Navigation – Plan du site

« Ce que disent les artistes », L’Observatoire, La revue des politiques culturelles, n° 38, été 2011

Lisa Marx
Ce que disent les artistes
Lisa Pignot, Jean-Pierre Saez (dir.), « Ce que disent les artistes », L'Observatoire. La revue des politiques culturelles, n°38, Eté 2011, Grenoble.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis vingt ans, l’Observatoire des politiques culturelles, sis à Grenoble, publie un ou deux numéros de sa revue L’Observatoire par an. Comme l’indique son titre, ce 38e numéro est consacré aux artistes, ou plus précisément à « ce qu [’ils] disent », à leur parole, et donc au regard qu’ils peuvent porter sur leur travail, leurs pratiques, leurs publics ou encore les politiques qui leur sont destinées.

2L’organisation formelle de ce numéro est plutôt originale. Les deux textes introductifs signés des éditeurs sont suivis de 32 contributions d’artistes de quelques pages, écrits seul ou à plusieurs, signés du nom d’une personne ou de celui d’un collectif artistique. Ces textes, préfacés par une petite biographie du/des auteur/s, sont tous des réponses plus ou moins directes aux douze questions posées par les éditeurs, du classique « L’artiste est-il un travailleur à part ? » jusqu’à « Dans quelle mesure les formes artistiques peuvent-elles revitaliser la démocratie locale ? » en passant par « Quelle pourrait être une politique de développement artistique et culturel durable ? ».

3Cette organisation par questions permet de comparer plusieurs contributions sur un même sujet, ce qui est intéressant et enrichissant, d’autant que les contributeurs s’inspirent souvent de leur vécu et de leur quotidien pour développer leur argumentation. Cependant, il est difficile de trouver une logique globale sous-tendant le dossier et l’enchaînement des questions. En effet, aucune conclusion ne vient mettre en relation les différentes contributions, et l’introduction du dossier se veut explicitement une « non-introduction », qui ne cherche même pas à établir des liens entre les différents questionnements et éléments de réponse. L’absence de fil rouge est ainsi assumée et même revendiquée dans ce dossier qui a « sa propre géographie, sans échelle et sans légende » (p. 3). Cette solution un peu facile amène, en s’appuyant sur la supposée impossibilité d’analyser ce que font (ou disent) les artistes, à renoncer à l’idée même d’une mise en perspective ou d’un commentaire critique, ce qui est d’autant plus regrettable étant donnée la richesse du matériau. Dans la suite de ce compte-rendu, les principaux axes et interrogations traversant les différentes thématiques et contributions seront soulevés, qui peuvent être vues comme autant de pistes d’analyses possibles et souhaitables.

4Une première interrogation, inhérente au titre, tourne autour d’une définition : puisque la parole est aux artistes, qu’est-ce qu’un artiste ? Un premier élément de réponse est empirique : la liste des contributeurs de ce numéro, recrutés par les réseaux de connaissances des éditeurs, inclut des « artistes de tous horizons : plasticiens, intervenants urbains, danseurs, metteurs en scène de théâtre, artistes de rue, designers, comédiens, écrivains, poètes, musiciens, artistes ‘numériques’et autres artistes inclassables » (p. 1). Cette diversité des activités exercées, des champs investis, est articulée à une inégale notoriété des contributeurs, qui se trouvent par ailleurs à des moments différents dans leurs trajectoires sociales et professionnelles.

5Dans un deuxième temps, plus théorique, la question de la définition de l’artiste renvoie aux différentes visions du travail artistique légitime exprimées par les contributeurs. Deux éléments, que l’on retrouve dans les débats classiques sur la définition de l’artiste, sont mobilisés ici.

6Premièrement, il y a la question du revenu tiré de l’activité artistique : faut-il en vivre pour être artiste ? Certains rejettent cette idée avec force, et dénoncent un mouvement d’« économisation » de la création. Bien évidemment, cela renvoie aussi à la revendication d’une pureté artistique, qui serait économiquement désintéressée. D’autres, plutôt issus des arts du spectacle, insistent au contraire sur l’importance du régime des intermittents et ses lacunes, par exemple en ce qui concerne les congés maternités. Pour ces contributeurs, c’est le fait même d’être affilié à ce régime qui leur permet de se considérer comme artistes.

7Deuxièmement, le modèle classique du travail artistique individuel, du génie solitaire, ou du moins celui du créateur, de l’auteur unique d’une œuvre artistique, est remis en cause par les collectifs artistiques, qui vont pour certains jusqu’à signer collectivement leurs créations et leurs contributions à ce numéro, effaçant ainsi la griffe individuelle de l’artiste, gage de valeur d’ « art », au profit d’une signature artistique collective.

8S’ajoutent ici les réflexions sur l’entrée dans la carrière d’artiste, qui englobent les sujets de l’éducation artistique et du recrutement, comme cette contribution de David Grimal arguant les mérites de la cooptation sur le concours pour le recrutement des musiciens.

9Un autre aspect qui mérite d’être abordé est celui du rapport au savoir et aux experts. En effet, les artistes ayant accepté de jouer le jeu en écrivant un texte sont des personnes qui savent communiquer sur leur travail, qui savent écrire. Force est de constater qu’ils connaissent et mobilisent des travaux scientifiques sur le travail artistique, avant tout ceux de Pierre-Michel Menger, mais des textes d’André Gorz ou de Karl Polanyi sont également cités. Le rapport au savoir et à la recherche sur l’art est cependant ambigu : alors que certains rejettent ces analyses car elles seraient liées à des enjeux extérieurs au monde de l’art, d’autres contributeurs participent eux-mêmes de l’élaboration de ces savoirs et peuvent être adoubés comme experts par des institutions. Ils occupent donc des positions ambivalentes, tels que Camille Louis, à la fois « philosophe et dramaturge » (p. 52), ou Fred Forest, artiste multimédias et professeur émérite en Sciences de l’information et de la communication.

10Enfin, le dossier traite aussi des liens des artistes avec leurs environnements sociaux et politiques. Au travers des réflexions sur les apports de l’art à la démocratie et à la vie publique dans les territoires, les questions sur l’art dans l’espace public et sur le rôle de médiateurs que peuvent jouer les artistes sont abordées.

11En conclusion, il s’agit d’un dossier intéressant, offrant un matériau riche, qui invite à réfléchir aux mutations du travail artistique contemporain, dans une perspective originale, celle de la « parole des artistes ». Mais celle-ci est in fine elle-même informée par les recherches en sciences sociales, ce qui nous incite à prêter attention à ces allers-retours entre savoirs, expertises et création.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lisa Marx, « « Ce que disent les artistes », L’Observatoire, La revue des politiques culturelles, n° 38, été 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 09 janvier 2012, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7180

Haut de page

Rédacteur

Lisa Marx

Assistante-doctorante à l'Université de Genève

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page