Navigation – Plan du site

Nathalie Brémand, Les socialismes et l'enfance. Expérimentation et utopie (1830-1870)

Laure Célérier
Les socialismes et l'enfance
Nathalie Brémand, Les socialismes et l'enfance. Expérimentation et utopie (1830-1870), Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2008, 365 p., EAN : 9782753506435.
Haut de page

Texte intégral

1Dans une société qui envisage d'enfermer les mineurs de douze ans, de dépister les délinquants dès l'âge de trois ans et qui propose des réformes des systèmes éducatifs dont on a le sentiment qu'elles sont en grande partie des habillages des suppressions de postes, un retour aux théories des premières générations de socialistes du XIXème siècle ne peut être qu'une salutaire bouffée d'oxygène. Ceux qu'on appelait les utopistes ayant une profonde foi en l'enfant, placé au centre de leurs projets, leur pensée diffère profondément de la perception actuelle de l'enfant. C'est en tous cas l'un des constats que l'on tire de la lecture du très enrichissant ouvrage de Nathalie Brémand, intitulé Les socialismes et l'enfance - Expérimentation et utopie (1830-1870), paru en 2008 aux Presses Universitaires de Rennes. La lecture de cet ouvrage nous permet de connaître en premier lieu la place de l'enfant et ses limites, dans les théories et expérimentations socialistes de la période 1830-1870. Il apparaît ensuite que le rôle attribué à l'enfant dans le changement social est primordial : l'enfant préfigure un ordre nouveau. Finalement, les socialistes ont participé à l'évolution des mentalités, permettant l'émergence d'une conception moderne de l'enfant. Ouvrage intéressant, Les socialismes et l'enfance, version remaniée de la thèse de Nathalie Brémand, est en outre un outil de travail fort utile aux historiens du XIX° siècle et aux sociologues de l'enfance.

2Les Socialismes est l'enfance expose tout d'abord les théories alternatives de l'éducation développée par les penseurs socialistes, très critiques vis-à-vis du modèle scolaire de l'époque. La notion d'école est alors floue : l'éducation se donne partout sans de véritables espaces scolaires. Les contenus enseignés doivent permettre de développer simultanément chez l'enfant ses facultés physiques, intellectuelles et morales. La notion de travail occupe une place de premier plan dans l'éducation des enfants, dont elle doit permettre l'épanouissement. Les tâches proposées sont multiples, permettant à l'enfant de mieux connaître ses vocations, et de se former de façon plus complète. Concernant le mode d'enseignement, les socialistes sont attirés par la méthode mutuelle, née en Angleterre à la fin du XVIIIème siècle. Elle consiste en la réunion de centaines d'élèves dans un même lieu, divisés en groupes de six à quinze élèves, guidés par des moniteurs, qui ne sont autres que des élèves plus âgés. Le seul maître présent correspond à un chef d'orchestre. Outre son aspect économique, cette méthode permet à l'enfant d'être le premier acteur de l'éducation, dans une relation de solidarité avec ses autres camarades. Les théories socialistes revalorisent l'instituteur, présenté comme un guide au rôle central dans l'organisation sociale. Concernant les différences de traitement entre filles et garçons, les socialistes, à l'exception de Proudhon, manifestent une détermination commune à affirmer l'égalité des sexes par l'éducation. Mais l'éducation égalitaire n'implique pas nécessairement la mixité, à laquelle les penseurs socialistes tendent à s'opposer. Enfin, les socialistes émettent également des recommandations particulières concernant les punitions à administrer aux élèves indisciplinés. Les châtiments corporels étant bannis, le cancre risque principalement, pour ses faux pas, une stigmatisation publique. Fourier propose également de canaliser les mauvais penchants des enfants en les transformant en vertus sociales : les enfants, vers l'âge de dix ans, lui semblant attirés par la saleté, ils devront être organisés en petites hordes, chargées des travaux répugnants et difficiles de la Phalange, comme les égouts ou la triperie. Mais les limites de ces théories sont nombreuses. D'une part, plus que l'instruction, passant souvent au second plan, c'est la moralisation de l'enfant qui est pensée par les socialistes. De ce fait, l'intérêt théorique des socialistes pour la pédagogie est très relatif, tandis que les contenus des cours dépendent souvent de la personnalité de l'enseignant, dont les compétences font parfois défaut. Surtout, si les théories se sont montrées très nombreuses et créatives, rares furent les expérimentations durables des modèles éducatifs proposés. Ces expérimentations, analysées dans la seconde partie de l'ouvrage, étaient au cœur des préoccupations des socialistes. Mais les socialistes se sont souvent heurtés à l'opposition des notables locaux et des administrations, tandis que leurs difficultés financières étaient récurrentes. Par ailleurs, les projets de communautés ont toujours été envisagés à la campagne, où les socialistes pensaient, mieux qu'ailleurs, faire table-rase des méfaits de la civilisation. Mais la population locale y est moins bien préparée aux idées nouvelles que les citadins. Enfin, les socialistes ont su parfaitement s'opposer aux projets de certains de leurs camarades.

  • 1 ... que l'on peut lire dans les Œuvres de Claude Henri de Saint Simon, paru en 1966.

3L'attention portée à l'éducation et à l'instruction des enfants est importante car l'enfant est vu comme devant jouer un rôle de premier plan dans l'avènement progressif et pacifique d'une nouvelle société. Le Comte de Saint-Simon n'écrivait-il pas, dans « De la réorganisation de la Société Européenne1 », « L'âge d'or du genre humain n'est point derrière nous, il est au-devant, il est dans la perfection de l'ordre social. Nos pères ne l'ont point vu, nos enfants y arriveront un jour, c'est à nous de leur frayer la route » ? L'enfant doit ensuite faire figure d'exemple, et son éducation, par ricochet, doit permettre le changement des adultes. Ainsi, au Familistère de Guise, après chaque récréation, les enfants devaient-ils s'organiser en défilés, sous les yeux de la population, pour un rituel consistant à donner à voir aux adultes les bienfaits de l'éducation familistérienne. L'attention portée aux enfants n'est pas cependant dénuée d'inconvénients : les enfants ont souvent semblé être instrumentalisés à des fins idéologiques. On le voit par exemple avec l'importance prise par le culte d'Etienne Cabet, mis en place en 1856, dans la communauté icarienne de Nauvoo. Enfin, dans les communautés, la priorité était donnée au secteur économique afin de mettre en œuvre les prémisses d'un nouveau type d'organisation du travail : paradoxalement, l'enfant, au cœur des théories, a pu, parfois, être oublié.

4En dépit de ces échecs de concrétisation, ces pensées et expérimentation ont permis l'évolution des mentalités tout au long du XIXème siècle. Défenseurs d'une démocratisation de l'enseignement, les socialistes ont soutenu les débats menant à la mise en place de l'école républicaine. Vingt ans avant les lois Ferry, Jean-Baptiste Godin, au Familistère de Guise, mettait en place une école laïque gratuite, obligatoire et mixte, à partir de 6 ans. L'acceptation d'une conception moderne du statut de l'enfant, individu autonome, a aussi été d'autant plus aisée que les socialistes avaient pu exprimer leurs théories à ce sujet. Les socialistes évoquent, parmi les premiers, la question des Droits de l'Enfant, en la faveur desquels nombre de déclarations et conventions internationales se sont succédées tout au long du XXème siècle. L'enfant, selon les socialistes, en tant que personne à part entière, doit pouvoir travailler et percevoir un salaire. Chez Fourier, comme on le lit dans sa Théorie de l'unité universelle, parue en 1822, l'enfant gagne ainsi sa vie dès ses trois ans, et paie des loyers dès 4 ans et demi. Paradoxalement, ce n'est donc pas en réclamant l'abolition du travail de l'enfant, mais en adaptant ce travail, que les socialistes s'opposent à l'exploitation de la main d'œuvre enfantine. L'enfant doit ensuite exercer un rôle de citoyen, élaborant des lois, comme le pense Joseph Rey, ou s'exerçant au suffrage. Enfin, l'enfant est détaché de sa famille, et doit pouvoir s'identifier comme membre d'un groupe social. Et l'on observe que cette mise en avant d'une conception moderne de l'enfant s'accompagne également d'une vision très moderne de la famille. Au sein de cette dernière, chacun est amené à renoncer à une partie des fonctions qui lui sont traditionnellement attribuées. Avec les fouriéristes, c'est une conception radicale qui est proposée, puisque il s'agit d'anéantir la famille comme cellule de base de la société. La famille comme institution est rejetée, elle devient élective. Le rôle des mères est ensuite remis en cause : la proximité entre mères et enfants est jugée néfaste à la communauté. La sacro-sainte figure du père n'est pas moins écornée par les penseurs socialistes : l'existence du père est déniée dans les types de rapports humains créés dans la nouvelle société, et seule la communauté est déclarée apte à protéger, juger et punir les enfants. Dans de nombreuses théories reconnaissant l'autorité parentale, cette dernière doit être partagée entre le père et la mère.

5Cet ouvrage est doublement intéressant, dans le sens où sa lecture nous en apprend autant sur la place de l'enfant dans les théories et expérimentations socialistes que sur les théories et expérimentations socialistes elles-mêmes. L'auteure nous présente une vision très réaliste des socialistes et de leurs limites. Alors que les socialistes du XIXème siècle sont tantôt taxés de totalitarisme, tantôt considérés avec grande bienveillance, Nathalie Brémand nous montre à la fois le côté visionnaire et le côté rétrograde de ces penseurs. Il est ainsi amusant de noter l'éloge que font les anarchistes de l'allaitement maternel, devoir que la femme se doit d'accomplir si elle veut être bonne mère et bonne amante. Dans cette présentation fouillée de la place de l'enfance dans les théories socialistes, un lecteur novice peut cependant se sentir initialement perdu, et une présentation succincte et introductive des différentes mouvances socialistes abordées dans l'ouvrage n'aurait pas été de trop. Il apparaît en effet que Les socialismes et l'enfance s'adresse à des connaisseurs, auxquels l'auteure fournit un outil de travail pertinent, riche en références diverses, qu'il s'agisse d'auteurs socialistes ou d'historiens et sociologues.

Haut de page

Notes

1 ... que l'on peut lire dans les Œuvres de Claude Henri de Saint Simon, paru en 1966.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Célérier, « Nathalie Brémand, Les socialismes et l'enfance. Expérimentation et utopie (1830-1870) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 12 janvier 2009, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/715

Haut de page

Rédacteur

Laure Célérier

Professeure agrégée de sciences économiques et sociales - Université Paris Est-Créteil - IUT de Fontainebleau.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page