Navigation – Plan du site

Armand Bernardi, Caroline Chapperon, Philippe Ploton, Faire face à l'éducation dans un monde en crise

Judit Vari
Faire face à l'éducation dans un monde en crise
Armand Bernardi, Caroline Chapperon, Philippe Ploton, Faire face à l'éducation dans un monde en crise. 6 documentaires de 52 min, coll. « Faire face », 2011.
Haut de page

Texte intégral

1S’inscrivant dans l’air du temps, « Faire face à l’éducation dans un monde en crise » est une série de six documentaires de 52 minutes réalisée en 2010 par Armand Bernardi, Caroline Chapperon et Philippe Ploton. Les thématiques abordées - l’autorité, le rapport au corps, les images, la mort, les rêves et les inégalités – sont alléchantes et invitent le spectateur à suivre avec enthousiasme les réalisateurs dans leurs pérégrinations éducatives. Les cinq premiers épisodes apparaissent comme une recherche tâtonnante et un recueil d’informations, le dernier épisode tente de synthétiser l’ensemble au travers du prisme des inégalités.

  • 1  La présentation de ces extraits se révèle discutable : était-il vraiment indispensable de montrer (...)

2Le fil rouge entre les cinq premiers épisodes est celui d’un père – le narrateur en voix off - s’interrogeant sur l’éducation donnée à sa fille. Comment faire preuve d’autorité sans devenir autoritaire ? A quelle activité inscrire son enfant pour qu’il puisse s’épanouir ? Comment le protéger des images ? Comment lui parler de la mort ? Ces interrogations servent de prétexte aux réalisateurs pour explorer ces questions délicates en fournissant au spectateur une multitude d’informations glanées notamment sur internet via You Tube et Dailymotion1. Chacun des épisodes est ponctué de conférences de spécialistes débattant sur ces différentes thématiques principalement d’un point de vue psychologique, et qui sont complétées d’entretiens ou d’extraits de films. Nous retrouvons ainsi au cours des épisodes plusieurs interviewés : une enseignante en éducation physique et sportive, une institutrice en maternelle, un couple de personnes âgées, un chef étoilé, un sculpteur, un enlumineur, un psychologue etc.

  • 2  Par exemple dans le premier épisode sur l’autorité, le spectateur saute d’un extrait du film  La j (...)

3Dès le premier épisode apparaît un certain nombre de difficultés de lisibilité et de compréhension pour le spectateur. Les informations fournies sont trop denses et nous passons d’un extrait de film à un entretien sans forcément toujours voir le lien entre les morceaux choisis2. Ainsi le spectateur est ballotté d’une image à l’autre, sans qu’il ait le temps de souffler et décroche peu à peu. D’autant plus que finalement dans le premier épisode nous n’apprendrons pas grand-chose sur l’autorité si ce n’est que la première difficulté de l’autorité aujourd’hui est la question de légitimité, que l’autorité a changé de forme, qu’il est important de se connaître soi-même pour pouvoir exercer l’autorité en tant qu’enseignant, et enfin que la pédagogie du projet se révèle plus efficace notamment dans les milieux professionnels et pour les élèves en apprentissage. Ces conclusions se révèlent quelque peu simplistes et bien connues des sociologues et des philosophes ayant travaillé sur l’autorité que l’on remonte à Emile Durkheim, Max Weber ou Hannah Arendt. Mais le parti pris étant nettement psychologique dans l’ensemble des épisodes, nous ne pouvons que regretter l’absence de données sociales ou d’analyses sociologiques qui auraient sans doute contribuer à en nuancer le propos.

4Cet effet de ballottage est renforcé par le choix d’un montage trop dense et d’une mise en image trop lourde qui donnent plutôt l’impression d’un assemblage protéiforme d’informations diverses sans effort analytique et de synthèse. La prolifération des images tend au contraire à desservir les commentaires, en contribuant à fatiguer la capacité de concentration du spectateur et finalement à conduire à son agacement.

  • 3  De plus en plus d’études sociologiques ou psychologiques remettent en question cette addiction des (...)

5Une autre difficulté de taille réside dans le fait que le spectateur ne s’attache pas réellement aux personnes interviewées ni à leurs commentaires, qui n’éclairent pas toujours le propos de manière pertinente. Il en est ainsi par exemple dans le troisième épisode centré sur les images. Celui-ci débute par la question de l’addiction aux images, question qui n’est pas réellement débattue. Aussi dès les premières minutes transparaît un certain malaise : toutes les images sont mises sur le même plan, alors même qu’elles sont principalement tirées d’internet. En parlant de l’addiction aux images, ce sont surtout des images de jeux vidéo qui ont été choisies par les réalisateurs, véhiculant ainsi le discours psychologisant prédominant dans les médias et voyant dans les jeux vidéo l’ennemi d’une « bonne » éducation des enfants3. La voix off commentant ainsi :  certaines images détruisent les cerveaux de nos enfants ». Les images nous manipulent et s’avèrent donc dangereuses, mais que faire face à ce danger ? Faut-il faire comme Jeanette et Roger, le couple de personnes âgées, qui ont trouvé ne solution, en utilisant principalement leur téléviseur comme outil de visionnage privilégié pour leurs photos ? Ou faut-il chercher la réponse dans le passé en interviewant un enlumineur vivant en ermite et qui rappellera comme nous le savons déjà qu’il est important d’éduquer nos enfants aux images, de leur apprendre à les décrypter. A aucun moment cependant les réalisateurs n’aborderont frontalement la question de la véracité de l’image : une image doit-elle être vraie pour produire de la connaissance ? Une image a-t-elle nécessairement vocation au savoir ?

6Le dernier épisode est construit de manière différente, le narrateur n’est plus une voix off, mais un chanteur Ngongo Soul. Si e dernier épisode commence bien par aborder la question des inégalités sociales, il les confond très vite avec celle des différences sociales et ce de manière assez caricaturale (il y a des riches et des pauvres, ceux qui savent lire et écrire et ceux qui ne savent pas etc.). Qui plus est, le spectateur est très vite agacé par l’intervention de deux petites filles (dont la fille du narrateur des cinq premiers épisodes) ui ponctuent lors des dix premières minutes, les images par des « c’est pas juste » réguliers. Sont ensuite résumés les épisodes précédents et la question des inégalités est progressivement évacuée. Ainsi, au moment d’aborder la mort, celle-ci n’est même pas évoquée en rappelant par exemple que les ouvriers ont une espérance de vie plus courte que celle des cadres, que les hommes vivent en moyenne moins longtemps que les femmes etc.. Ce dernier épisode porte mal son titre et aurait sans doute suffi pour traiter de « l’éducation aujourd’hui » quitte à le rallonger un peu.

7Aussi était-il indispensable de réaliser autant d’épisodes sur l’éducation alors même qu’ils ont davantage tendance à diffuser des clichés qu’à véritablement poser le débat ? Sans doute que non, à plus forte raison à la vision du sixième épisode qui ne traite pas réellement des inégalités, mais constitue davantage une synthèse des épisodes précédents. Une autre question qui se pose au regard de l’ensemble des DVD est : finalement à quel(s) public(s) s’adressent-ils ? Si, comme nous pouvons raisonnablement le supposer, il s’agit d’enseignants, alors la manière de faire se révèle quelque peu fastidieuse et rébarbative.

Haut de page

Notes

1  La présentation de ces extraits se révèle discutable : était-il vraiment indispensable de montrer les captures d’écran de ces sites pour en spécifier la source ?

2  Par exemple dans le premier épisode sur l’autorité, le spectateur saute d’un extrait du film  La journée de la jupe à un extrait d’un spectacle d’Anne Roumanof, puis à des images de vandalisme  (lors des émeutes mais lesquelles ?), à la marseillaise sifflée par les supporters lors d’un match de foot, à la marseillaise chantée en chœur par des écoliers, à l’altercation de Nicolas Sarkozy et son célèbre « Cassetoi pauvre con !».

3  De plus en plus d’études sociologiques ou psychologiques remettent en question cette addiction des jeux video cf. par exemple Tisseron S., Gravillon I., 2008, Qui a peur des jeux vidéo ?, Paris, Albin Michel ou Craipeau I.,Genvo S., Simmonot B., 2010, Les jeux vidéo au croisement du social, de l'art et de la culture, Nancy, Presses Universitaires de Nancy.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Judit Vari, « Armand Bernardi, Caroline Chapperon, Philippe Ploton, Faire face à l'éducation dans un monde en crise », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 16 janvier 2012, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7251

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page