Navigation – Plan du site

Mathieu Berger, Daniel Cefaï et Carole Gayet-Viaud (dir.), Du civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble

Kévin Delasalle
Du civil au politique
Mathieu Berger, Daniel Cefaï, Carole Gayet-Viaud (dir.), Du civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Peter Lang, coll. « Action publique », 2011, ISBN : 9789052017471.
Haut de page

Texte intégral

1Comme l’expliquent Mathieu Berger et Carole Gayet-Viaud dans l’introduction de l’ouvrage, les différentes contributions qui y sont réunies entendent « approcher le politique ''par le bas'' » (p. 10), loin de « ses lieux de ''production'' » habituels que sont « l'État et ses figures » auxquels s'intéressent des « conceptions trop étroites de la politique » (p. 22). L’approche ethnographique semble la plus à même de répondre à cet objectif : elle ne cherche pas à définir les frontières du politique a priori ; elle se donne le droit de poser des questions ouvertes et permet ainsi au chercheur de « trouver des choses qu'il n'a pas cherchées, qui le surprennent, voire qui lui déplaisent » (p. 12).

2Du civil au politique se divise en cinq parties, la première partie de l'ouvrage s'intitulant « Coprésences, rencontres, civilités ». Carole Gayet-Viaud s'intéresse tout d'abord à la question de la « civilité urbaine » : se basant sur une description minutieuse de plus de 300 scènes d'interactions observées dans divers espaces publics de la région parisienne (métro, rues, etc.), elle invite à « reconsidérer la dimension politique des échanges civils » (p. 53), les interactions quotidiennes constituant la base du vivre-ensemble. Comme une illustration de ce premier texte, le deuxième analyse la façon dont « des frontières d'identification sont produites dans la vie quotidienne » (p. 74). À partir d'une observation participante de près de deux ans et d'une douzaine d'entretiens, Iddo Tavory s'intéresse ainsi au port de la kippa par un groupe de Juifs orthodoxes, et analyse leurs interactions avec d'autres Juifs et avec des non-Juifs, montrant comment ces interactions rappellent de différentes façons ces Juifs orthodoxes à leur judaïté. Edouard Gardella et Erwan Le Mener cherchent ensuite des explications aux refus d'hébergement de la part des SDF en proposant une analyse des interactions entre ces derniers et les « maraudeurs » du Samu social de Paris. Mathieu Berger se livre enfin à une « micro-écologie de la résistance » à partir de l'ethnographie d'un dispositif d'urbanisme participatif à Bruxelles et d'une description très fine des interactions se déroulant dans les réunions des Contrats de quartier bruxellois. Il montre les différentes opportunités dont peuvent se saisir de simples citoyens pour exprimer une « résistance intérieure » (p. 104) malgré les « contextes d'interaction asymétrique » (p. 130) que constituent le plus souvent les dispositifs de démocratie participative.

3La deuxième partie de l'ouvrage prend pour objets des rassemblements collectifs : inaugurations, célébrations et autres commémorations. À travers une ethnographie minutieuse de la cérémonie d'inauguration de la mosquée de la ville chinoise de Linxia et de ses préparatifs, Marie-Paule Hille, s'intéressant à la communauté musulmane du Xidaotang, analyse les liens entre les pouvoirs religieux et politique, « entre allégeance et résistance » (p. 133) du premier à l'égard du second. En partant d'une description rigoureuse d'une célébration et d'une analyse détaillée de chants et de discours, Philippe Gonzalez s’intéresse ensuite à l'évolution des rapports entre le courant religieux charismatique et la politique, et montre qu'en Suisse, certains charismatiques se donnent de plus en plus pour objectif d'accéder à des postes de pouvoir afin de lutter contre les « forces démoniaques qui tiennent le pays sous leur emprise » (p. 168). Gérôme Truc aborde enfin la question des cérémonies de commémoration, en prenant l'exemple des cérémonies officielles en souvenir des attentats du 11 mars 2004 à Madrid. Il réalise une ethnographie des cérémonies de 2004 à 2007, et, y traquant dans les « marges », les disputes, altercations et autres « fausses notes » (p. 226), il montre comment le conflit politique (entre pro et anti-Zapatero) s'invite dans ces commémorations qui visent pourtant à « produire et réassurer du consensus dans une société démocratique » (p. 226).

4La troisième partie, intitulée « Débats, procès, délibérations », s'ouvre par une contribution d’Alain Bovet et Cédric Terzi qui effectuent « l'ethnographie d'un débat à la télévision suisse romande » (p. 231). Les deux auteurs montrent comment les modalités d'organisation de ce débat peuvent être lues comme l'illustration d'un « paradoxe du système politique suisse » (p. 225), basé sur une « démocratie semi-directe » (p. 255) mais dans lequel la « gauche politique » (p. 252) peine à s'exprimer et en est souvent réduite à ne pouvoir porter qu'un « sourire résigné » (p. 250) sur la situation. L'anthropologue Felipe Berocan Vega relate ensuite la lutte de deux communautés, les Tupiniquim et les Guarani, qui se sont alliées contre l'entreprise multinationale de pâte à papier Aracruz Celulose pour faire reconnaître leurs droits sur des territoires « détruits par l'exploitation économique » (p. 259) au milieu d'une forêt d'eucalyptus au Brésil. Janine Barbot et Nicolas Dodier mènent enfin une ethnographie des 46 audiences du procès pénal de l'hormone de croissance contaminée, et s'interrogent sur la place accordée, lors du procès, aux victimes et à la souffrance de leurs familles à travers l'analyse des plaidoiries des avocats, aussi bien des parties civiles que de la défense.

5La quatrième partie de l'ouvrage porte sur des collectifs, des associations et des mobilisations. Julia Velkovska s'intéresse d’abord aux activités d'écriture électronique et à la façon dont s'organisent les collectifs sur Internet. Nina Eliasoph et Paul Lichterman mènent ensuite une ethnographie de deux organisations civiques en Californie (une association d'habitants de la ville d'Airdale et le « Club des Bisons »). Ils analysent ces deux organisations en fonction de trois critères (les « liens dans le groupe », les « frontières du groupe » et les « standards discursifs ») qui leur permettent de définir des « styles de groupe » en donnant à voir la « culture en interaction ». Tommaso Vitale et Laura Boschetti s'intéressent enfin à la question de la représentation politique des Roms avec l’observation des « relations entre les Roms et les associations qui les défendent à Milan » (p. 426).

6Enfin, la cinquième et dernière partie de l'ouvrage s'interroge sur les questions de la citoyenneté, de la communauté et de l'appartenance. Alain Cotterreau et Mokhtar Mohatar Marzok s'appuient tout d'abord sur une « ethnographie radicale » (p. 435) d'une famille espagnole d'origine marocaine pour analyser son rapport à la religion afin de « discerner ses implications dans la vie économique et la vie politique » (p. 431). Les auteurs montrent que la pratique de la religion dans cette famille « espagnole musulmane » ne relève pas d'une « appartenance communautaire » (p. 467), mais qu'elle sert au contraire « de base pour s'investir dans la vie espagnole, son économie et sa citoyenneté » (p. 467). Alain Mahé tente ensuite de définir la « citoyenneté villageoise » (p. 471) en Kabylie, à travers l'exemple du village de Taourirt. Enfin, Sébastien Chauvin analyse le « pèlerinage politique » (p. 523) effectué par une association de défense des travailleurs journaliers de Chicago pour se rendre à un rassemblement national à Washington, et s’intéresse plus particulièrement aux relations entre « latinos » et noirs-américains dans cette association.

  • 1 Daniel Cefaï (dir.), L'engagement ethnographique, Éditions de l'EHESS, Paris, 2010.

7L'ouvrage s'achève par quelques « remarques conclusives » de Daniel Cefaï, qui se présentent comme un plaidoyer pour « une ethnographie (du) politique » dans lequel nous retrouvons les éléments développés dans L'engagement ethnographique par le même auteur1, et qui sont ici illustrés par les différentes recherches présentées dans l'ouvrage : qu'est-ce que faire de l'ethnographie ? En quoi consiste la description ethnographique ? Comment passer de la description ethnographique à la réflexion théorique ?

8Daniel Cefaï revient également sur « le cahier des charges » (p. 545) du livre : « décrire – décrire avant toute chose et ne proposer de réflexion méthodologique, de commentaire analytique ou d'extrapolation théorique qu'enveloppés dans le mouvement de la description ethnographique » (p. 545). Il s'agissait aussi de s'interroger, non pas sur « la politique comme domaine officiel », mais sur « le politique » (p. 545) : ce « politique » qui « émerge comme tel chaque fois que des collectifs se forment, s'interrogent ou s'engagent autour d'enjeux où il y va d'un bien commun / public à atteindre ou d'un mal commun / public à écarter » (p. 546). Le tout, dans une optique de « pluralisme ethnographique » (p. 550), puisque, pour Daniel Cefaï, « il n'y a pas une et une seule bonne manière de faire de l'ethnographie » (p. 550).

  • 2 Entendue au sens que lui donne Jacques Lagroye: « Une requalification des activités sociales les p (...)

9Le « cahier des charges » a donc été respecté. Du civil au politique est un ouvrage riche qui propose, de par la diversité des terrains explorés par ses contributeurs et des façons de faire de l'ethnographie qui y sont exposées, une réelle réflexion sur l'ethnographie (du) politique, la démarche ethnographique pouvant apporter un autre regard, aussi bien sur « le » politique vu d'« en bas » que sur quelques faces cachées de la « politisation »2.

  • 3 Carole Bachelot, « L'ethnographie des dirigeants de partis. Le cas du Parti Socialiste », Genèses, (...)

10Il ne faudrait cependant pas oublier que l'ethnographie peut également s'avérer heuristique dans le cadre de recherches sur le « domaine officiel » de la politique, sur « la » politique vue d'« en haut ». Carole Bachelot par exemple, dans son ethnographie des dirigeants du Parti Socialiste3, montre tout ce que l'ethnographie peut apporter à l'analyse des partis politiques et de leurs dirigeants. Mais cette petite remarque n'enlève évidemment rien à toute la richesse des ethnographies (du) politique vu d'« en bas » proposées dans Du civil au politique.

Haut de page

Notes

1 Daniel Cefaï (dir.), L'engagement ethnographique, Éditions de l'EHESS, Paris, 2010.

2 Entendue au sens que lui donne Jacques Lagroye: « Une requalification des activités sociales les plus diverses, requalification qui résulte d'un accord pratique entre des agents sociaux enclins, pour de multiples raisons, à transgresser ou à remettre en cause la différenciation des espaces d'activités. ». Voir Jacques Lagroye, « Les processus de politisation », pp. 360-361, in Jacques Lagroye (dir.), La politisation, Belin, Paris, 2003.

3 Carole Bachelot, « L'ethnographie des dirigeants de partis. Le cas du Parti Socialiste », Genèses, n° 83, 2011, pp. 118-132.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kévin Delasalle, « Mathieu Berger, Daniel Cefaï et Carole Gayet-Viaud (dir.), Du civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 17 janvier 2012, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7273

Haut de page

Rédacteur

Kévin Delasalle

Doctorant en sociologie au Centre Nantais de Sociologie (CENS), et ATER à l'UFR de Sociologie de l'Université de Nantes

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page