Navigation – Plan du site

Marcel Calvez, Des environnements à risques. Se mobiliser contre le cancer

Corinne Delmas
Des environnements à risques
Marcel Calvez, Des environnements à risques. Se mobiliser contre le cancer, Presses des Mines, coll. « Sciences sociales », 2011, 217 p., ISBN : 9782911256660.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage porte sur les signalements de cancers ou de clusters, selon le terme utilisé en épidémiologie, et sur leur publicisation. Depuis une dizaine d’années, ces signalements sont devenus un phénomène notable, 38 ayant été recensés par l’Institut de Veille sanitaire (InVS) entre 1997 et 2002, 405 par le National Center for Environmental Health aux Etats-Unis, de mai 2002 à janvier 2004. Émanant le plus souvent d’acteurs locaux, ils retiennent l’attention dans la mesure où les pathologies cancéreuses touchent des populations inhabituelles (en particulier de jeunes enfants) et/ou se caractérisent par une ampleur peu fréquente selon les représentations courantes. Ils interpellent également puisqu’ils cristallisent une sensibilité collective à l’égard des pollutions industrielles ; en effet, ce sont des usines ou des sites pollués qui sont incriminés, focalisant les préoccupations relatives à des pollutions environnementales. « À ce titre, ils sont emblématiques d’inquiétudes contemporaines relatives à la santé et aux transformations de l’environnement » (p. 8).

2À partir des acteurs locaux, l’ouvrage oriente le regard sur la construction et la publicisation des problèmes de « santé environnementale » ; il éclaire la construction, en la matière, d’une connaissance et son ancrage local, souligne les modalités du signalement, les formes publiques qu’il acquière depuis les sollicitations des autorités par les acteurs privés jusqu’aux relations avec les experts mandatés. Pour ce faire, trois études de cas contrastés composent l’ouvrage, chacun faisant l’objet d’un chapitre, qui en présente la chronologie, le contexte, les acteurs et l’ancrage local de la mobilisation. Un quatrième chapitre met en perspective ces trois cas pour instruire la formation des signalements tandis qu’une courte conclusion entrouvre la question de l’ancrage culturel des risques.

3Trois signalements sont ainsi exposés : Saint-Cyr l’Ecole et ses relais de téléphonie mobile, Vincennes et la pollution d’une ancienne usine chimique, Nivillac et son incinérateur.

4Objet du premier chapitre, la mobilisation relative aux antennes relais installées sur le toit d’un groupe scolaire d’un quartier de Saint-Cyr l’Ecole (le quartier de l’Epi d’or), se développe dans un contexte de forte confrontation entre les opérateurs et les associations se mobilisant contre la multiplication de ces antennes, et de sensibilisation nationale et européenne aux effets sanitaires de la téléphonie mobile. Portée par des mères de famille ayant leurs enfants scolarisés dans cet établissement, cette mobilisation fait suite au décès de deux enfants, en 1996 et 1998, et à l’essor de pathologies spécifiques chez d’autres enfants entre 1998 et 1999. Elle se cristallise lorsque les opérateurs de téléphonie envisagent d’installer de nouvelles antennes dans le quartier. Les autorités sanitaires, après avoir jugé, dans un premier temps, une telle enquête illégitime d’un point de vue scientifique se saisissent, non sans réticence, à la demande du maire mais aussi d’un opérateur téléphonique, de la question et engagent des études sur l’ampleur des pathologies chez les enfants de Saint-Cyr l’Ecole. Parallèlement, des associations locales se mobilisent, se regroupent, publicisent leur action et obtiennent le démantèlement des antennes litigieuses dès avril 2003, sans que les autres antennes du quartier ne soient pour autant retirées. Ce n’est qu’en octobre 2004 que les résultats de l’expertise épidémiologiques sont connus ; concluant à l’absence de cluster tout en reconnaissant un nombre élevé de cas de cancers chez les enfants (nombre supérieur à la moyenne attendue), elles suscitent la réprobation de la population locale et ne lèvent pas les incertitudes quant aux effets sanitaires des antennes. « Ce caractère inabouti quant au problème de santé posé constitue un trait singulier de la situation locale » (p. 16).

5Le chapitre II traite d’un signalement à Vincennes, avec pour cadre, un quartier résidentiel construit sur l’ancien site industriel des usines Kodak. Là encore, les cas de cancers concernent des jeunes enfants ; trois sont connus en 1999 et rapidement mis en relation avec l’ancien site chimique. Les autorités sanitaires engagent une étude qui ne conclut pas à l’existence d’un agrégat. Toutefois, la connaissance de nouveaux cas en 2001, la mobilisation locale marquée par l’action des associations de parents d’élèves et la constitution d’un collectif vigilance Franklin s’assignant un rôle d’information du grand public et s’affichant comme un contre-pouvoir face aux expertises officielles, conduisent à de nouvelles études, auxquelles sont associés les acteurs locaux mobilisés, parmi lesquels le toxicologue et militant Henri Pézerat, à l’origine, avec une directrice d’école, des signalements de cancers. La découverte d’autres cas donne lieu également à une importante campagne de communication municipale. Le maire décide de fermer l’école entre 2001 et 2004, pour soustraire les enfants à la forte médiatisation de l’affaire. Les études concluent à une absence de risque sanitaire avéré pour la population, mais des campagnes de surveillance environnementale sont menées entre 2004 et 2007. Les habitants n’obtiendront finalement jamais de réponse quant à la cause des cancers pédiatriques ; l’école déménage puis réaménage sans qu’il y ait eu d’action entreprise ; les études aboutissent à un constat de pollution de la nappe phréatique aux causes incertaines et qu’aucune autorité ne tentera d’éliminer. Cette affaire se caractérise par des relations conflictuelles avec les experts, et la place de médiateur entre les autorités sanitaires et les acteurs locaux occupée par le scientifique militant Henri Pézerat, ce qui permet « non sans tensions, qu’une communication s’instaure malgré des univers de référence et des modes de raisonnement différents » (p. 123). Cette médiation n’est pas sans limite, toutefois, comme l’illustre la démission de Pézerat du comité de suivi. Les autorités publiques diffusent de l’information, limitant ainsi l’amplification médiatique de la situation et jouant également un rôle important dans la prise en compte du signalement. Ces médiatisations ont permis aux acteurs locaux mobilisés dans le collectif de s’acculturer à l’expertise épidémiologique et d’en développer une approche critique « là où, à Saint-Cyr l’Ecole, la critique en est restée aux conclusions qui étaient inacceptables pour les personnes qui s’étaient mobilisées » (p. 123).

6Le troisième chapitre présente le signalement d’un village du Morbihan (Nivillac) mettant en cause un incinérateur d’ordures. Interpellées par trois médecins généralistes en 2001 à propos d’un éventuel excès de cancers dans une zone de proximité de l’incinérateur arrêté depuis 1999, les autorités sanitaires ne donnent pas suite. Il faut attendre la publicité donnée aux problèmes posés par un incinérateur en Savoie (à Gilly sur Isère) pour que soient menées des études exploratoires, à la demande du ministère de la santé ; ces études concluent à l’absence d’agrégat et de cause imputable à l’incinérateur. Fin juin 2002, deux plaintes sont déposées, dont l’une pour le compte des habitants atteints d’un cancer. Le cas de Nivillac est également utilisé comme exemple emblématique des dangers de l’incinération, dans le cadre d’un débat sur le traitement des déchets ménagers dans le sud du Morbihan. Par opposition aux deux affaires précédentes, loin de concerner des enfants, les cas de cancer signalés concernent majoritairement des personnes âgées ; il n’a donc pas « le caractère singulier ou extraordinaire que peut revêtir un cancer d’enfant. Pathologie ordinaire associée au vieillissement, il peut se passer d’une explication spécifique dans la culture locale » (p. 173). Par ailleurs, dans ce territoire rural relativement isolé et éclaté, la mobilisation locale est faible, même si elle est compensée par une forte médiatisation. Porté essentiellement par deux acteurs locaux (médecins généralistes), le signalement de Nivillac n’est pas un objet structuré de revendications, par opposition aux cas précédents où des associations locales s’étaient constituées. Les acteurs, peu nombreux, ne parviennent pas à se mettre d’accord sur une représentation partagée.

  • 1  Eu égard au caractère restreint de la base empirique, d’autres études locales étant en cours en vu (...)
  • 2  Phil Brown, « Popular Epidemiology, Toxic Waste and Social Movements », in : Jonathan Gabe ed., Me (...)

7Le quatrième chapitre met en perspective ces trois cas pour caractériser, à titre provisoire1, les signalements de cancer. Plusieurs composantes sont mises en avant : le territoire et ses particularités sociodémographiques (la mobilisation ayant pour cadre des zones habitées à fort capital culturel), les acteurs (forte mobilisation féminine suite à des cancers d’enfants), les réseaux sociaux locaux (reposant sur une adhésion volontaire, soutenus par une pratique régulière porteuse d’une sociabilité spécialisée), les représentations des victimes (figure centrale de l’enfant victime permettant des logiques d’accusation sociale). Le chapitre définit également les conditions de la formation des signalements : liens avec l’expérience intime (rôle du travail émotionnel, difficulté à passer d’une affliction individuelle à une action collective à Nivillac), existence d’atteintes de santé atypiques, présence de réseaux de circulation de l’information (par exemple les associations locales de parents d’élèves) et rôle en la matière des contraintes exercées par la structure urbaine, obligeant « les personnes à penser en termes de quartier et qui conduisent à un ancrage des plaintes dans les réseaux de voisinage, ce qui favorise une réponse en termes de voice » (p. 188), accusation d’une source de pollution, absence d’interdépendance entre les plaignants et les acteurs de la source incriminée… L’ouvrage insiste enfin sur la construction d’une connaissance locale permettant de conforter la relation de causalité entre l’agrégat de pathologies et la source supposée ; il souligne aussi les relations différenciées à l’expertise et mobilise la notion, développée par Phil Brown, d’« épidémiologie populaire », notion permettant d’insister sur l’apport de l’expertise profane mais aussi sur les conflits de perspective l’opposant à l’expertise épidémiologique ; en effet, « l’épidémiologie populaire est plus qu’une participation publique à l’épidémiologie traditionnelle, dans la mesure où elle met en avant les facteurs sociaux et structurels comme une composante de la chaîne causale de la maladie. De plus, elle implique des mouvements sociaux, utilise des approches politiques et judiciaires et remet en cause les postulats de base de l’épidémiologie traditionnelle, de l’évaluation des risques et des réglementations de santé publique »2 (p. 195).

8Une courte conclusion de six pages ouvre le propos sur l’ancrage culturel des risques et des signalements, dans la continuité des travaux de Mary Douglas, Ulrich Beck et Anthony Giddens. Un signalement peut se développer à la condition « qu’il réponde à des préoccupations locales et qu’il puisse être formulé d’une façon telle que ces préoccupations puissent être entendues dans l’espace public. » (p. 204) Ainsi, l’impact émotionnel suscité par des morts d’enfants ne suffit pas à expliquer pourquoi des personnes se mobilisent. Les mobilisations qui se développent (par opposition au cas de Nivillac où elle échoue) concernent des cancers d’enfants et se caractérisent par la place centrale occupée par le couple « mère enfant », les femmes se mobilisant au nom de leurs enfants. Ce serait « de cet ancrage du risque dans le lien de filiation et des transformations biographiques qu’il engage que les signalements tirent leur force. C’est de la capacité à faire valoir ce lien dans l’espace public que les signalements acquièrent une notoriété ou s’étiolent » (p. 206).

9La frustration suscitée le caractère cursif et allusif de la conclusion n’enlève rien à l’intérêt suscité par un ouvrage clair, didactique, convaincant. On ne peut que souhaiter lire la suite annoncée, qui devrait sans doute permettre d’affiner l’analyse et de creuser les pistes esquissées ici.

Haut de page

Notes

1  Eu égard au caractère restreint de la base empirique, d’autres études locales étant en cours en vue d’affiner ou de réfuter l’analyse. Le programme de recherche en cours porte sur la cristallisation des plaintes en santé environnementale dans le cadre des programmes de recherche environnement santé travail de l’ANSES (2010-2012). Localisés en Bretagne, les terrains de recherche portent sur la mise en cause dans des cancers d’incinérateurs, de centres d’enfouissement des déchets, d’antennes relais, d’éoliennes et de la pollution de l’eau.

2  Phil Brown, « Popular Epidemiology, Toxic Waste and Social Movements », in : Jonathan Gabe ed., Medecine, Health and Risk. Sociological Approaches, Oxford & Cambridge, Blackwell, Sociology of Health and illness series, 1995, p. 91-112.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Marcel Calvez, Des environnements à risques. Se mobiliser contre le cancer », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 18 janvier 2012, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7297

Haut de page

Rédacteur

Corinne Delmas

Politiste et sociologue, maître de conférences à l'Université Lille 2 et membre du CERAPS (Centre d'Etudes et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales, UMR 8026 CNRS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page