Navigation – Plan du site

Juliette Volcler, Le son comme arme. Les usages policiers et militaires du son

Laure Célérier
Le son comme arme
Juliette Volcler, Le son comme arme. Les usages policiers et militaires du son, Paris, La Découverte, coll. « Hors collection Sciences Humaines », 2011, 200 p., ISBN : 9782707168856.
Haut de page

Texte intégral

1Alors que le général panaméen Manuel Noriega, renversé par les Etats Unis dans le cadre de l'opération Just Cause, avait trouvé refuge, en décembre 1989, dans l'ambassade du Vatican, des militaires américains, pour mieux gâter la chute de leur adversaire, bombardèrent l'ambassade de musique hard rock et de métal, redoublant leurs efforts dès que Noriega déclara qu'il ne supportait pas cette musique. Cet usage agressif du son se retrouve dans des guerres plus récentes, et fait écho tant aux bombardements sonores de l'armée américaine en Irak qu'à la diffusion de heavy metal par la même armée dans les camps de Guantanamo. L'usage du son comme arme prend son essor dès le début du vingtième siècle. Ses applications se multiplient dès la seconde moitié du siècle dernier.

2L'ouvrage de Juliette Volcler, intitulé Le son comme arme et publié aux Editions La Découverte en 2011, propose une synthèse et une analyse de différentes sources relatives aux usages militaires, policiers et d'ordre public du son, comme phénomène physique, avec l'ambition d' « esquisser une généalogie de la répression acoustique » (page 8). Le son comme arme propose tout d'abord une analyse des conséquences de l'usage du son sur nos corps et nos psychismes, présente ensuite les différentes potentialités et usages militaires du son, et analyse, enfin, dans un cadre théorique surtout foucaldien l'essor des nouvelles armes sonores.

3« Les oreilles n'ont pas de paupière », écrit Pascal Quignard (cité page 13). Cette réalité évidente revêt toute son importance, puisqu'elle nous rend particulièrement vulnérable aux agressions sonores environnantes. Sur notre psychisme, ces agressions sonores peuvent avoir des effets redoutables : l'isolement acoustique comme la saturation sonore désorientent l'individu, et détruisent sa subjectivité. Mais le son a également des effets physiologiques, qui ne se distinguent pas toujours nettement des effets psychiques : un niveau élevé de décibels peut ainsi avoir des effets irréversibles, du fait des vibrations entraînées : les tympans se déchirent dès 160 décibels, les poumons se fissurent à partir de 200 décibels tandis qu'un son supérieur à 210 décibels peut causer des hémorragies internes éventuellement mortelles. De même, l'emploi de son à basse fréquence, ou infrasons, peut entraîner des difficultés respiratoires, une compression des tympans ou encore des troubles de la vision, avec éventuellement des apparitions.

4Inconsciemment, nous réagissons au son comme à un danger, à un « appel aux armes », qui n'est autre que la signification étymologique du mot « alarme », explique Joachim Ernst-Berendt (cité page 26). L'usage du son à grande échelle, sur des populations entières, se développe autant que son utilisation individualisée, sur des prisonniers ou des petits groupes, durant le vingtième siècle. Aujourd'hui, les États-Unis occupent une place de premier rang dans les utilisations militaro-policières du son et les recherches à ce sujet. Des sons peuvent tout d'abord être produits pour désorienter l'ennemi et briser sa résistance. Durant la seconde Guerre Mondiale, des hauts parleurs apparaissent ainsi sur les champs de bataille, en tant qu'outil destiné à leurrer ou à harceler l'adversaire. La saturation sonore est aussi utilisée dans les années 1970, en Irlande, contre des membres et sympathisants de l'IRA détenus par l'armée britannique. Ces prisonniers sont ainsi exposés continuellement à un bruit aigu et fort, appartenant à un ensemble de techniques destinées à intimider et briser les prisonniers et reconnues comme torture par la Commission Européenne. Au début des années 2000, le son est devenu une arme très appréciée par les militaires lors de conflits armés, mais aussi dans le cadre d'une gestion toujours plus militarisée des espaces publics. En septembre 2005, des avions de l'armée israélienne s'ingénient à franchir le mur du son à basse altitude, dans le ciel de Gaza. Vingt-neuf bangs supersoniques sont enregistrés en quatre jours, et se produisent essentiellement la nuit. Des vitres se brisent par milliers, les murs se fissurent. Les victimes de ces bangs souffrent entre autres de crises d'angoisse, de spasmes musculaires, de difficultés respiratoires. La saturation sonore de sons est employée à grande échelle lors de conflits armés. Lalafalloujah était ainsi devenu le surnom de la ville irakienne de Falloujah, attribué par les GI's américains bombardant cette ville de hard rock. En outre, l'isolation acoustique est aussi reconnue pour ses effets redoutables et déstabilisants sur les individus. Elle est avant tout destinée aux prisonniers politiques. Enfin, le son est également utilisé dans les espaces publics, pour faire fuir les manifestants, les « jeunes » ou autre élément indésirable. En France, sont utilisées des grenades de désencerclement, grenades multi-sensorielles incapacitantes, vantées pour leur aspect non létal. Elles auraient à leur actif, notamment, la joue ouverte d'une manifestante en 2006, la perte d'un œil, du goût et de l'odorat pour une autre manifestante en 2007, l'amputation de deux orteils d'un manifestant en 2009.

5Le son comme arme doit une grande partie de son succès à la popularité grandissante des armes dites non létales. Il appartient aux méthodes de « torture blanche », encore appelées « no touch torture ». Il s'étend et se répand à mesure que s'impose l'impératif d'une violence invisible, qui ne laisse pas de trace. Le son permet de rendre la torture télégénique, « juridiquement et médiatiquement acceptable » (page 73), voire risible et divertissante. De fait, les liens entre l'industrie militaire et celle du divertissement sont réels, et la frontière parfois floue entre les deux. Pour Thimothy Lenoir (cité page 147), le complexe militaro-industriel a même cédé le pas au complexe militaro-spectaculaire. Cette ambivalence des usages du son et de l'interprétation de l'utilisation du son comme arme « désamorce les critiques et brouille le débat ». L'efficacité de l'usage du son comme arme peut également se comprendre à la lumière des analyses foucaldiennes du pouvoir, que reprend Juliette Volcler. Le son appartient tout d'abord à ces armes qui relèvent d'une conception comportementaliste du maintien de l'ordre : il a l'avantage de modifier le comportement sans tuer. Il rend docile et brise les résistances, permettant une ultime ramification du pouvoir à l'intérieur de l'individu, comme dans une sorte de dystopie post-foucaldienne effrayante. L'individu devient obéissant sans même s'en rendre compte. Le son, également, hygiénise et nettoie. Il nettoie les grottes dans lesquelles se cachent les ennemis irakiens pour que ces derniers soient mieux tués par les avions américains. Il débarrasse l'espace public de ces éléments indésirables, et hygiénise par exemple les quais de gare, souvent baignés dans une musique insipide que l'on suppose fort désagréable aux « jeunes » dont on veut éviter le squat. Additionné de lumière rose faisant ressortir l'acné juvénile, on dote cette musique d'une grande efficacité pour faire fuir les adolescents. Notons que, diffusée dans les centres commerciaux, cette musique peut faire fuir les certaines personnes jugées indésirables tout en rendant plus dociles – et aptes à consommer – d'autres personnes issues d'autres catégories sociales.

6L'ouvrage de Juliette Volcler est une synthèse pertinente et rigoureusement menée de différents travaux existant sur les usages du son comme arme. L'auteure pallie un manque important, alors qu'aucune recherche francophone similaire n'existe sur le sujet, qui ne semble toujours pas considéré comme légitime par la communauté scientifique. L'ouvrage suit un procédé pédagogique : les différentes composantes du son sont présentées, un lexique relatif au son constituant même le premier chapitre de l'ouvrage. Il fourmille d'exemples et de références historiques, qui rendent sa lecture aisée et entraînante. Les différents exemples sont mis en perspective par le biais d'une analyse du pouvoir et du complexe militaire, qui semble tout à fait appropriée. Juliette Volcler revendique le caractère engagé de son ouvrage : c'est en maîtrisant, d'après elle, les usages possibles du son comme arme qu'il devient possible de se les approprier, pour enfin renforcer la construction de résistances. Néanmoins, l'ouvrage propose assez peu de modes de réappropriations possibles. Voilà un défi à relever pour la recherche sur les usages du son comme arme, dont Juliette Volcler nous a bien démontré le caractère crucial et passionnant, afin que l'on fasse un peu moins la sourde oreille à ce sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Célérier, « Juliette Volcler, Le son comme arme. Les usages policiers et militaires du son », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 11 janvier 2012, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7191

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page