitude du monde est d'exiger une intervention de l'Etat dans l'éducation et la recherche afin de préserver l'environnement et de ralentir le processus de la loi d'entropie.

6Ce qui nous amène donc au dernier temps de l'ouvrage qui s'intéresse à l'économie ouverte. Celle-ci a tout a fait admis la finitude du monde et de la Nature et va dans le sens de la justice sociale. L'économie apparaît naturellement comme ayant un échange réciproque avec son environnement écologique, social et politique. Il est vrai que les causes du développement économique, qui sont principalement les échanges internationaux, les institutions économiques et l'environnement naturel, sont lié à l'environnement humain. Les économistes sont en effet omniprésents dans le débat écologique contemporain mais aussi passé, comme nous l'avons vu précédemment. Cependant, si l'économiste propose, c'est le politique qui dispose, c'est pourquoi derrière les économistes et les écologistes se pose la question de la démocratie et de la justice sociale.

7Le lien entre démocratie et écologie est tout simplement essentiel, car le développement répond à l'exigence de justice présente mais aussi future. La justice sociale apparaît donc être une condition nécessaire à « l'altruisme intergénérationnel ».

8Si l'on s'intéresse à la démocratie face aux catastrophes naturelles, on peut s'apercevoir par exemple qu'aucune famine n'est survenue dans un pays démocratique. La démocratie joue donc un rôle “protecteur” contre les effets des catastrophes naturelles. Le niveau de développement économique et humain apparaît donc comme le paramètre essentiel de l'impact des désastres dits naturels, c'est-à-dire que le degré de gravité d'une catastrophe naturelle dépendra du degré d'avancement démocratique d'une société. Pour cela il faut réduire de telles inégalités et tenir compte du lien entre « système terrestre » et « système humain ». La solution au problème écologique n'est donc pas la fin de la croissance des niveaux de vie mais la décroissance des inégalités, ce qui amènera donc à un effort de justice sociale, d'imagination et une attention particulière pour repenser le développement humain.

9En fin de compte la nouvelle écologie politique tente d'expliquer la direction à prendre pour sauver ce qui peut l'être, qui est d'assumer sa modernité et d'élever ses exigences démocratiques. Le débat écologique à quelque chose d'angoissant dans la seule responsabilité de l'homme, cependant l'ouvrage a plus tendance à proposer des solutions qu'à faire peur comme ont pu le faire Al Gore avec An Inconvenient Truth ou dernièrement Jean-Paul Jaud avec Nos enfants nous accuseront.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Domitille Piron, « Jean-Paul Fitoussi, Eloi Laurent, La nouvelle écologie politique. Economie et développement humain », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 18 janvier 2009, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/711

Haut de page

Rédacteur

Domitille Piron

Elève en terminale ES au lycée Jules Froment d'Aubenas.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page