Navegación – Mapa del sitio

Yves Raibaud, Magalie Bacou (dir.), « Mixité dans les activités de loisir. La question du genre dans le champ de l'animation », Agora Débats / Jeunesse, n°59, 2011

Joachim Benet
Mixité dans les activités de loisir
Yves Raibaud, Magalie Bacou (dir.), « Mixité dans les activités de loisir. La question du genre dans le champ de l'animation », Agora Débats / Jeunesse, n°59, 2011, 152 p., L'Harmattan, ISBN : 9782296546875.
Inicio de página

Texto completo

1Les différentes contributions du dossier consacré à la mixité dans les activités de loisir dans ce numéro 59 d'Agora Débats/jeunesse mettent en évidence un processus de reconfiguration de la division sexuelle des activités artistiques et sportives. Magali Bacou et Yves Raibaud ont coordonné ce dossier : « nous avons sélectionné quatre articles dont le fil conducteur réside dans les effets, les enjeux et les modalités de gestion de la mixité en termes d'égalité des sexes et/ou de reproduction des stéréotypes sexués ». La séparation des sexes est-elle toujours une norme dans les activités de loisir ? La mixité filles/garçons signifie t-elle pour autant égalité ? Dans les activités extra-scolaires, Magali Bacou et Yves Raibaud expliquent que les responsables de centre de loisirs peuvent proposer des groupes d'animateurs et d'animatrices mixtes mais que cette parité est instrumentalisée pour reproduire l'idéologie hétérosexuelle de la complémentarité des sexes.

2Les activités sportives et artistiques visent avant tout à construire une hétérosexualisation des corps et des esprits des filles et des garçons dès leur plus jeune âge : comment, dans une école municipale de musique et de danse, se construit une séparation des sexes selon les domaines, avec d'un côté la danse pour les filles et de l'autre, les musiques amplifiées pour les garçons, telle est la question posée par Marie-Christine Barthaburu et Yves Raibaud dans leur article. Edith Maruéjouis interroge la disparition des jeunes filles des activités de loisir lorsqu'elles entrent au collège. Leur participation devient inexistante dans les activités de loisirs menées en direction des adolescents contrairement aux garçons qui investissent pleinement les lieux publics comme les skates parcs et les cités stades : « les valeurs de virilité façonnent l'univers quotidien des jeunes garçons qui stationnent et prennent le pouvoir dans l'espace public », tel est l'objet de l'article de Carine Guérandel qui s'intéresse aux rôles sexués des animateurs/animatrices, des techniques artistiques et des sports. Pour Magali Bacou et Yves Raibaud, « l'approche par le genre permet ainsi d'analyser les activités d'animation selon leur capacité plus ou moins grande à trier/hiérarchiser les sexes et à renforcer les stéréotypes, au point d'éliminer toute performance qui ne serait pas conforme aux rôles des genres (filles fortes versus garçons gracieux) ». Le quatrième et dernier article de ce dossier est consacré à l'introduction d'activités sportives mixtes dans les établissements pénitentiaires pour mineurs (EPM). Laurent Solini et Gérard Neyrand développent l'idée selon laquelle la mixité de ces activités réactive une normalisation des rapports sociaux de sexe dans ces centres.

3L'égalité filles/garçons s'avère inexistante dans les activités d'animation, pour trois raisons : « Les choix » des filles et des garçons (et des parents) vers des activités conformes à leur genre ; les attentes du personnel d'encadrement hommes et femmes, qui tendent à reproduire des stéréotypes ancrés dans leur propre socialisation ; l'offre de loisirs et sportive en elle-même qui apparaît comme fortement hiérarchisée.

4Marie-Christine Barthaburu et Yves Raibaud étudient la ségrégation des sexes dans les activités de musique et de danse dans une commune de la périphérie de Bordeaux. La distinction des rôles de genre est visible dans le choix des instruments dans une école de musique « 100% des garçons pour le trombone, la trompette et la batterie, plus de 80% de filles dans les classes de flûtes, de harpe et de violon. Le solfège et la chorale sont obligatoires, mais les garçons « sèchent » ou s'y font remarquer par leur indiscipline ». Les dispositions « masculines et féminines » ne sont pas « incorporées dans un habitus »  mais sans cesse en reconstruction par un apprentissage contrôlé et hétéronormé des conduites, en particulier dans l'école de danse, fréquentée essentiellement par les filles : « Éduquer une fille à la sensibilité et au soin de son corps fait partie des « bonnes pratiques », qui ne sont pas les mêmes pour les garçons ». Il existe ainsi des espaces monosexués, comme le local de répétition, où les garçons peuvent construire une « virilité » en continuité avec leurs pratiques sportives, dans les cités stades et skates parcs.

5Edith Maruéjoulis s'intéresse aux équipements et aux espaces publics réservés aux loisirs des jeunes et à la disparition des filles de ces espaces vers l'âge de douze ans. Elle décrit ce processus d'invisibilité des filles dans le champ de l'animation et des loisirs en empruntant aux sociologues de l'éducation travaillant sur les ruptures scolaires le terme de « décrochage » (Mathias Millet, Daniel Thin) : « le décrochage scolaire est très majoritairement le fait des garçons. Dans les loisirs, c'est l'inverse ». Elle constate que les activités proposées par la municipalité sont fortement clivées : les pratiques dites féminines accueillent des garçons (la gymnastique, l'équitation) et les pratiques définies comme masculines ne sont pas fréquentées par les filles (football, boxe, rugby). Dans les pratiques en club, les garçons sont toujours plus nombreux. De plus, « les activités qui enregistrent une fréquentation à peu près égale des filles et des garçons sont bien souvent des pratiques où les sexes sont séparés. Dans tous les clubs, il n'y a plus de pratique mixte sportive à partir de l'âge de 12 ans ». Les garçons investissent des espaces publics monosexués comme les gymnases ouverts. Les lieux culturels subventionnés comme les équipements, les lieux de répétition de musique actuelle, les maisons des jeunes et de la culture permettent aux garçons de construire un entre-soi masculin grâce à la division sexuelle du travail d'animation : les femmes animatrices de jeunes enfants et les hommes animateurs d'activités culturelles et sportives, « d'utilité publique ».

6Caroline Guérandel s'intéresse au rôle des professionnels dans les processus de socialisation sexuée au sein d'un dispositif municipal à destination des jeunes des quartiers populaires urbains : « les modèles de genre véhiculés par les éducateurs et les modalités d'apprentissage mises en place agissent inévitablement sur la pratique des garçons et des filles, sur leur rapport à l'activité et sur leur comportement de genre ». Caroline Guérandel fournit plusieurs exemples d'interactions entre jeunes et éducateurs et analyse leurs effets dans la construction des comportements de genre, notamment dans les démonstrations de force des animateurs, le rejet des garçons les moins performants et le récit des histoires de couple des animateurs. Le monde sportif apparaît comme particulièrement hétéro-sexiste et un lieu producteur de discriminations. On peut d'ailleurs s'interroger sur l'absence de formations dans le domaine du genre et de l'éducation sexuelle, en particulier pour ces animateurs et animatrices, qui se construisent comme des professionnels/elles de la domination masculine.

7Laurent Solini et Gérard Neyrand sont les auteurs du dernier article : « Survirilisation des pratiques sportives en établissement pénitentiaire pour mineurs. Une remise en cause du principe de mixité ». Dans cet univers carcéral pour mineur, la mixité en sport entraîne un « renforcement d'une ségrégation entre les sexes ». La co-présence filles/garçons joue un rôle de normalisation et de réélaboration des codes de conduites régissant les rapports sociaux de sexe. La mixité est donc un dispositif d'encadrement de jeunes en difficulté qui vise à créer les conditions d'un rapport hétéro-normé par l'intermédiaire du sport.

8Si l'on souhaite poursuivre cette réflexion, on peut lire l'ouvrage Quelle mixité dans les formations et les groupes professionnels ? Enquêtes sur les frontières et le mélange des genres, sous la direction Marlaine Cacouault-Bitaud et Frédéric Charles. La lecture croisée nous invite alors à questionner les possibilités de subversion des normes de genre, dans le monde de l'animation, du point de vue des jeunes, filles et garçons minoritaires dans des domaines spécialisés d'une part, et sous l'angle des animatrices et des animateurs dans leur capacité à redéfinir les activités de loisirs et les attentes de genre d'autre part. Enfin, l'articulation activités domestiques, rapports à l'école et loisirs selon les sexes est évoquée mais peu questionnée dans ces contributions : les filles délaissent-elles les activités de loisir pour investir plus fortement le champ scolaire, quels en sont leurs profits ? Quelles sont les conséquences, du côté des garçons, du maintien de fortes sociabilités dans les domaines sportifs et de l'animation sur leurs parcours scolaires et leur orientation ? Si la répartition des tâches domestiques (ou plutôt leur non-répartition) profite uniquement aux garçons hétérosexuels, les filles ne tentent-elles pas de se mobiliser dans leur travail scolaire afin de contrer ou d'atténuer les futurs obstacles qu'elles rencontreront sur le marché du travail ?

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Joachim Benet, « Yves Raibaud, Magalie Bacou (dir.), « Mixité dans les activités de loisir. La question du genre dans le champ de l'animation », Agora Débats / Jeunesse, n°59, 2011 », Lectures [En línea], Reseñas, 2012, Publicado el 16 enero 2012, consultado el 21 agosto 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7254

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página