Navigation – Plan du site

Yves Leclercq, La Banque supérieure. La Banque de France de 1800 à 1914

Alexis Pêpe
La Banque supérieure
Yves Leclercq, La Banque supérieure. La Banque de France de 1800 à 1914, Classiques Garnier, coll. « Bibliothèque de l'économiste », 2010, 349 p., ISBN : 9782812401213.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Rey J.-A., Les débats sur la Banque de France : résumé, conclusion, Guillaumin, 1864

1Si la Banque de France a pu soulever les passions1, ce n’est plus guère le cas : aujourd'hui intégrée au Système européen de banques centrales créé le 1er janvier 1999, elle met en œuvre la politique monétaire européenne.

  • 2  A. Dauphin-Meunier, La Banque de France, Gallimard N.R.F., Paris, 1937

2Longtemps pourtant les publications se sont succédé sur l’institution, ce qui n’a pas empêché le public de la méconnaître. Déjà en 1937, l’économiste Achille Dauphin-Meunier déplorait cette ignorance. Ainsi on peut lire dans La Banque de France2 : « En janvier 1935, à l’issue d’une conférence devant un auditoire, composé d’hommes généralement avertis des choses économiques - conférence au cours de laquelle nous avions envisagé la transformation de la Banque de France en service public autonome - un auditeur nous interpella : « En somme, dit-il, votre réforme consisterait à nationaliser ce qui appartient déjà à l’Etat. » Nous lui indiquâmes alors quel était le statut de notre Institut d’Emission. Il remercia par ces mots : « C’est effarant ; je n’en savais rien ! ».

  • 3  voir notamment : « La formation d’une banque centrale : la Banque de France (années 1830-1850) », (...)

3L’heure est désormais aux réflexions historiennes, détachées du tumulte des querelles sur les fonctions et l’indépendance de l’organisme. À l’image des différents tableaux que présente Yves Leclercq, déjà spécialiste de la question3, dans son ouvrage. L’auteur choisit une approche plus dynamique que chronologique.

  • 4  C’est précisément en 1810, dans ses interventions après du gouvernement, que le Conseil général in (...)

4Avant de les passer en revue, il faut s’attarder sur ce terme de Banque supérieure, qui ne manque pas de susciter l’interrogation du lecteur. Peu après sa création en 18004, les promoteurs de la Banque de France utilisent ce terme de Banque Supérieure pour décrire cet établissement qui, tout en étant indépendant de l’Etat mais maintenant d’étroites relations avec lui, se place au-dessus des autres établissements, qui n’ont alors pas le droit de porter le nom de banques : la supériorité de la Banque de France résulte avant tout du privilège qui lui est accordé par l’Etat. La position de la Banque vis-à-vis et face aux autres établissements de crédit sera largement développée dans l’ouvrage.

5D’abord, la Banque de France nous est présentée en tant qu’institution : l’opus débute naturellement par la définition de son rôle, qui consiste initialement à produire le billet, instrument de crédit permettant de s’affranchir de l’échange de monnaie métallique (or ou argent), notamment lors du réescompte des effets de commerce. Au départ, la convertibilité est de mise : le billet est alors un certificat d’or, qui pourra être librement échangé contre le métal.

6La mission de cette institution, contrairement aux autres banques, n’est pas de satisfaire sa rentabilité propre, mais d’assurer une mission d’intérêt général. C’est pourquoi son statut et le mode de nomination de ses dirigeants visent à assurer, d’une part, une certaine indépendance vis-à-vis de l’Etat, et d’autre part, l’existence d’une éthique : la Banque est une société anonyme, privée, et son Conseil Général est composé de personnalités issues de l’aristocratie des affaires, ce qui est supposé être un gage de vertu.

7L’auteur insiste alors sur les rapports entre la Banque et l’Etat, et sur les connivences qui les lient : bien avant la nationalisation, la Banque de France est considérée comme une branche de l’administration, qui fournit à l’Etat des informations et des statistiques fiables et rapides. L’Etat sait pouvoir s’appuyer sur la Banque de France en cas de crise : les mécanismes alors mis en jeu sont également décrits dans l’ouvrage.

8Une fois développés les fondements de la Banque de France, Yves Leclercq s’intéresse aux différents émetteurs qui cohabitent avec la Banque de France au cours du grand XIXème siècle. En effet, si la Banque Supérieure jouit d’un monopole, elle le dispute jusqu’en 1848. Outre les émetteurs parisiens (telles la Caisse des Comptes Courants et la Caisse d’Escompte du Commerce) qu’elle remplace, et les comptoirs de la Banque ouverts en province (qui seront ensuite absorbés par les banques départementales), la Banque de France doit également faire face aux «micro-émetteurs», illégitimes, et à des établissements qui émettent des instruments de crédit se rapprochant du billet par leur fonctionnement, sans en offrir les garanties : leur taux de réserve est en général moindre que celui de la Banque, car sacrifié au profit de la rentabilité.

9Enfin, Yves Leclercq se livre à une analyse du rôle et des moyens d’action de la Banque de France.  Dans la seconde moitié du XIXème siècle, son influence se renforce. La Banque assoit son contrôle de la masse monétaire et de la demande en monnaie métallique via la variation des taux (les questions autour de la fixité des taux sont également évoquées) et le cours légal ou forcé du billet. Ces notions sont d’importance : le cours légal impose l’acceptation du billet à tout créancier, tandis que le cours forcé dispense la Banque d’échanger le billet contre de la monnaie métallique.

10Le rôle de prêteur en dernier ressort est également développé, notamment au regard de la crise de 1848. Cela permet un retour historique à l’heure où ce terme est un peu galvaudé par les journalistes dans leur traitement de la crise.

  • 5  Eugene N. White, « Yves Leclercq, La Banque supérieure: La Banque de France de 1800 à 1914, Paris, (...)

11En définitive, ce livre a le mérite de réunir l’exhaustivité des sources concernant une institution fondatrice de la République. On peut cependant nuancer l’avis d’Eugene N. White, qui dans un compte rendu du présent ouvrage5, juge que ce dernier est aisément accessible au grand public : le texte convient sans doute davantage à un lecteur non néophyte.

Haut de page

Notes

1  Rey J.-A., Les débats sur la Banque de France : résumé, conclusion, Guillaumin, 1864

2  A. Dauphin-Meunier, La Banque de France, Gallimard N.R.F., Paris, 1937

3  voir notamment : « La formation d’une banque centrale : la Banque de France (années 1830-1850) », Revue économique, Vol. 50, n°1, 1999 pp. 151 à 174

4  C’est précisément en 1810, dans ses interventions après du gouvernement, que le Conseil général introduit l’expression de « banque supérieure », mais aussi celle de « banque centrale ». (voir p. 331)

5  Eugene N. White, « Yves Leclercq, La Banque supérieure: La Banque de France de 1800 à 1914, Paris, Éditions Classique Garnier, Bibliothèque de l’Économiste, 1, 2010, 349 p. », Histoire & mesure [En ligne], XXVI-1 | 2011, mis en ligne le 01 juillet 2011, consulté le 10 janvier 2012. URL : http://histoiremesure.revues.org/4137

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Pêpe, « Yves Leclercq, La Banque supérieure. La Banque de France de 1800 à 1914 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 11 janvier 2012, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7194

Haut de page

Rédacteur

Alexis Pêpe

Consultant en Organisation et Systèmes d'Information

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page