Navigation – Plan du site

Emmanuel Saint-Fuscien, À vos ordres ? La relation d’autorité dans l’armée française de la Grande Guerre

Stéphane Lembré
A vos ordres ?
Emmanuel Saint-Fuscien, A vos ordres ? La relation d'autorité dans l'armée française de la Grande Guerre, Paris, EHESS, coll. « En temps & lieux », 2011, 311 p., ISBN : 9782713222948.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Antoine Prost, Jay Winter, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Seuil, 2004 (...)

1Le livre d’Emmanuel Saint-Fuscien, tiré d’une thèse de doctorat en histoire, vient confirmer la pertinence d’un objet de recherche. Renouveler l’histoire de la Grande Guerre, qui peut donner l’impression d’être saturée de publications scientifiques ou non, relève du défi, assurément impossible à relever sans un projet précis, largement ouvert aux différentes sciences sociales, en particulier à l’anthropologie dans le sillage notamment de Stéphane Audoin-Rouzeau. Les points aveugles de cette histoire de la Première Guerre mondiale restent paradoxalement nombreux et fonction de configurations historiographiques successives. Ainsi, comme l’observaient Antoine Prost et Jay Winter, « pour l’essentiel, nous devons notre vision du champ de bataille, telle qu’elle s’est formée au cours du siècle écoulé, aux réflexions de ceux qui ont dirigé la guerre1 ». L’ouvrage d’Emmanuel Saint-Fuscien intègre ce constat et tente d’envisager ensemble cette vision et celle des combattants. Il se propose, comme l’auteur le rappelle en introduction, d’examiner la relation d’autorité dans l’armée française, à la fois dans sa définition réglementaire et, surtout, dans sa mise en œuvre et leurs évolutions. Au terme de ce conflit, et comme le remarquait déjà Marc Bloch dans L’étrange défaite (cité p. 205), plus rien n’est comparable à la situation de 1914, et la relation d’autorité dans l’armée n’échappe pas à ce constat.

2Cette notion d’autorité a des allures de faux-nez. Si l’on saisit d’emblée sa composante hiérarchique et son caractère central dans un contexte militaire, encore faut-il en proposer une définition rigoureuse. Les trois types d’autorité distingués par Max Weber (légal-rationnel, traditionnel et charismatique) ne sont pas pris pour un point de départ incontestable, mais comme une des grilles d’analyse possible (p. 16), alors que le terme d’autorité se définit d’abord par rapport à d’autres notions comme celle d’obéissance, de refus, de soumission, de consentement, etc. (p. 17). L’auteur, qui propose de définir l’autorité comme « une posture destinée à obtenir l’obéissance et/ou la déférence et le respect » (p. 18) pose ainsi l’alternative : « l’autorité est-elle d’abord créatrice de comportements, ou bien, au contraire, est-elle déterminée par le degré d’adhésion des membres organisationnels de l’institution, du corps, en l’occurrence les soldats du rang ? » (p. 19). Dans ce large spectre, la relation entre celui qui détient l’autorité et son ou ses destinataires est centrale. Plutôt qu’une recherche sur les officiers supérieurs, elle entraîne l’auteur vers une histoire qui envisage ensemble soldats de troupe, sous-officiers et officiers subalternes, et par conséquent les multiples relations d’autorité enchevêtrées, complémentaires ou concurrentes.

3L’ouvrage s’organise en trois parties, la première centrée sur « les permanences d’une confrontation. Formes d’obéissances et figures de l’autorité ». La seconde entreprend la mesure de l’obéissance et de l’autorité à partir de l’analyse des conseils de guerre aux armées. La troisième partie décrit la mutation constante de la relation d’autorité tout au long de la guerre. Il peut paraître étrange de réintroduire la diachronie dans une troisième partie, cependant la précision quant aux termes, aux acteurs de cette histoire et aux cadres d’exercice ou de fonctionnement de la relation imposait cette architecture un peu complexe, qui n’altère cependant pas la clarté de l’étude.

4Dans un premier chapitre, l’auteur fait opportunément la synthèse des considérations sur l’autorité dans l’armée française avant la Première Guerre mondiale. Cet état des lieux rappelle à quel point la « Grande Muette » n’était pas alors d’actualité, car les textes sont nombreux. Souvent militaires ou bons observateurs de ce monde, les positions de leurs auteurs sont tranchées. La ligne de partage se dessine autour de la réforme de l’armée, qui distingue les principaux intéressés et un ensemble composite d’observateurs, y compris des romanciers comme Tolstoï, selon leur attachement à la tradition ou à l’évolution des rapports hiérarchiques. En lien étroit avec l’évolution de la pratique de la guerre, qui oblige le soldat à être plus souvent isolé au combat, bien des prises de position « modernes » intègrent alors les débuts de la psychologie scientifique, au contraire de la priorité donnée à la hiérarchie, structure organisationnelle de l’armée, et au « prestige des chefs ».

5La notion d’obéissance dans l’armée en guerre fait l’objet d’une analyse dans le chapitre deux, le suivant s’attachant à « l’exercice de l’autorité ». Ce couple inséparable permet d’envisager, des réalités aux idéaux, toute la gamme des relations entre les soldats, sous-officiers et officiers. Le quatrième chapitre réunit les deux termes dans « les espaces de la guerre », successivement à différentes échelles et de l’arrière au front : le dépôt, le cantonnement, les infirmeries sont étudiés ainsi que des espaces mouvants, ceux des pillages, des marches et des relèves.

6Dans la deuxième partie, trois chapitres traitent de 1329 décisions de justice rendues par les conseils de guerre de la 3e division d’infanterie, jugée représentative de l’histoire judiciaire de l’armée française entre 1914 et 1918. Dans cette étude fouillée, Emmanuel Saint-Fuscien dépasse la question sur laquelle l’historiographie s’est souvent arrêtée, celle des mutineries, pour découvrir la pluralité des motifs de conseils de guerre et des peines prononcées. On repère bien le passage de la « pratique aléatoire d’une justice d’exception » (p. 201) au temps de l’organisation de la justice, grâce à la loi du 27 avril 1916, étudiée dans le chapitre 8 (p. 223 et suiv.).

7L’essai de restitution de l’évolution de la relation d’autorité fait l’objet des deux derniers chapitres. À un « lien hiérarchique solide », concrétisé par l’efficacité de l’autorité de contact entre le début du conflit et le printemps 1916 succéderait, jusqu’à novembre 1918, une situation d’effritement puis de ruptures et enfin de reconstruction (à partir de l’automne 1917). Cet essai de chronologie aurait sans doute été plus suggestif par des comparaisons plus nombreuses avec la situation dans les armées allemande et britannique. En 1914, « les formes de l’autorité militaire et l’intensité de la pression disciplinaire ont été proportionnelles à l’adhésion des mobilisés » (p. 209). Si l’année 1915 fut « une année d’extrême sévérité » (p. 215), 1916 marque la rupture et l’apparition de tensions. Particulièrement intéressante s’avère la description de la recherche d’un « nouveau pacte » pour stabiliser la relation d’autorité en 1917.

  • 2  André Loez et Nicolas Mariot (dir.), Obéir/désobéir. Les mutineries de 1917 en perspective, Paris, (...)

8On songe bien sûr, en abordant l’étude, aux mutineries de 1917, objet d’une longue bibliographie et réinsérées opportunément par plusieurs travaux ambitieux dans les quatre années de guerre grâce à des pas de côté épistémologiques et historiographiques variés, à l’image des « refus de la guerre »2. On referme l’ouvrage avec l’impression d’avoir mieux saisi une relation d’autorité par essence mouvante. Si certains points offrent peu de surprises, comme l’importance de la relation personnelle d’obéissance, d’autres permettent de revoir certaines idées reçues, par exemple sur l’ivresse, « de moins en moins assimilée à un acte de désobéissance passible d’une sanction judiciaire » (p. 107), sur la désertion, parfois judiciarisée à tort (p. 142) ou sur la majorité des refus d’obéissance dans la vie quotidienne en dehors du combat (5% des refus d’obéissance se produisent en première ligne, p. 159). Entre consentement, refus et résistances, sans se revendiquer d’une « école » historiographique particulière malgré la différenciation bibliographique difficile avec d’autres études récentes, Emmanuel Saint-Fuscien apporte une démarche historienne complémentaire, qui évite les chausse-trapes de la culture de guerre et des contraintes pour proposer une description nuancée et sensible de la relation d’autorité.

Haut de page

Notes

1  Antoine Prost, Jay Winter, Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Seuil, 2004, p. 79.

2  André Loez et Nicolas Mariot (dir.), Obéir/désobéir. Les mutineries de 1917 en perspective, Paris, Le Découverte, coll. « Recherches », 2008 ; André Loez, 14-18. Les refus de la guerre. Une histoire des mutins, Paris, Gallimard, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Lembré, « Emmanuel Saint-Fuscien, À vos ordres ? La relation d’autorité dans l’armée française de la Grande Guerre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 15 janvier 2012, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7222

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page