Navigation – Plan du site

Gérard Mauger, La sociologie de la délinquance juvénile

Igor Martinache
La sociologie de la délinquance juvénile
Gérard Mauger, La sociologie de la délinquance juvénile, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2009, 122 p., EAN : 9782707149718.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Remis à la garde des Sceaux le 3 décembre dernier, celui-ci proposait entre autres d'abaisser l'âge (...)
  • 2 Ce qui, si cela donne un coup de projecteur passager sur le sujet, en représente paradoxalement un (...)
  • 3 cf Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1992 [1984], pp.143-154

1Si conformément aux injonctions de Durkheim, les sociologues ont le devoir de s'écarter des prénotions de leur temps, rien ne les oblige pour autant à prendre leurs distances avec l'actualité. Le tout étant de ne pas reprendre sans les discuter les objets telle que cette dernière les construit. Or, qu'il s'agisse du rapport Varinard 1, de l'accroissement préoccupant des suicides en détention - notamment de la part de mineurs-, des affrontements de « bandes » rivales, mais aussi des récents mouvements émeutiers, en France ou, plus récemment, en Grèce, la jeunesse et ses déviances font très réguliérement la Une des journaux. Alors que le président de la République vient de décider de créer un Haut-commissariat à la jeunesse 2 il n'est d'abord pas inutile de rappeler que, comme le disait Pierre Bourdieu, « la jeunesse n'est qu'un mot » 3, c'est-à-dire que les conditions d'entrée dans l'âge adulte sont loin d'être homogènes selon les origines sociales.

  • 4 Directeur de recherches au CNRS, membre du Centre de Sociologie Européenne (CNRS-EHESS)
  • 5 Violences et insécurité, fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, La Découverte, 2001
  • 6 Cf Laurent Muchielli (dir.), La frénésie sécuritaire, Paris, La Découverte, 2008, dont un compte-re (...)
  • 7 Cf La France a peur, Paris, La Découverte, 2008, recensé ici
  • 8 Cf Naissance d'une mafia catalane ? Fils de 'bonnes familles' dans les trafics transfrontaliers d'h (...)
  • 9 Cf Le scandale des tournantes. Dérive médiatique, contre-enquête sociologique , Paris, La Découvert (...)
  • 10 Dont il ne s'agit que d'un léger échantillon
  • 11 Voir la pétition récemment reproduite sur ce site : « Pourquoi nous ne voulons pas de la « nouvelle (...)
  • 12 Le rôle des médias est important à souligner pour expliquer ce paradoxe selon lequel les personnes (...)

2Bref, l'objet auquel Gérard Mauger 4 a choisi de consacrer un état des lieux sociologiques semble déjà largement investi par l'intérêt public, et les idées préconçues qui l'accompagnent fréquemment. Celles-ci ont déjà été largement battues en brêche par plusieurs travaux sociologiques. On pense bien évidemment au petit ouvrage que Laurent Mucchielli avait consacré il y a quelques années à cette entreprise 5. Celui-ci y disséquait notamment la construction problématique des statistiques policières, et mettait bien en évidence notamment le rôle d'« entrepreneurs de morale » dans la construction progressive d'une véritable « frénésie sécuritaire » 6. Dans une veine similaire, Laurent Bonelli s'est attelé, dans son travail de thèse, à reconstituer la genèse sociale de cette nouvelle fausse évidence que constitue l'insécurité 7 Alain Tarrius et Lamia Missaoui de leur côté ont mis en lumière une figure de trafiquants de drogue bien éloignée des clichés traditionnels : les jeunes d'origine favorisée dans la région de Perpignan 8. On peut enfin renvoyer à une autre enquête de Laurent Mucchielli, dans laquelle celui-ci s'applique à déconstruire un autre stéréotype médiatique : les viols collectifs, dits « tournantes » et la lecture culturaliste imposée par les médias 9. Pourtant, en dépit de ces enquêtes 10 et du travail de vulgarisation qui les a accompagné, l'approche sécuritaire semble paradoxalement continuer sa progression, y compris désormais dans le monde académique 11. Sans doute faut-il y voir une nouvelle démonstration de la force des émotions -ici la peur- face au raisonnement, l'expérience directe ou indirecte que chacun pouvant faire des actes délictueux agissant comme un miroir déformant qui l'emporte bien souvent sur la réflexion sociologique 12

  • 13 La clémence dont bénéficie encore la délinquance économico-financière comparativement à la délinqua (...)

3Les « Repères » que nous propose aujourd'hui Gérard Mauger viennent donc enfoncer un nouveau coin dans l'édifice de ces représentations politico-médiatiques dominantes. Il revient dans un premier temps sur la construction de cet objet que constitue la « délinquance juvénile », en rappelant avec Durkheim et Howard Becker le caractère relatif de la « déviance », indissociable du processus d' « étiquetage ». Finalement, les actes définis comme déviants à une époque et dans une société donnée en disent quelque part plus long sur le système de valeurs et de normes dont cette dernière est porteuse que sur ceux qui les commettent 13 . La délinquance constitue elle les actes de déviance dont la pénalité est explicitement prévue par la loi, mais sa mesure n'en est pas moins problématique, que la source en soient les statistiques policières ou judiciaires, les enquêtes par victimation ou par « autorévélation ». Toutes convergent cependant à pointer la surreprésentation parmi les auteurs de tels actes de jeunes hommes. Ce qui a conduit très tôt à l'élaboration de « théories » plus ou moins scientifiques pour rendre compte de ce phénomène.

  • 14 Et sont ainsi à la source de « philosophies » actuellement dominantes dans les politiques publiques (...)

4C'est à leur présentation quasi-exhaustive qu'est ambitieusement consacré le deuxième chapitre. Dense, celui-ci s'avère plus difficile d'accès au lecteur non-averti, malgré les classements proposés par Gérard Mauger de ces modèles en fonction de leurs points de vue professionnels, puis des « schèmes d'interprétation ». Sans pour autant verser dans la caricature, on pourrait avancer que les deux pôles de ce fourmillement théorique initié aux Etats-Unis sont constitués d'une part par les théories qui, à l'instar du « paradigme actionniste », mettent l'accent sur la rationalité de l'acteur délinquant 14, et d'autre part les analyses en termes de socialisation, cependant loin d'être homogènes, selon qu'elles penchent vers la recherche de défauts d'agents socialisateurs ou vers l'analyse en termes de « carrière » dans le sillage d'Howard Becker.

  • 15 Cf notamment l'ouvrage collectif dirigé par Marwan Mohammed et Laurent Mucchielli, Les bandes de je (...)
  • 16 Autant d'éléments que l'on retrouve notamment bien traduit dans le travail de Thomas Sauvadet, cf L (...)

5Ces schèmes d'interprétation servent ensuite à analyser dans les deux chapitres suivants les transitions entre trois époques de la délinquance juvénile en France : des « blousons noirs » aux « loubards » puis de ceux-ci aux « jeunes des cités ». Gérard Mauger offre ici, conformément à l'esprit de la collection, une bonne synthèse des recherches effectuées sur ces thèmes 15. Cela lui permet de bien resituer ces glissements morphologiques dans le cadre des transformations qui ont affecté les structures économiques et sociales, de montrer les relations ambiguës que ces jeunes entretiennent avec les styles de vie « conformes » qu'ils rejoignent souvent par la suite, par crainte notamment de tomber dans une « clochardisation » synonyme à leurs yeux de « mort sociale », enfin et surtout de se livrer à une analyse en termes de capitaux 16.

  • 17 Les bandes, le milieu et la bohème populaire. Études de sociologie de la déviance des jeunes des cl (...)

6Ainsi qu'il le détaille dans un autre ouvrage 17, Gérard Mauger avance ici contrairement notamment à Thomas Sauvadet que l'espace des jeunesses populaires n'est pas structuré par une mais trois formes de capitaux : « agonistique », économique et culturelle. Selon que les agents considérés seront davantage dotés de l'un ou l'autre, ils se situeront plutôt vers le pôle, respectivement, de la « bande », du « milieu » ou de la « bohème ». Mais cette analyse en termes de capitaux permet également selon Gérard Mauger de rendre compte des « conversions » possibles, au sein de l'univers des pratiques déviantes, mais aussi vers « l'espace des styles de vie conformes ». La détention d'un certain volume de capital économique peut ainsi permettre une reconversion dans l'artisanat ou le commerce, que l'auteur qualifie de« pôle de l'embourgeoisement », tandis qu'un capital culturel peut favoriser l'accès à une profession intellectuelle autodidacte et un capital agonistique être reconverti en capital « corporel » disposant aux métiers de force. Gérard Mauger n'hésite pas pour appuyer son modèle à convoquer les analyses d'illustres historiens comme Georges Dumézil ou Georges Duby, qui avaient chacun à leur manière repéré la récurrence d'une organisation sociale triadique autour des principes de domination qu'incarnent la force, la richesse et le savoir. Un rapprochement qui en fera sans doute sourciller certains. Il n'en reste pas moins que cette analyse et plus largement la synthèse critique que livre ici Gérard Mauger constitue une base solide pour reconsidérer sérieusement les trois formes principales de politiques publiques de traitement de la délinquance : la « neutralisation » (via l'incarcération), la « dissuasion » et la « réhabilitation » entendue comme un traitement psychologique de l'individu délinquant. « Sans nier les effets psychologiques engendrés par des conditions sociales d'existence précaires, la sociologie considère en effet que la délinquance n'est pas une maladie [...] Si l'on s'en tient à l'explication sociologique d'un fait social, quel qu'il soit, le projet de le transformer (ou de l'abolir) passe par le changement des structures sociales qui l'engendrent » (p.109-110). Aux vastes poltiques structurelles que cela implique peut cependant s'adjoindre un travail social fondé sur une « économie du capital symbolique » - la question de la « reconnaissance » étant en ce domaine comme en d'autres centrale-, consistant à « réformer les habitus » en accompagnant les jeunes concernés dans la reconversion de leurs dispositions. Mais comme le note finalement Gérard Mauger, « la pérennité de ces conversions reste suspendue à la possibilité de se projeter dans l'avenir qui dépend elle-même de la maîtrise du présent et, en particulier, des possibilités d'insertion professionnelle, c'est-à-dire, en définitive, de politiques structurelles ». Si les dirigeants veulent réellement traiter les phénomènes de « délinquance juvénile », ils savent ce qu'il leur reste à faire...

Haut de page

Notes

1 Remis à la garde des Sceaux le 3 décembre dernier, celui-ci proposait entre autres d'abaisser l'âge de la responsabilité pénale à 12 ans. Voir la défense de ce texte par le président de la commission, André Varinard, lire « En prison à 12 ans pour crime », Libération, 26 décembre 2008. Et pour une lecture critique de l'ancien directeur de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, voir Dominique Chauvet, « Au revoir les enfants, bonjour les délinquants », Libération, 26 décembre 2008

2 Ce qui, si cela donne un coup de projecteur passager sur le sujet, en représente paradoxalement un déclassement puisque, d'un secrétariat d'Etat, passe à la charge d'à un Haut-commissariat, et, surtout, au lieu du sport se retrouve associé à la « solidarités actives contre les pauvretés »

3 cf Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1992 [1984], pp.143-154

4 Directeur de recherches au CNRS, membre du Centre de Sociologie Européenne (CNRS-EHESS)

5 Violences et insécurité, fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, La Découverte, 2001

6 Cf Laurent Muchielli (dir.), La frénésie sécuritaire, Paris, La Découverte, 2008, dont un compte-rendu peut être consulté à ce lien

7 Cf La France a peur, Paris, La Découverte, 2008, recensé ici

8 Cf Naissance d'une mafia catalane ? Fils de 'bonnes familles' dans les trafics transfrontaliers d'héroïne, éditions Livres du Trabucaire, 2000

9 Cf Le scandale des tournantes. Dérive médiatique, contre-enquête sociologique , Paris, La Découverte, 2005

10 Dont il ne s'agit que d'un léger échantillon

11 Voir la pétition récemment reproduite sur ce site : « Pourquoi nous ne voulons pas de la « nouvelle criminologie »

12 Le rôle des médias est important à souligner pour expliquer ce paradoxe selon lequel les personnes les plus sensibles à la thématique de l'insécurité soient aussi les moins souvent victimes d'actes délinquants. A la « fait-diversisation » croissante de l'actualité - dont Gérard Noiriel a cependant montré qu'elle a accompagné en France la construction de la République (Cf Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIX-XXe siècle). Discours publics, humiliations privées, Paris, Fayard, 2007, chap.2 - il faut ajouter la surreprésentation des crimes et de la police dans les séries les plus « innocentes » - cf Mathias Roux, « Vraiment si belle la vie ? », Le Monde diplomatique, décembre 2008, p.31

13 La clémence dont bénéficie encore la délinquance économico-financière comparativement à la délinquance « ordinaire » en France comme ailleurs est de ce point de vue assez éloquente - cf sur ce sujet Pierre Lascoumes, Élites irrégulières. Essai sur la délinquance d'affaires, Paris, Gallimard, 1997

14 Et sont ainsi à la source de « philosophies » actuellement dominantes dans les politiques publiques telles que la « tolérance zéro » ou la prévention situationnelle - l'idée étant dans les deux cas de dissuader le délinquant en puissance en élevant le « coût » du passage à l'acte

15 Cf notamment l'ouvrage collectif dirigé par Marwan Mohammed et Laurent Mucchielli, Les bandes de jeunes. Des "blousons noirs" à nos jours, Paris, La Découverte, coll. "Recherches", 2007 présenté sur ce site

16 Autant d'éléments que l'on retrouve notamment bien traduit dans le travail de Thomas Sauvadet, cf Le capital guerrier. Concurrence et solidarité entre jeunes de cité, Paris, Armand Colin, 2006, recensé ici

17 Les bandes, le milieu et la bohème populaire. Études de sociologie de la déviance des jeunes des classes populaires (1975-2005) , Paris, Belin, 2006

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Gérard Mauger, La sociologie de la délinquance juvénile », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 16 janvier 2009, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/714

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page