Navigation – Plan du site

Michel Chauvière, L’intelligence sociale en danger. Chemins de résistance et propositions

Gérard Creux
L'intelligence sociale en danger
Michel Chauvière, L'intelligence sociale en danger. Chemins de résistance et propositions, Paris, La Découverte, 2011, 272 p., ISBN : 9782707166975.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Entendu par l’auteur comme « un social définit par les moyens concrets de sa réalisation durable e (...)

1Michel Chauvière propose d’analyser le « social réalisé »1 tel qu’il est aujourd’hui au regard des nouvelles politiques publiques.

2Le constat qu’il fait repose sur l’idée que le « social réalisé » est désormais soumis aux logiques néolibérales et à la seule raison économique imposée non pas uniquement par les réformes législatives depuis une vingtaine d’années, mais aussi par l’Europe. Il note que « Le social entre à son tour et plus que jamais dans le domaine des « affaires » » (p. 38) au même titre que les activités marchandes. En effet, les principes posés par l’Europe s’appuient sur l’idée que « tout service est une entreprise, car offrant un service sur un marché » (p. 110). Et les services sociaux n’échappent pas la règle. Il en analyse ainsi les conséquences directes sur la manière dont est gérée la question sociale que ce soit à travers du droit et des accords normatifs, des institutions, des professions, de la formation et de la recherche, et des pratiques professionnelles en elles-mêmes.

3L’auteur remarque que l’action publique est de plus en plus segmentée et que les politiques transversales ont de ce fait reculé. Il note que « (…) lesdites politiques publiques contemporaines ne sont pas des politiques, mais avant tout de simple programme » (p. 18). Il souligne ainsi le passage d’une pensée analogique/heuristique à une pensée numérique et algorithmique. La première renvoie à l’analyse au cas par cas, à la recherche de solutions singulières et fait référence en quelque sorte au doute. La seconde, au contraire, renvoie à des solutions logiques ou binaires. Il écrit que « L’action publique doit être conçue selon un algorithme fait de missions, de programmes et d’actions. On ne respecte donc plus les découpages historiques en ministères et secrétariats d’État, qui sont cependant conservés pour le jeu politique » (p. 37). Ces nouvelles politiques publiques s’inscrivent dans de « nouvelles productions normatives » (tel que la « culture du contrat »), place l’ « usager » dans un rôle de « consommateur » et participent à la désinstitutionnalisation du travail social qui cache selon l’auteur une politique économique et financière qui vise à moins dépenser.

4Par ailleurs, Michel Chauvière soulève le fait que la structure « institutionnelle » fait peur. Il note que l’institution est ce qui fait corps, s’inscrit dans la durée et « institue le groupe humain » (p. 105). Or, les gestionnaires et les chercheurs ont peu à peu défait le cœur du fait institutionnel, les individus (salariés et usagers) cessant de contribuer peu à peu à l’institution et agissant pour leur propre compte. Ce phénomène est la voie ouverte à l’esprit d’entreprise. Les institutions sont désormais gérées comme « des organisations rationnelles, et petit à petit comme des entreprises » (p. 106).

5Concernant les professions du travail social, le sociologue souligne une nouvelle fois qu’elles sont entrées dans une tout autre culture du social : le terrain a été « reformaté » pour reprendre le terme de l’auteur. Le « réalisme économique » décide désormais des moyens professionnels, en plus d’une logique d’une « DRHisation du social » marquée par une forte dissociation des rôles de conception de ceux de l’exécution. Elles sont par ailleurs soumises aux « bonnes pratiques » qui naissent des techniciens du social qui sont, selon lui, éloignés des réalités du terrain.

6La formation et la recherche dans le champ du travail social n’échappent pas aux transformations actuelles. L’auteur souligne que « L’idéologie et la stratégie économique de la performance jouent contre l’intelligence, contre la connaissance, au niveau collectif et contre la pensée au niveau individuel » (p. 170). Il avance l’idée que la gestion supplante progressivement celui de la recherche et de la transmission, les deux étant liées. Néanmoins, après avoir fait un état historique de la recherche dans le champ du travail social, il donne de nombreuses pistes de réflexion et de travaux. Entre autres, il souligne qu’ « Il est donc parfaitement justifié de développer une sociologie critique de la gestion en se rapprochant d’autres domaines exposés aux mêmes changements. Il faut donc interroger les rapports entre modernisation, question sociale et professionnalisation » ou bien encore de s’interroger sur « comment cette domination managériale a été possible en si peu de temps ».

  • 2  Michel Chauvière constate que dans sa version française, le care a été réduit à la dimension du so (...)

7Michel Chauvière revient également sur la « clinique » comme pratique dans le travail social. Après en avoir donné une définition, il note que « la clinique est autant un regard et un langage adressés qu’une pensée construite. Elle signe la possibilité d’une écriture, différence de l’écriture administrative, a fortiori de l’écriture marchande » (p. 211). Cependant, elle est désormais soumise aux normes comportementales et guidée également par la raison économique. Par ailleurs, l’usager en devenant un consommateur modifie les règles du jeu de la prise en charge. Il écrit que « la possibilité de la clinique est annihilée lorsque le symptôme est métamorphosé en droit des usagers (…) la clinique s’arrête, la consommation peut commencer » (p. 218). Nouveau maître mot, le care2 semble l’avoir remplacé, et participe ainsi à la « désocialisation du social socialisé ».

8Enfin, le sociologue passe à une critique de l’évaluation (« néoévaluation »), vu comme mot d’ordre dans le champ du travail social et comme acte de pouvoir. Il remarque que la démarche évaluative s’inscrit dans une logique non de moyens, mais de résultat qu’il interroge dans le cadre de l’intervention sociale qui, par ce biais, devient quantifiable et mesurable : « Tellement saturée d’utilitarisme, la néoévaluation crée une illusion sur la réalité des pratiques et leur signification. Elle clôt à bon prix ce qui devrait rester ouvert à l’incertitude de la pensée » (p. 230). Néanmoins, l’auteur précise que ce n’est pas tant l’évaluation qu’il critique, mais son usage ainsi que l’apparition d’une économie privée de l’évaluation.

9Au regard de ce point de vue critique, la conclusion de l’ouvrage est articulée autour d’une série de propositions explicites que nous pourrions qualifier d’active dans le sens où elles visent à « parier sur les hommes et non sur les outils ». À titre d’exemple, il invite à « réarmer l’esprit de service public », « politiser les usagers » ou encore « déjouer le piège de l’évaluatif ». On notera également, en annexe, un repère chronologique du médico-social en France qui permet de repérer rapidement les principales dispositions institutionnelles et juridiques.

  • 3  Michel Chauvière, Trop de gestion tue le social : essai sur une discrète chalandisation, Paris, Éd (...)

10À travers un décorticage historique et juridique particulièrement rigoureux, l’ouvrage de Michel Chauvière dévoile le dessous des cartes de la gestion de l’intervention sociale contemporaine. Il reprend quasi systématiquement la définition des termes employés (convention collective, métier, profession, usager, etc.) qui rend le propos particulièrement clair et convaincant. On pourra cependant lui reprocher un caractère quelque peu répétitif à la lecture. Les lecteurs convaincus et les professionnels du travail social se réjouiront de cet ouvrage qui s’inscrit dans une suite logique du précédent livre « Trop de gestion tue le social »3.

Haut de page

Notes

1  Entendu par l’auteur comme « un social définit par les moyens concrets de sa réalisation durable et non réduit à sa seule destination conjoncturelle, à court terme, ou à ses seuls publics » (p. 5).

2  Michel Chauvière constate que dans sa version française, le care a été réduit à la dimension du souci de l’autre, avec des connotations morales, et sa pratique réduite à la gente féminine.

3  Michel Chauvière, Trop de gestion tue le social : essai sur une discrète chalandisation, Paris, Éditions La découverte, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Creux, « Michel Chauvière, L’intelligence sociale en danger. Chemins de résistance et propositions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 09 janvier 2012, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7178

Haut de page

Rédacteur

Gérard Creux

Docteur en sociologie et attaché de recherche à l'Institut Régional du Travail Social de Franche-Comté

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page