Navigation – Plan du site

Gérald Gaglio, Sociologie de l'innovation

Bastien Soulé
Sociologie de l'innovation
Gérald Gaglio, Sociologie de l'innovation, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2011, 126 p., ISBN : 9782130585756.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage synthétique est d’autant plus salutaire que la collection qui l’accueille le promet à une large diffusion. Il constitue en effet le contre-pied d’une vision très prégnante, quoique simpliste et idéalisée, de l’innovation. D’emblée, l’auteur précise qu’il ne placera pas l’innovation sur un piédestal, se bornant à décrire comment la sociologie permet d’en étudier la genèse. Il se démarque ensuite du schéma classique de l’innovation, selon lequel cette dernière serait impulsée par une figure hors norme, sorte de génie créateur. Il tempère enfin la pertinence, au regard de ce positionnement, de tout un pan de la littérature managériale proposant des grilles de lecture normatives de ce qui doit être mis en place (sur le plan organisationnel, de la gestion de projet…) pour favoriser l’émergence des innovations.

2Là n’est pas le projet de l’auteur. Prenant ses distances avec ces « bonnes pratiques » (par ailleurs édictées dans une optique prescriptive cohérente avec l’objectif des sciences de gestion), il n’occulte pas les trajectoires d’innovations non abouties, tourbillonnaires, peu maîtrisées, et privilégie une description accordant la place qui lui revient à l’incertitude, au « non planifié », bref au contingent, défini par l’auteur comme ce qui peut advenir ou pas.

3La différence fondamentale entre invention et innovation est habilement soulignée. Elle permet à l’auteur de s’émanciper des usages spontanés et passe-partout du terme innovation, qui contribuent à diluer son sens. On appréciera notamment la définition « en creux » de l’innovation, précisant ce qu’elle n’est pas, démarche pédagogiquement porteuse. De même, d’autres concepts interdépendants (comme ceux de réseau, processus, interaction, appropriation, adaptation, etc.), centraux dans cette littérature sociologique, sont clairement exposés et abondamment illustrés.

4Ces éléments poussent à encourager sans réserve la lecture de l’ouvrage. Quant à ses limites, elles sont, pour l’essentiel, liées aux contraintes imposées, en termes de volume, de lectorat ciblé et de degré de spécialisation, par la collection « Que sais-je ? ». On peut par exemple déplorer une centration excessive des illustrations sur les usages de la téléphonie mobile ou des nouvelles technologies de l’information, thèmes de recherche privilégiés par l’auteur depuis une dizaine d’années. De même, certains développements proposés à mi-ouvrage (chapitre III : diffusion des innovations) surprennent quelque peu. Un long détour par les pères fondateurs de la sociologie (Veblen, Marx, Durkheim, Comte, Weber, Simmel, etc.) puis par leurs contemporains (Parsons, Bourdieu…) amène à se poser la question de la réelle utilité de la convocation de ces écrits généralistes.

5Par ailleurs, si des auteurs phare comme Akrich, Callon et Latour sont abondamment cités (au même titre qu’Alter, autre incontournable fortement mobilisé), certaines spécificités de leur approche auraient mérité de plus amples approfondissements. Il est ainsi peu question des acteurs non-humains, ayant pourtant nourri de nombreux débats. Plus largement, le lecteur est quelquefois frustré lorsque l’auteur annonce des divergences théoriques, programmatiques ou méthodologiques entre spécialistes, sans pour autant fournir d’éléments tangibles relatant les critiques mutuelles qu’ils s’adressent, pourtant éclairantes.

6Répétons-le, ces limites sont difficilement contournables étant donnée la nature du projet éditorial. Ce n’est pas le moindre des mérites de l’auteur que d’avoir réussi la « traduction », en direction d’un lectorat élargi, de ses travaux de recherche menés depuis une dizaine d’années, qui sont mobilisés et épurés avec brio. Son expérience de l’enseignement sur les thèmes de l’innovation et du changement n’est probablement pas étrangère à la réussite de ce pas de côté.

7Pour conclure, le pari consistant à combiner ambition académique et accessibilité est réussi. Pendant de cette dernière, et du didactisme dont fait preuve l’auteur, le lecteur déjà sensibilisé aux travaux des auteurs phares du champ (Alter, Akrich, Callon, Latour, Flichy…) apprendra peu à la lecture de cet ouvrage qui ne leur est pas destiné. Ce dernier devrait en revanche figurer en bonne place au sein des bibliographies sur lesquelles adosser des enseignements de sciences sociales ou de sciences de gestion. D’autant que le style est clair, la plume élégante et les transitions particulièrement soignées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bastien Soulé, « Gérald Gaglio, Sociologie de l'innovation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 09 janvier 2012, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7165

Haut de page

Rédacteur

Bastien Soulé

Enseignant-Chercheur, Maître de Conférences à Lyon 1, membre du Centre de Recherche et d'Innovation sur le Sport

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page