Navigation – Plan du site

« Racisme, race et sciences sociales », Raison Présente, n° 174, 2e trim. 2010

Audrey Célestine
Racisme, race et sciences sociales
« Racisme, race et sciences sociales », Raison Présente, n°174, 2°trimestre 2010, Nouvelles éditions rationalistes, ISBN : 3780244413503.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  On peut notamment signaler la parution et le succès médiatique fin 2011 d’un « beau livre » intitu (...)

1« Le problème du XXe siècle est le problème de la ligne de partage de couleur – de la relation entre des races d’hommes plus sombre et des races d’hommes plus claires, en Asie, en Afrique, en Amérique et sur les îles océaniques ». C’est sur la citation la plus connue du sociologue américain DuBois que s’ouvre cette livraison de Raison Présente consacrée à la race et au racisme dans les sciences sociales. Alors que la question raciale devient un thème de plus en plus abordé à la fois dans l’espace public et les sciences sociales1 le numéro a pour première qualité d’aborder de front la question raciale en interrogeant les outils conceptuels généralement mobilisés pour l’appréhender.

  • 2  MARTINIELLO, Marco, SIMON, Patrick. « La catégorisation et la classification comme enjeux de pouvo (...)
  • 3  On pense notamment aux travaux de Soline Laplanche-Servigne sur la lutte contre le racisme de popu (...)

2L’introduction par Juan Matas et Roland Pfefferkorn présente d’emblée la volonté de partir des Etats-Unis où la question de la « ligne de couleur » est prégnante pour parvenir au cas de la France et des sciences sociales françaises. Sont ainsi interrogées à la fois la manière de penser la race et les processus de « racisation » en France avec plusieurs détours vers d’autres pays (Brésil, et Philippines dans ce volume) et l’inscription de ceux-ci dans des enjeux de pouvoir (de « hiérarchisation » et de « domination » évoquent Juan Matas et Roland Pfefferkorn). L’article de Christine Delphy « Les uns derrière les autres : comment se construit l’altérité » en est la meilleure illustration puisqu’il montre bien comment non seulement le « rejet de l’autre » mais l’ « altérité » elle-même renvoient à des binômes (blanc/non blanc ; hétérosexuel/homosexuel ; homme/femme) et divisions hiérarchiques créées par les dominants. L’Autre n’est précisément « autre » que parce que créé comme tel par ceux qui ont le pouvoir de classer et catégoriser. Christine Delphy critique le fait d’envisager l’altérité (et son rejet) comme relevant du psychologique alors qu’il s’agit de constructions sociales enserrées dans des relations de pouvoir et de construction hiérarchique des groupes. Les « uns » non seulement créent les « autres » mais s’approprient également la définition de ce qu’est l’Universel, qui renvoi nécessairement aux normes possédées… Par les Uns. Un texte de Claude Liauzu revient ainsi sur les mots ethnie, race et nation dans le contexte colonial et le poids du racisme précisément dans la construction de la Nation. Un article collectif de Claire Donnet, Mélanie Fraisse, Nicolas Horvat, Amanda King et Johanna Probst revient sur la production sociale des races, à la croisée entre les processus verticaux de classement et de nomination par des instances de pouvoir et les réappropriations et phénomènes de constructions d’identités raciales. La réflexion collective est très convaincante et fait écho à plusieurs travaux publiés ces dernières années2 mais gagnerait à être mise en perspective par des études de terrains approfondies3 autrement plus révélatrices qu’une simple analyse des discours publics sur les « statistiques ethniques ».

  • 4  FOUCAULT, Michel. Dits et écrits II, Paris : Gallimard (Quarto), 2001, p.299.

3Un article d’Estelle Ferrarese dénonce une mise hors-champ d’investigation de la notion de race avec l’idée que répéter qu’il s’agit d’une notion sans fondement biologique ne justifie pas de l’exclure de l’analyse. L’auteur suggère la mobilisation de la notion foucaldienne de « dispositif », c’est-à-dire un « ensemble résolument hétérogène, comportant des discours, des institutions, des aménagements architecturaux, des décisions réglementaires, des lois, des mesures administratives, des énoncés scientifiques, des propositions philosophiques, morales, philanthropiques, bref du dit, du non-dit… Le dispositif lui-même c’estle réseau qu’on peut établir entre ces éléments. »4. Celle-ci doit permettre d’envisager non seulement les phénomènes d’assignation raciale mais également les formes de résistance à ceux-ci, évitant ainsi de nier toute capacité d’action à « ceux qui n’ont pas le pouvoir légitime de nommer ». Estelle Ferrarese déplore ainsi une forme de renoncement des chercheurs étudiant le racisme et les enjeux liés à la question raciale qui au lieu de se confronter au concept de race, font usage de détours euphémisants à l’instar du terme « ethnique » ou de la catégorie de « personnes racialisées ». On pourrait sans doute critiquer une partie des développements de cet article en soulignant l’intérêt de distinguer « capacité d’action » et pouvoir. L’analyse des formes de réappropriation – de « contre-imputation » écrit l’auteur- des labels raciaux met au jour la capacité d’action des acteurs mais celles-ci se déploient le plus souvent à l’intérieur d’un cadre dessiné précisément par ceux qui ont le pouvoir de nommer, classer, catégoriser. Sans doute est-ce pour cela, encore que cela ne soit pas suffisamment explicite, que l’auteur évoque les remises en causes radicales des dichotomies et binômes hiérarchiques induites dans les études sur le genre par le concept de queer. Cet article, de même celui de Fabrice Dhume, jette un éclairage sur l’impasse dans laquelle se situent les sciences sociales qui écartent l’analyse de ce que seraient la « nature » et le « social ». En évacuant la question de la race, parce qu’elle introduirait une « biologisation du social », les chercheurs en sciences sociales perpétueraient la dichotomie nature/culture sur laquelle précisément se fondent race et racisme. Sylvain Crépon livre un article sur le GRECE, « groupe de recherche » d’extrême-droite et montre le passage d’arguments à base « sociobiologiques » à un différentialisme plus subtil. L’analyse de ce passage est fascinante même si le parallèle tracé entre la posture différentialiste du GRECE et le « multiculturalisme » n’est pas complètement satisfaisant. Les deux derniers textes de ce numéro offrent des détours vers le Brésil et les Philippines. L’article de Stéphanie Cassilde met au jour la fluidité des catégorisations de couleur et de race aux Etats-Unis. La race constitue ainsi un cadre rigide de catégories sur lequel s’asseoient les stratégies collectives de groupes alors que la couleur, tout en découlant d’un imaginaire raciste, aurait gagné une forme d’autonomie. L’auteur montre que la plasticité des catégorisations par la couleur autorise le déploiement de stratégies individuelles, notamment en termes de mobilités sociales ascendantes, sans pour autant ouvrir la voie à l’ensemble des groupes raciaux. Le texte très riche et documenté de Jean-Noël Sanchez sur les Philippines revient sur la construction historique des catégorisations ethno-raciales et la manière dont elle occulte certains paramètres religieux.

4Le numéro de Raison Présente renvoi utilement les chercheurs étudiant les phénomènes liés à la race et au racisme aux outils qu’ils mobilisent et ce qu’ils supposent de points aveugles, de contradictions et de limites. C’est ainsi qu’il faut comprendre l’appel à ne pas se contenter de rejeter la race comme « phénomène biologique » pour étudier sa construction sociale, mais interroger la naturalisation de la dichotomie nature/social. C’est ensuite à l’intérieur de relations de pouvoir qu’il est nécessaire de replacer la question de la race et du racisme.

Haut de page

Notes

1  On peut notamment signaler la parution et le succès médiatique fin 2011 d’un « beau livre » intitulé La France Noire. Trois Siècles de Présence, ouvrage collectif dirigé par Pascal Blanchard aux éditions La Découverte

2  MARTINIELLO, Marco, SIMON, Patrick. « La catégorisation et la classification comme enjeux de pouvoir. Rapports de domination et luttes autour de la représentation dans les sociétés post-migratoires ». Revue Européenne des Migrations Internationales, 2005, vol. 21, n° 2, p. 7-18 ; BAIL, Christopher A., LAMONT, Michèle. « Sur les frontières de la reconnaissance. Les catégories internes et externes de l’identité collective ». In Revue Européenne des Migrations Internationales, 2005, 21 (2), p. 61-90. AVANZA, Martina, LAFERTE, Gilles. « Dépasser la « construction des identités » ? Identification, image sociale, appartenance ». in Genèses, 61 (4), 2005, p. 134-152.

3  On pense notamment aux travaux de Soline Laplanche-Servigne sur la lutte contre le racisme de populations minorisées en France et en Allemagne ou à ceux de Leïla Wuhl sur le milieu associatif antillais en France hexagonale. LAPLANCHE-SERVIGNE, Soline, De l'expérience du racisme à sa politisation : mobilisations et représentation des "victimes" en France et en Allemagne aujourd'hui. Thèse de doctorat : Science Politique : IEP de Paris, mars 2011 (Direction Nonna Mayer) ; WUHL-EBGUY, Leïla. Migrants de l’intérieur. Les Antillais de métropole : entre intégration institutionnelle et mobilisations collectives. Thèse de doctorat : Science Politique : Université Paris-Dauphine, décembre 2006, (Direction Astrid Van Busekist).

4  FOUCAULT, Michel. Dits et écrits II, Paris : Gallimard (Quarto), 2001, p.299.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Célestine, « « Racisme, race et sciences sociales », Raison Présente, n° 174, 2e trim. 2010 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 03 janvier 2012, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7123

Haut de page

Rédacteur

Audrey Célestine

Politiste, Maître de conférences à l’Université Lille 3, Chercheure au CECILLE et à l’ISP-Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page