Navigation – Plan du site

Thierry Pillon (dir.), « Travailler », Communications, N° 89, 2011

Émilie Aunis
Travailler
Thierry Pillon (dir.), « Travailler », Communications, N° 89, 2011, 205 p., Seuil, ISBN : 9782021058871.
Haut de page

Texte intégral

1En 2010, Christelle Avril, Marie Cartier et Delphine Serre militent pour une sociologie du travail fondée empiriquement et décloisonnée1. Ce numéro de la revue Communications intitulé « Travailler » s’inscrit pleinement dans ce programme. Il se propose, en privilégiant les analyses fondées sur une approche ethnographique et souvent interactionniste, de comprendre différentes facettes du travail et des travailleurs de la société contemporaine. Tout à tour, des figures variées de travailleurs d’aujourd’hui sont présentées au lecteur. L’ensemble des articles conjugue ainsi une sociologie des objets classiques tels que le travail à l’usine (abordé lui aussi sous un jour singulier et original) et des activités, situations de travail largement ignorées et souvent méconnues : celles des gardiens d’immeuble, celles des conducteurs de fours des services funéraires ou encore celles des professeurs de fitness.

2Le travailleur est scruté de son entrée dans le monde du travail à sa sortie, parfois précoce ou précipitée. Ainsi, quand la contribution d’O. Hidri Neys interroge l’influence de l’apparence physique sur l’accès à l’emploi, celle de M. Guyonvarch décrit, à partir de quatre profils de travailleurs licenciés, différents rapports au travail et à l’emploi relativement à l’âge, au sexe ou encore à l’ancienneté.

3Entre ces deux moments situés aux extrêmes de la carrière professionnelle, les différents articles s’attachent au travail en lui-même et répondent en ce sens au titre du numéro. A cet effet, certaines contributions font tout particulièrement la preuve des apports heuristiques de la combinaison des approches ethnographique et interactionniste. Ainsi, L. Pichot et E. Wipf décrivent l’activité de travail plus complexe qu’il n’y paraît des professeurs de fitness et G. Pruvost définit les différentes conditions propices au hors-travail au travail en comparant les cas de la police et de l’intérim.

4Différents auteurs portent par ailleurs leur regard sur des professions ou des situations de travail peu connues et singulières. S. Célérier nous apprend ainsi que les tâcherons qui découpent la viande dans les abattoirs sont des professionnels au statut fragile qui ne sont ni sous la tutelle de l’entreprise qui les emploie, ni sous celle d’un supérieur direct et ont pour mission d’organiser leur propre activité de travail. A. Monjaret s’intéresse quant à elle aux ouvriers des services techniques d’hôpital, qui en de très rares occasions aident les chirurgiens lors d’interventions en faisant usage des outils propres à leur profession (pinces, scie…) afin d’ôter une bague qui comprime un doigt, un bracelet qui blesse un poignet gonflé, etc. L’ouvrier devient alors à sa façon un chirurgien pendant un court instant.

5L’ouvrage propose ainsi des pistes quant à la complexité des activités de travail et à l’ambivalence des travailleurs et offre un éclairage sur la question des émotions au travail qui diffèrent selon les contextes. Ainsi, la gestion des affects peut prendre des allures bien différentes pour l’ouvrier qui écoute de la musique à l’atelier et pour le conducteur de four qui a pour double mission la prise en charge technique des défunts et la gestion des échanges avec les endeuillés (contributions de B. Gautier et de V. Souffron).

6Deux activités de travail peuvent par ailleurs être rapprochées, celle des femmes de ménages titulaires d’un bac pro « Hygiène et environnement » décrites par H. Bretin et celle de gardien d’immeuble analysée par P. Ughetto. Dans les deux cas, le lecteur découvre la complexité des activités réalisées et les responsabilités afférentes engagées ; dans les deux cas, l’art de la négociation est important, avec les autres salariés dans le premier, avec les habitants dans le second.

7Enfin, les articles introductifs et conclusifs portent un regard plus large sur l’activité de travail. A. Bidet propose de faire usage de la notion d’expérience pour analyser et traduire l’hétérogénéité des activités de travail.  T. Pillon, quant à lui interroge les différentes formes d’expression du rêve chez les ouvriers.

8On peut au premier abord être surpris voire gêné par le caractère très généraliste, englobant et non problématisé du titre. Qu’est ce que « travailler » ? Mais la cohérence apparaît rapidement au lecteur. Il s’agit de comprendre ce que travailler veut dire, pour les acteurs, dans la pratique. Les différents auteurs procèdent ainsi à une analyse fine des situations de travail et des processus d’ajustement ou de résistances auxquels elles donnent lieu. Ces choix méthodologiques permettent de faire taire certaines idées préconçues, telles par exemple, l’idée que les jeunes accepteraient sans sourciller la mobilité professionnelle imposée par les actuelles logiques du monde du travail (M. Guyvonarch). L’ouvrage interroge également la complexité des activités des travailleurs qui ne sont pas le simple produit des pratiques de prescription et de réalisation de tâches données. Pour chacune des professions observées sont aussi donnés à voir les à-côtés du travail prescrit (on découvre par exemple comment un électricien travaillant à l’hôpital peut venir prêter main forte au chirurgien lors d’une intervention). Le numéro présente à la fois une analyse d’objets nouveaux, une analyse rénovée de professions plus classiquement étudiées et procède à une nouvelle démonstration de la pertinence de la description ethnographique et de l’approche interactionniste dans l’analyse du travail. De manière générale, les textes choisis s’inscrivent donc dans la logique transversale de l’ouvrage qui repose sur l’étude in situ du travail.

9L’un des intérêts de la tâche entreprise réside dans la place octroyée à des questions souvent délaissées par le sociologue, celles de l’émotion, de l’affect dans le travail. Les contributions interrogent non seulement les situations de travail, les gestes et les discours mais qui laisse aussi une place de choix à la question des émotions et plus largement à celle du sensible : comment les gardiens d’immeubles gèrent-ils les désagréables odeurs auxquelles ils sont quotidiennement confrontés, que procure la musique à l’ouvrier d’atelier ? Par ailleurs, les différentes contributions mobilisent de toute évidence un matériau de qualité, combinant pratiques et discours, registres formels et informels.

10Malgré tout, la lecture de cet ouvrage suscite une double réserve. On peut d’une part déplorer que la diversité des travailleurs étudiés côtoie aussi de grands absents : les cols blancs, les cadres… A de rares exceptions près, l’ouvrage rend surtout compte des réalités éprouvées par des travailleurs symboliquement et/ou économiquement dominés sur le marché du travail. On regrettera par ailleurs qu’une large part des contributions de cette analyse du travail en actes occulte les dispositions des salariés construites antérieurement à la situation de travail ou hors de l’espace professionnel. Ainsi, les discours et les pratiques des travailleurs ne sont pas toujours recontextualisés, et peu souvent articulés aux trajectoires individuelles, sociales et professionnelles des salariés en question. Qui sont ces travailleurs, d’où viennent-ils, quelle est leur formation ? Hormis quelques contributions, dans la plupart des cas, nous n’en saurons rien ou très peu sur les travailleurs considérés hors de leur travail. Or il n’est plus à prouver aujourd’hui que bien des facteurs autres que la situation même de travail influent sur les pratiques professionnelles. Néanmoins, on ne pourra que reconnaître à l’ouvrage la vertu essentielle d’aller défricher de nouveaux terrains avec le souci constant de décrire très précisément la succession d’activités complexes qu’engage chacune des professions considérées.

Haut de page

Notes

1  Avril Christelle, Cartier Marie, Serre Delphine, Enquêter sur le travail. Concepts, méthodes, récits, Editions La découverte, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Aunis, « Thierry Pillon (dir.), « Travailler », Communications, N° 89, 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 02 janvier 2012, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7114

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page