Navigation – Plan du site
Flaubert, l'empire de la bêtise

Flaubert, l'empire de la bêtise

Anne Herschberg Pierrot (dir.), Flaubert, l'empire de la bêtise, Nantes, Editions Cécile Defaut, 2012, 390 p., ISBN : 978-2-350-18312-1.
Notice publiée le 16 janvier 2012

Présentation de l'éditeur

"Nous ne souffrons que d'une chose: la Bêtise. Mais elle est formidable et universelle." L'empire de la bêtise est à prendre au sens d'un pouvoir, d'une emprise, mais aussi d'une extension infinie de la bêtise pour Flaubert. La question de la bêtise traverse toute la vie et l'oeuvre de Flaubert, de l'attention portée à dix ans aux bêtises de "la dame qui vient chez papa", à Bouvard et Pécuchet, que Flaubert nomme "une espèce d'encyclopédie de la Bêtise moderne". Dans ce volume, écrivains et critiques flaubertiens s'interrogent sur la complexité inégalée de la bêtise chez Flaubert : une bêtise souvent odieuse, située dans la société et dans l'histoire, mais qui peut être aussi voisine de la simplicité, et de l'animalité. Ils centrent leurs lectures sur Bouvard et Pécuchet, cette "encyclopédie critique en farce", qui pose la question du ressassement encyclopédique, et qui met aux prises les deux personnages burlesques avec les discours de savoirs et la bêtise ordinaire devenue insupportable. Enfin ils s'attachent à suivre le retentissement de la problématique flaubertienne de la bêtise au XXe siècle, chez des écrivains pour certains grands lecteurs de Bouvard et Pécuchet.

Haut de page