Navigation – Plan du site

Philippe Caumières, Castoriadis : critique sociale et émancipation

Igor Martinache
Castoriadis : critique sociale et émancipation
Philippe Caumières, Castoriadis : critique sociale et émancipation, Paris, Textuel, 2011, 144 p., ISBN : 9782845974227.
Haut de page

Texte intégral

1Les écrits de Cornelius Castoriadis sont un peu l'antithèse de la presse dite « people » : beaucoup s'en réclament mais peu l'ont réellement lu. Ce n'est cependant pas la seule raison pour laquelle cet opuscule du philosophe Philippe Caumières mérite le détour. Celui-ci y présente en effet avec pédagogie les subtilités de la pensée de l'universitaire et psychanalyste grec et révèle ce faisant toute l'actualité de sa conception de l'émancipation. Né en 1922, Cornelius Castoriadis a rejoint aussi jeune les rangs de la résistance contre l'invasion nazie que ceux des militants trotskystes, et, émigrant en France à la fin de la guerre, y fait rapidement la connaissance de Claude Lefort avec lequel il fonde un groupe qui deviendra « Socialisme ou Barbarie » après leur rupture avec le Parti Communiste Internationaliste, doté notamment d'une revue éponyme. Tout au long de sa vie -qui vit son terme en 1997-, celui-ci ne va avoir de cesse de placer au centre de sa réflexion la notion d'autonomie entendue comme la « direction consciente des hommes par eux-mêmes de leur vie ». Ses deux objets d'étude privilégiés, les cités grecques durant l'Antiquité et les conseils ouvriers ont ainsi a priori peu en commun, si ce n'est que ces deux formes de collectifs ont mis en  évidence la possibilité d'une telle autonomie, par la réalisation de leur propre émancipation. Comment ? La réponse est simple pour Castoriadis : elles ont chacune accepté de reconnaître leur pouvoir instituant. Une capacité primordiale, dans tous les sens du terme, qu'à l'inverse nos sociétés contemporaines semblent dénier, surtout en cette période où l' « austérité » semble imposer sa loi et interdire toute possibilité d'imaginer des manières alternatives de s'organiser collectivement, même en période électorale...

2Pour guider le lecteur dans le labyrinthe de la pensée de Castoriadis, Philippe Caumières repart ainsi dans un premier temps de la rencontre et la rupture précocement consommée de ce dernier avec la pensée de Marx. S'il s'accorde en effet avec ce dernier sur la nécessité de tenir ensemble théorie et pratique, il s'oppose en revanche à l'une des hypothèses centrales de sa théorie de l'exploitation : celle qui veut que le niveau de vie réel des travailleurs reste constant au cours du temps étant donné que le salaire, envisagé comme valeur d'échange de la force de travail, serait fixé par la valeur des biens de subsistance nécessaires à sa reproduction. Un postulat que Castoriadis juge trop mécaniste et qui fait de ce fait abstraction de l'importance des luttes sociales dans la fixation des salaires. Un comble pour le fondateur de la Ière Internationale, mais un postulat cohérent avec une ambition scientifique qui vise à « appréhender intégralement la société et l'histoire. Cornelius Castoriadis, explique Philippe Caumières, préfère s'aventurer dans l'autre perspective ouverte par Marx lorsqu'il conclue ses thèses sur Feuerbach par sa fameuse formule : « Les philosophes n'ont fait qu'interpréter le monde de différentes manières, ce qui importe c'est de le transformer »1. Il s'agit ainsi alors tout au contraire d'appréhender ici l'histoire comme étant le produit indéterminé de l'action des hommes, et qu'il est de ce fait entièrement impossible de saisir dans sa totalité. Bref, de laisser toute sa place à l'activité politique comme capacité des hommes à instituer leur société. L'erreur de Marx consiste pour Castoriadis à avoir cherché un élément déterminant la vie sociale et qui lui serait extérieur – en l’occurrence, l'infrastructure matérielle-, plutôt que d'avoir considéré que cet élément instituant se trouvait dans le social lui-même. En d'autres termes, que la société était une « auto-création ». « Toute société crée son propre monde, en créant précisément les significations qui lui sont spécifiques », écrit ainsi Castoriadis2, précisant que lesdites significations sont imaginaires, parce que ni rationnelles, ni réelles (au sens où elles ne « dérivent pas des choses »), mais un imaginaire collectif et non individuel.

  • 3 Voir De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009

3C'est lorsque cette dimension imaginaire devient inaperçue comme telle que va survenir l'aliénation, une forme d'hétéronomie définie par Castoriadis comme « l'autonomisation et la dominance du moment imaginaire dans l'institution », qui va alors permettre à cette dernière de se doter de ses propres règles et de les imposer. Une pensée qui n'est pas sans faire écho notamment avec les développements plus récents de Luc Boltanski à propos des institutions qui tirent leur force de leur capacité à imposer une vision finie de la « réalité » par-dessus le foisonnement insaisissable du « monde »3.

  • 4 La Société contre l'État. Paris, éd. de Minuit. 1974
  • 5 Voir également sur ces dernières, et notamment la pratique du tirage au sort et le sens qui lui ét (...)

4Partant de ce constat, Cornelius Castoriadis n'a eu de cesse de plaider pour l'autonomie comme projet. Un projet collectif qui ne doit pas être confondu avec l'injonction adressé par le néolibéralisme contemporain à devenir « entrepreneur de soi-même » comme l'avait déjà bien analysé Michel Foucault, et qui représente au contraire une forme consommée d'hétéronomie, comme s'emploie à le montrer Philippe Caumières. Tout à l'opposé, la démocratie réside dans l'affirmation de cette autonomie sociale, et s'appuie plus précisément pour Castoriadis sur trois principes cardinaux qui sont autant de refus : refus de la représentation, de l'expertise politique, et enfin de l'autonomisation de l’État vis-à-vis du reste de la société. On retrouve là des accents également présents aussi dans la pensée de Jean-Jacques Rousseau ou, plus près de nous, de l'anthropologue prématurément disparu Pierre Clastres4. Des principes que sont bien loin de respecter les régimes que nous qualifions aujourd'hui de « démocraties », mais qui étaient au cœur du projet des cités grecques antiques5. Une telle ouverture des possibles n'était évidemment pas sans risque, à l'instar de son envers totalitaire, comme l'illustre actuellement le succès de propositions irréalistes couramment qualifiées de « démagogiques », mais, tout en avançant que la démocratie grecque ancienne était le « régime du risque assumé », Cornelius Castoriadis notait que les peuples concernés avaient su dresser deux garde-fous pour prévenir la démesure, l'hubris : l'ostracisme consistant à bannir dix ans le citoyen exerçant une trop forte influence sur ses pairs, et la graphê paronomôn permettant de punir quiconque aurait formulé une proposition jugée illégale.

5Philippe Caumières poursuit ainsi sa présentation-plaidoyer du projet d'autonomie de Castoriadis en prenant soin de dissiper les malentendus possibles et en exprimant certaines oppositions possibles, contre son rejet de la représentation ou la radicalité de son exigence de démocratie par exemple. Il rappelle en particulier combien, loin de se résumer à la simple affirmation que « tout est possible », le projet d'autonomie est exigeant et demande notamment un patient travail de destitution de la signification dominante, tâche première de toute entreprise militante s'il en est. « L'objectif de la politique n'est pas le bonheur, c'est la liberté » (p. 226), affirmait encore Cornelius Castoriadis comme il le rappelle. Un propos qui renverse à lui seul bien des éléments de la signification qui structure aujourd'hui nos sociétés, tant dans sa quête de bien-être que dans la conception restrictive et illusoire de la liberté – tous deux individuels- qu'elle charrie. C'est dire s'il peut être utile de lire l’œuvre de Castoriadis actuellement, même si cette lecture est elle aussi bien plus exigeante que celle de cette brève mais stimulante introduction.

Haut de page

Notes

1 Les 11 thèses sur Feuernach sont accessibles à ce lien : http://www.marxists.org/francais/marx/works/1845/00/kmfe18450001.htm

2 La Montée de l'insignifiance. Les Carrefours du Labyrinthe 4, Paris, Seuil, 1996, p.127

3 Voir De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009

4 La Société contre l'État. Paris, éd. de Minuit. 1974

5 Voir également sur ces dernières, et notamment la pratique du tirage au sort et le sens qui lui était attribué l'ouvrage « classique » de Bernard Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995 et le prolongement critique qu'en propose tout récemment Yves Sintomer dans Petite histoire de l'expérimentation démocratique, Paris, La Découverte, 2011 ; et qui tous deux alimentent très utilement la réflexion critique sur les implications de la représentation politique

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Philippe Caumières, Castoriadis : critique sociale et émancipation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 15 janvier 2012, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7223

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page