Navigation – Plan du site

Jean-Loup Amselle, L'ethnicisation de la France

Sarra Chaieb
L'ethnicisation de la France
Jean-Loup Amselle, L'ethnicisation de la France, Éditions Lignes, 2011, 144 p., ISBN : 9782355260803.
Haut de page

Texte intégral

1Se prêter à la lecture de l’ouvrage de Jean-Loup Amselle, L’ethnicisation de la France, est une expérience intéressante à plusieurs niveaux. Tout d’abord, rien ne vaut mieux qu’une prise de distance vis-à-vis des discours politique et médiatique qui entourent un sujet comme celui développé ici ; la discipline anthropologique, sur laquelle se base cet ouvrage, le permet. Ensuite, l’ouvrage n’est ni consensuel, ni partisan, il est simplement critique et très actuel. Autre point d’intérêt, Jean-Loup Amselle parvient très bien à bousculer nos habitudes de penser, notamment en déconstruisant un certain nombre de notions utilisées dans le langage commun. Ces trois points ne sont bien évidemment pas exhaustifs, mais ils suffisent pour tenter de rendre compte des idées forces de ce petit ouvrage.

2L’ethnicisation de la France s’interroge sur les raisons qui amènent aujourd’hui la société française à « penser en termes culturels », à « estimer que les grands débats qui agitent nos sociétés [sont] essentiellement d’ordre culturel ou ethnique » (p.13).

  • 1  Venus de Germanie et ancêtres de la Noblesse
  • 2  Autochtones et ancêtres du Tiers Etat

3Après une introduction qui a le mérite de poser le ton, la première partie intitulée « Vers un multiculturalisme à la française », se donne pour fil conducteur l’idée de race qui a traversé l’histoire de France de part en part. Si dès le XVIIe siècle, avec Boulainvilliers, s’opposent deux segments de populations : les Francs1 et les Gaulois2, les politiques colonisatrices mises en œuvre plus tard avaient pour objectif l’assimilation des « indigènes » à la République, alors même qu’ils ne bénéficiaient pas du même statut que les vrais citoyens français. C’est justement dans cette dimension assimilationniste que l’auteur comprend la nécessité « pour fonctionner, [de] l’existence de stocks différents de populations » (p.40). Autrement dit, l’inclusion dans un processus d’assimilation nécessite l’existence d’une population segmentée. En reprenant les évolutions qui ont jalonné l’histoire française, Jean-Loup Amselle parvient à faire des parallèles entre les politiques mises en place récemment et celles qui ont vu le jour il y a bien longtemps : l’exemple le plus parlant étant celui de la gestion des « quartiers sensibles ou difficiles, les zones d’éducation prioritaire, les zones franches, etc. » (p.44) qui s’inscrit dans la lignée de l’administration indirecte qui était de vigueur dans les colonies. En déléguant certains territoires ou types de population au monde associatif, c’est une « politique de l’Etat libéral communautaire » (p.45) qui se développe.

4Le second chapitre « L’ethnicisation des rapports sociaux : Réalité objective ou mise en scène réglée du corps social ? »rend compte de l’aspect politique actuel de la question traitée. De quelle manière cette question ethnique, raciale, peut-elle être instrumentalisée par les partis politiques, et ce quelle que soit leur couleur politique ? Avec la création du ministère de l’Immigration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire, ou encore l’affaire des tests ADN destinés à prouver la filiation lors d’un regroupement familial, le président de la République élu en 2007 a clairement défini sa politique et sa stratégie de communication. En ce qui concerne la gauche, même si les objectifs n’étaient pas les mêmes, on a vu se développer un discours « postmoderne et postcolonial » (p.53) basé sur la reconnaissance des minorités visibles, du « fragment » selon Amselle. Doite et gauche sont-ils sur la même longueur d’ondes ? Les clivages politiques sont-ils effacés dès lors que l’on aborde ce sujet ? se demande Amselle.

5Le troisième chapitre, « La séquence « Roms » », met la focale sur le processus de fragmentation développé plus tôt, et rend compte de la manière dont le parti politique au pouvoir a axé son mandat sur une succession de séquences, notamment en ce qui concerne les questions ethniques et raciales. Entre la séquence « issus de la diversité » au pouvoir, celle des « statistiques ethniques », ou encore la séquence « identité nationale », le Président a su fragmenter l’électorat tout en séduisant le plus grand nombre. En prenant l’exemple de la « séquence Roms », Jean-Loup Amselle fait réapparaître le « fondement raciologique de l’appareil d’Etat français » (p.73), mis en lumière par le fichage des « minorités ethniques non sédentarisées » et la division en catégories à risque.

6L’une des idées majeures qui ressort de l’ouvrage est sans doute celle qui concerne la question du déclin du social, de l’abandon d’une pensée en termes de lutte de classes et de mobilisation syndicale, versus le développement des « identités individuelles » et « fragmentaires », se pensant de plus en plus en termes ethniques. Cette dimension fragmentée des identités individuelles et par là-même des groupes, prend selon Amselle une ampleur politique. Revenant de manière historique sur les politiques assimilationnistes en vigueur à l’heure des colonisations, l’auteur explique dans cette optique la nécessité « pour fonctionner, [de] l’existence de stocks différents de populations » (p.40). Autrement dit, l’inclusion dans un processus d’assimilation nécessite l’existence d’une population segmentée. Mais l’instrumentalisation de cette question ethnique et raciale par les partis politiques, quel qu’ils soient, est tout autant actuelle qu’elle n’est historique. Le processus de fragmentation de la population française est aujourd’hui utilisé selon l’auteur, par les deux principaux courants politiques français, même s’ils n’ont pas les mêmes objectifs. Le questionnement qui sous-tend ce constat reviendrait à se demander si les clivages politiques s’effacent dès lors que l’on aborde ce sujet.

7Toujours sur le versant politique, c’est selon Jean-Loup Amselle, la fragmentation de la population qui permet avant tout de fragmenter l’électorat, ceci afin d’« opérer une nouvelle découpe du corps social pour en faire un corps politique manipulable » (p.59). La nouvelle découpe consiste en une découpe verticale du corps social, en opposition à la découpe horizontale lorsque l’on parle en termes de classes sociales.

  • 3  L’auteur prend pour exemple le CRAN, Conseil Représentatif des Associations Noires de France.

8En prenant pour exemple les politiques mises en œuvre par l’actuel président, l’auteur fournit des illustrations intéressantes au regard de la question étudiée, dénonçant tantôt dans les catégories ethnicisées un aspect de pure construction sociale, tantôt les « entrepreneurs d’ethnicité » (p.81) qui y participent3.

  • 4  Emission France culture, Du grain à moudre, Hervé Gardette, « Minorités visibles en politique : fa (...)

9Si l’idée de fragmentation du corps social est en arrière-plan tout au long de l’ouvrage, la question de l’essentialisation des identités et du rapport à l’universalisme le traverse également de part en part. La race est-elle soluble dans la classe, est-elle surdéterminante en dernière instance ? Jean-Loup Amselle tente d’y répondre dans l’avant-dernier chapitre en partant des idées de trois intellectuels, Aimé Césaire, Franz Fanon et Edouard Glissant. En ressort une méfiance de sa part concernant les classifications ethniques, qui, selon lui, nous apprennent très peu de choses sur la structuration de la France4, semblant dire par là que les approches en termes de classes sociales sont bien plus significatives et révélatrices du climat social actuel.

10Le dernier chapitre, « Le multiculturalisme alimentaire », aborde la question des pratiques alimentaires comme révélateur de la dimension multiculturelle de notre société. L’auteur rappelle que la question du respect de la différence alimentaire ne va pas sans poser de question sur la situation « de porte-à-faux » dans laquelle se trouve la République française : entre un universalisme républicain et une large imprégnation chrétienne au sein de ses institutions.

11En conclusion, Jean-Loup Amselle questionne la transposabilité de cette dimension ethnicisée à l’échelle de la planète, en répondant par l’affirmative. Selon lui, la « production d’entailles verticales » (p.131) dans le corps social serait possible à toutes échelles aujourd’hui, au motif qu’elles représentent une « formidable force de mobilisation comparée à celle reposant sur la classe » (p.131). En effet, en opposition avec la classe, nous dit Amselle, la nation ou l’ethnie peut regrouper les individus sur une base qui peut n’être qu’une fiction d’une origine commune, le risque étant par la même occasion, le renforcement de l’identité « blanche et catholique » (p.134).

12Comme évoqué plus haut, l’ouvrage de Jean-Loup Amselle recèle de nombreux intérêts pour tous ceux qui souhaitent avoir un regard clair sur la question traitée. La dimension collective se mêle à celle individuelle ; le point de vue français est situé au regard de l’international, et le regard distancié côtoie le versant politique et médiatique actuel. Pourtant, au moins une critique pourrait être formulée : l’ouvrage manque parfois de continuité ce qui ne favorise pas toujours la compréhension des liens entre les différentes questions étudiées. Dans un petit volume de 136 pages, les nombreuses thématiques abordées n’ont pas l’espace pour être suffisamment exploitées malgré leur potentiel intrinsèque ; cela peut nous laisser sur notre faim.

Haut de page

Notes

1  Venus de Germanie et ancêtres de la Noblesse

2  Autochtones et ancêtres du Tiers Etat

3  L’auteur prend pour exemple le CRAN, Conseil Représentatif des Associations Noires de France.

4  Emission France culture, Du grain à moudre, Hervé Gardette, « Minorités visibles en politique : faut-il copier le modèle américain ? », avec Patrick Lozès, James Cohen et Jean-Loup Amselle, 09/11/2011 (http://www.franceculture.fr/emission-du-grain-a-moudre-minorites-visibles-en-politique-faut-il-copier-le-modele-americain-2011-1)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarra Chaieb, « Jean-Loup Amselle, L'ethnicisation de la France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 02 janvier 2012, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7113

Haut de page

Rédacteur

Sarra Chaieb

Doctorante en sociologie au Laboratoire Cultures et Sociétés en Europe à l'Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page