Navigation – Plan du site

Augusto Forti, Aux origines de l'Occident : machines, bourgeoisie et capitalisme

François Thoreau
Aux origines de l'Occident : machines, bourgeoisie et capitalisme
Augusto Forti, Aux origines de l'Occident : machines, bourgeoisie et capitalisme, Paris, PUF, coll. « Science histoire et société », 2011, ISBN : 9782130584810.
Haut de page

Texte intégral

1Augusto Forti est scientifique de formation et, nous annonce la préface, « philosophe, érudit,'penseur' en somme » (p. 1). Il signe ici un essai modeste, d'une petite centaine de pages, au cours duquel il se propose de remonter à ce qu'il identifie comme le socle fondateur de la modernité occidentale : le machinisme.

2L'invention des machines, selon le récit qu'en fait Augusto Forti, est le « facteur décisif » (p. 7) à la base du développement de la bourgeoisie et du capitalisme, rien de moins ! Il y voit en tout cas la condition de possibilité de l'émergence de ces ordres social et économique et, par extension, de la « liberté » (p. 9). En somme, le projet de Forti consiste à suggérer une préhistoire de la révolution industrielle, située aux XIV et XVe siècles, convoquant à nouveaux frais les apports essentiels des machines à notre civilisation, en dépit du mépris dont elles font aujourd'hui l'objet.

3Pour renouer le fil de cette « révolution mécaniciste » (p. 17), il remonte au XIe siècle et retrace succinctement le développement des « artes mechanicae » (pp. 18-23), montrant à quel point les arts techniques et manuels cessent d'être dévalorisés au seul profit des arts spirituels et du travail de l'âme. Il remonte aux épreuves expérimentales de Roger Bacon, un précurseur aux « intuitions géniales [qui] a su prévoir le destin technologique de l'homme moderne ».

4Le creuset du machinisme est la Commune, où se fédèrent des associations de citoyens et d'artisans. À ce niveau local, une forme embryonnaire de démocratie voit le jour, avec « une large participation des citoyens à la gestion du bien public » (p. 28). Ainsi, Forti esquisse un tableau des bouleversements politiques et économiques majeurs auxquels conduisent les nouveaux espaces de liberté et de production qui s'ouvrent en cette période féconde du XIVe siècle. Faisant siennes les thèses de Braudel ou de Mumford, il y fait remonter « l'origine du capitalisme » (p. 29).

5Forti entreprend alors d'énumérer les changements profonds de l'époque, soutenant la thèse d'une période d'une vive effervescence, où les femmes exercent des rôles importants (pp. 33-35), où les arts, la mathématique, la géométrie et, surtout, la médecine moderne, connaissent un regain d'essor exceptionnel. Sans doute l'événement machiniste de premier plan est-il l'invention du temps mécanisé, sur laquelle s'attarde Forti, à bon droit (pp. 45-48), car c'est à cette période qu'il faut faire remonter la création du temps rectiligne, dorénavant perçu dans toute son « irréversibilité », selon le mot de Prigogine (p. 48).

6Après un bref détour par Léonard de Vinci et son génie machiniste, Forti aborde l'immanquable bouleversement induit par la papeterie et au XVe siècle, bien sûr, l'invention de l'imprimerie, qui « a représenté un saut culturel d'une immense portée, avec enfin la possibilité de conserver et de diffuser le patrimoine du savoir de l'humanité et d'avoir à disposition une littérature technique sur laquelle former les artisans et les ingénieurs » (p. 56). Il souligne à quel point cette invention est distinctive de la modernité occidentale, par exemple au regard du monde musulman. Il ne faudrait pas pour autant en déduire hâtivement que ce dernier était inculte par défaut « d'imprimerie », tant nous leur sommes redevables de la préservation, de par les siècles, d'une partie immense du savoir classique et antique.

7C'est donc ce « printemps de l'Europe » qui voit le - déjà - vieux continent sortir d'une léthargie prolongée et se lancer à la conquête des nouveaux mondes, en bonne partie grâce aux instruments de navigation. Par une sorte d'effet de vases communicants, ce nouvel expansionnisme signe le début d'un déclin du "monde arabo-musulman", qui se replie progressivement sur lui-même.

8Comment a émergé ce machinisme, après plusieurs siècles de « retard » de leur apparition diffuse (p. 69) ? Il n'identifie aucune explication satisfaisante ; serait-ce dû à l'esclavage et au servage (main-d’œuvre abondante), aux famines ou aux épidémies (pénuries de main-d’œuvre) ? Toujours est-il, nous dit Forti, que ce n’est rien moins que "la première révolution industrielle" (p. 70) qui se déroule ainsi aux XIV et XVè siècles. C'est la naissance de l'autonomie, de l'homme qui devient sujet, qui s'affranchit des institutions sociales les mieux implantées. Le meilleur exemple en est, nous dit Forti, la « figure de l'entrepreneur capitaliste et bourgeois », qui place l'honnêteté au pinacle des vertus, ou encore l'épargne et l'accumulation de capitaux à investir comme une fin désirable - ce qu'accélérera considérablement la réforme (pp. 76). Bref, c'est la naissance du bourgeois « fondamentalement individualiste [qui] promeut la défense de la propriété privée et intellectuelle » (p. 77).

9Dans le récit de Forti, la période faste des XIV et XVe siècles a vu naître le machinisme, porteur de la première révolution industrielle qui allait conduire tout droit à la Renaissance et poser les jalons de notre civilisation occidentale. L'émergence d'un savoir pratique, technique, comme nouveau rapport d'être au monde. Ce « gigantesque laboratoire » (p. 84) voit émerger un homme nouveau, dont le moindre mérite n'est sans doute pas de s'affranchir d'un ordre social fini et extérieur à lui-même. Par les vertus de l'irruption inexplicable, aussi soudaine qu'inattendue, de la science et de la technique dans le monde médiéval, une période « d'improvisation géniale » et de « chaos » que l'on devine productif (p. 86), s'ouvre enfin. La science est le terreau d'une nouvelle culture, aussi importante que le christianisme. Au final, Forti voit « émerger un nouvel esprit laïque porteur des meilleures valeurs dont nous héritons de la pensée scientifique, de la tradition judéo-chrétienne et du long combat mené pour séculariser la société » (p. 89), un humanisme auquel il convient de rester fidèle en ces temps troublés de capitalisme débridé.

10En bref, Forti dresse un bref tableau de deux siècles d'évolution de la science et des techniques, prémisses de la Renaissance et de la révolution industrielle. L'essai, intéressant par moments, n'échappe pas toujours à l'énumération de détails qui ne viennent pas nécessairement à l'appui de la thèse principale. Laquelle thèse entreprend de réhabiliter la période du très haut Moyen-âge en vertu des révolutions techniques qui s'y produisent. Un projet ambitieux, à défaut d'être foncièrement original, qui intéressera le lecteur peu familier d'une histoire concise et basique des sciences et des techniques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Thoreau, « Augusto Forti, Aux origines de l'Occident : machines, bourgeoisie et capitalisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 10 janvier 2012, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7189

Haut de page

Rédacteur

François Thoreau

Aspirant du F.R.S.-FNRS en sciences politiques et sociales, au centre de recherche Spiral, au sein du département de science politique de la Faculté de droit, à l'Université de Liège. Membre fondateur du réseau belge pour les Sciences & Technologies en Société (STS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page