Navigation – Plan du site

Hélène Vérin, Entrepreneurs, entreprise. Histoire d’une idée

Guillaume Arnould
Entrepreneurs, entreprise
Hélène Vérin, Entrepreneurs, entreprise. Histoire d'une idée, Paris, Classiques Garnier, coll. « Histoire des techniques », 2011, 271 p., ISBN : 9782812403002.
Haut de page

Texte intégral

1C’est un livre d’histoire assez original que nous offre Hélène Vérin. Alors que son titre pouvait laisser croire à une étude de type « business history » où seraient décrites les évolutions des entreprises de la petite structure familiale à la grande multinationale capitalistique, c’est bien le sous-titre qui est déterminant. L’analyse de l’idée d’entreprise et d’entrepreneur éclaire d’une manière différente un agent économique et social que tout le monde pense connaître.

2Cette réédition d’un ouvrage déjà publié en 1982 et issu de la thèse soutenue par l’auteure, spécialiste en histoire des techniques, est un ouvrage précurseur. Le professeur de sciences de gestion Armand Hatchuel le considère dans sa préface comme exemplaire d’une manière de penser pluridisciplinaire et ouverte particulièrement adaptée aux réflexions actuelles sur le sujet. Il est vrai que les recherches en sociologie, en économie, en droit ou en gestion rejoignent le constat de l’historienne : on ne peut réduire l’entreprise à un opérateur cherchant à générer un profit sans perdre presque tout intérêt pour cet objet d’étude.

3La démarche adoptée dans Entrepreneurs, entreprise rappelle celle qu’avait suivie Pierre Rosanvallon dans son étude de l’idée du marché, Le capitalisme utopique, publiée en 1979. Comme le professeur au Collège de France, Hélène Vérin va puiser dans des sources historiques variées un ensemble de points de vue sur la notion d’entreprise afin de questionner l’origine d’un concept indissociable de la modernité. C’est ce que signale le philosophe François Châtelet dans sa présentation de l’édition de 1982. C’est une véritable généalogie que nous décrit l’historienne au long de ces pages.

4Dans ce livre, l’auteure manie avec autant d’aisance les dictionnaires et traités du XVIIe siècle, les analyses économiques de Cantillon, Boisguilbert ou Adam Smith, les découvertes sur la quantification du hasard. L’ensemble forme d’ailleurs une somme assez décousue où les difficultés du lecteur à lire le français de l’époque moderne se combinent à un fil conducteur assez ténu. Il semble en effet difficile de réduire la complexité de l’ouvrage à une thèse simple et assimilable en quelques lignes et c’est toute sa richesse.

5En débutant par une recherche sémantique et sémiologique sur les occurrences des termes « entreprise » et « entrepreneur »on découvre qu’à partir du XVIIe siècle ils sont associés à quatre grands domaines : la justice (pour laquelle l’entrepreneur est celui qui outrepasse ses droits) ; la politique (où l’entrepreneur œuvre pour réaliser un projet illicite) ; l’argent (où l’entreprise consiste à mener à bien une affaire dont le prix a été déterminé à l’avance) ; la guerre (où l’entreprise est une expédition militaire). Hélène Vérin considère que cette évolution traduit un conflit de fond entre une vision de l’entreprise relevant soit de l’affrontement du risque soit de l’analyse stratégique. En opposant les idéaux types d’Alexandre de Macédoine et de César, on voit apparaître deux visions de l’entrepreneur : celui qui bouscule, qui cherche à modifier à son avantage et qui prend le risque ; celui qui tient compte des différents paramètres et qui cherche à mener à bien une action la plus rationnelle possible. On retrouve bien en effet un des grands acquis de la théorie des organisations ou des sciences de gestion : le style des dirigeants joue un rôle primordial sur l’action collective.

6Ainsi est posée la question primordiale : quel est le rapport de l’entrepreneur à la raison ? En développant dans le chapitre suivant l’exemple de l’entreprise chevaleresque, Hélène Vérin décrit la place atypique des chevaliers dans l’ordre des pouvoirs. Cherchant à se positionner face à l’autorité monarchique, les entreprises et les entrepreneurs sont ceux qui contestent le pouvoir. Le roman courtois fait ainsi apparaître la figure du chevalier comme celui qui suit l’aventure et le hasard. Par opposition le chapitre 3 s’intéresse au calcul du risque dans l’entreprise d’argent. L’entrepreneur devient celui qui assume le risque dans une transaction marchande et peut s’engager sur le prix d’une prestation globale. C’est ainsi le domaine de la commande publique pour des travaux qu’apparaît le concept d’entreprise « à prix fait ». Cela implique une véritable gestion pour contenir les coûts, respecter les délais assez antinomique d’ailleurs avec les processus de sélection des entrepreneurs. Comme Vauban le souligne, chercher le prix le plus faible attire les entrepreneurs les moins habiles et les moins à même de respecter leurs engagements.

7Le chapitre 4 est consacré à l’analyse du concept d’entrepreneur chez Cantillon. C’est une véritable merveille d’étude d’histoire de la pensée économique. Les apports spécifiques de l’économiste : sa méthodologie reposant sur une analyse concrète des faits économiques et sociaux, sa théorie de la valeur et sa volonté d’appuyer empiriquement sa réflexion, sont extrêmement bien documentés et constituent une des plus stimulantes lectures d’un auteur fondamental et injustement méconnu.

8Le dernier chapitre propose une systématisation de l’invention de l’entreprise moderne comme subversion de l’ordre prédonné. Hélène Vérin constate que le trait caractéristique de l’entrepreneur tel qu’il se dessine aux XVII et XVIIIe siècles est de bousculer le fonctionnement social établi. On retrouve ainsi les entrepreneurs comme principaux opposants aux corporations qui défendent une vision figée des métiers. De plus l’entreprise consiste à assumer le hasard inhérent à l’évolution économique. Comme le systématisera Joseph Schumpeter en érigeant l’entrepreneur comme l’agent primordial de la dynamique économique et sociale par le biais de l’innovation, Vérin indique que le hasard est considéré comme une opportunité à saisir. Elle invoque ainsi pour illustrer son analyse la pensée de Machiavel pour montrer à quel point cette volonté de profiter des « occasions » relève d’une dimension politique et traduit le passage à la modernité de la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Hélène Vérin, Entrepreneurs, entreprise. Histoire d’une idée », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 10 janvier 2012, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7181

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Faisant fonction IA-IPR Economie gestion - Rectorat de Lille, ex-professeur agrégé d'Economie gestion en classe préparatoire à l'ENS Cachan - Lycée Gaston Berger - Université Lille 1

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page