Navigation – Plan du site

« Les individus font-ils bon ménage ? », Travail, genre et sociétés, n°26, novembre 2011

Hervé Polesi
Les individus font-ils bon ménage ?
« Les individus font-ils bon ménage ? », Travail, genre et sociétés, n°26, novembre 2011, 269 p., Paris, La Découverte, ISBN : 9782707170026.
Haut de page

Texte intégral

1Comment amener un maximum de lecteurs à se pencher sur le numéro du mois de novembre 2011 de Travail, Genre et Sociétés (n°26) ? Le dossier présenté en couverture porte en effet sur la notion de ménage et ses usages statistiques, avec un titre de dossier bien facétieux : « Les individus font-ils bon ménage ? ». Or, trop nombreux sont ceux qui, dans les sciences sociales, fuient systématiquement toute question d’approche quantitative.

2Le dossier mérite pourtant d’être parcouru par le plus grand nombre ; les quatre contributions qui le constituent, en plus de l’introduction que signent Thomas Amossé et Sophie Ponthieux, reviennent de façon efficace sur la notion. En guise de fil conducteur, il serait possible de dire que chacun des auteurs donne à voir ce que l’on fait de la notion, comment il est possible de parler de l’état de la population à travers le ménage, mais également ce que le ménage occulte et surtout comment, à travers sa définition seule, il parle déjà de la société qui l’utilise. Le ménage, qui est dans son acception la plus courante cet ensemble de personnes occupant le même logement, apparaît donc à la fois comme un outil et comme un symptôme. Les lecteurs d’Alain Desrosières ne seront pas surpris par cette double approche.

3Thomas Amossé et Gaël de Peretti proposent la première contribution du dossier et reviennent sur l’histoire de la notion de ménage dans sa relation à la question des rapports sociaux de sexe, de l’immédiat après-guerre à nos jours. Ils distinguent trois périodes principales dans cette histoire. Durant la première période, le ménage est la porte d’entrée et surtout d’analyse privilégiée de la population française. Pour la seconde période, qui s’ouvre à la fin des années 60, le ménage reste la porte d’entrée privilégiée, mais l’individu s’impose comme unité principale d’analyse des données. Au cours des années 80, les démographes initient la troisième période, en se penchant sur les relations entre individus au sein des ménages.

4La contribution de Laurent Toulemon revient de façon très didactique sur les évolutions des notions et la répercussion de ces évolutions sur les statistiques, dans le cadre des séries longues. On voit par exemple la proportion de « ménages complexes » s’effondrer avec la redéfinition de la notion d’enfant : par la suppression de la limite d’âge fixée à 25 ans, les enfants adultes vivant dans le même logement ont été réintégrés à la famille. Olivier Donni et Sophie Ponthieux permettent de suivre l’évolution de la notion de ménage et des notions connexes : mais là où le propos de Laurent Toulemon était principalement démographique, Olivier Donni et Sophie Ponthieux se penchent sur les approches économiques.

5Danièle Meulders et Síle O’Dorchai proposent également un article économique, centré sur la question de la mesure de la pauvreté. De façon très claire, les auteures montrent comment l’usage de la notion de ménage pour éclairer les questions de pauvreté, et partant orienter les politiques de lutte contre la pauvreté, amène à des distorsions importantes dans la perception qu’il est possible d’avoir de la pauvreté des individus. Sans surprise, l’approche par le ménage occulte la pauvreté des femmes. L’illustration la plus explicite tient dans le tableau présentant la proportion de travailleurs pauvres par sexe selon le type de mesure du revenu (par ménage ou individuelle) : avec l’approche par ménage, les hommes sont proportionnellement plus nombreux à être pauvres que les femmes, mais cette hiérarchie est complètement inversée lorsque l’approche procède individuellement. Dans le cas du Luxembourg, si les hommes et les femmes sont aussi nombreux les uns que les autres à être pauvres, dans l’approche par ménage, la proportion de femmes pauvres est près de cinq fois supérieure à celle des hommes lorsque la pauvreté est analysée individuellement.

6Un dossier donc riche et très éclairant, mais qui n’est pas le seul atout de ce numéro de Travail, genre et sociétés : nous y trouvons également une « controverse » consacrée au care : « Le care : projet égalitaire ou cache-misère ? » Six contributions rythment cette controverse. Elles sont signées Ruwen Ogien, Sandra Laugier, Patricia Paperman, Pascale Molinier, Geneviève Cresson, Helena Hirata, Olivier Giraud et Barbara Lucas.

7Il est difficile de résumer ici le contenu de chacune de ces courtes contributions. Par nature, elles sont bien évidemment frustrantes, dans la mesure où elles ne laissent le temps aux auteurs que de désigner des pistes. Lorsque par exemple Ruwen Ogien écrit voir en arrière plan de « celles et ceux qui se réclament du care » un cadre moraliste, nous ne pouvons que regretter qu’il n’ait pas la place de développer son propos et de l’argumenter. Les coordinatrices de la controverse, Nicole Mosconi et Marion Paoletti, dans les dernières lignes de leur introduction, proposent de distinguer le care comme projet du care comme pratique sociale et secteur d’emploi. Nous reprenons ici cette distinction qui nous semble proposer les principaux points de tension par rapport auxquels les uns et les autres sont amenés à se positionner. Comme pratique sociale, le care ne semble en effet pas devoir échapper aux tensions inégalitaires qui se manifestent par ailleurs. Olivier Giraud et Barbara Lucas proposent une approche du care comme biopouvoir et pointent du doigt la marchandisation, en marche en France comme ailleurs, du domaine du care. Le care comme projet apparaît bien plus comme révélateur d’inégalités et instrument de critique : Sandra Laugier nous rappelle que c’est bien cette catégorie d’analyse qui nous permet de redécouvrir que les tâches de care ont peut-être glissées dans le sens où ce ne sont plus simplement les femmes qui les assurent, mais plus spécifiquement des immigrées ou des femmes précaires, mais qu’elles n’ont pas disparues, qu’elles ne peuvent disparaître.

8Le dossier central et la controverse constituent deux excellentes raisons donc de parcourir ce numéro de Travail, Genre et Sociétés, en attendant le prochain à paraître en avril 2012 sous le titre attractif de « Sexe, genre et religions ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Polesi, « « Les individus font-ils bon ménage ? », Travail, genre et sociétés, n°26, novembre 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 09 janvier 2012, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7161

Haut de page

Rédacteur

Hervé Polesi

Chargé d'études en santé publique à l'ORS Alsace et doctorant au sein du laboratoire Cultures et sociétés en Europe (CNRS/Université de Strasbourg)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page