Navigation – Plan du site

Jean-Marc Moutout, De bon matin : un film à l’ère de la réification

Jean Ferrette
De bon matin
Jean-Marc Moutou, De bon matin, Les Films du losange, 2011.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Le compte rendu d’Igor Martinache du film de Jean-Marc Moutout, De bon matin, est assez fidèle au film, et mobilise dans son analyse des notions de sociologie, mais demeure cependant, me semble-t-il, incomplet. Je dois confesser avoir ressenti un certain malaise en sortant de la salle et j’ai cherché à savoir pourquoi. Me situant davantage dans la lignée du Sigfried Kracauer  lorsqu’il écrivit De Caligari à Hitler : une histoire psychologique du cinéma allemand, (Editions L’Âge d’Homme, 1973), cette contribution est moins un « contre » qu’un « autrement ». Il s’agit surtout pour moi de voir en quoi un film révèle une époque, et ce qu’il nous dit malgré lui, et au-delà la plupart du temps des intentions de son auteur, sur celle-ci.

2Dans De bon matin l’intrigue ne saurait être plus simple : Paul Wertret, un cadre supérieur d’une grande banque, self made man à sa manière, se retrouve un jour au placard. À bout de ressources, il tue un supérieur et un stagiaire avant de se donner la mort. Nul suspens, donc, d’autant plus que la fin nous est donnée… dès les premières images ! On attend donc de la suite qu’elle nous éclaire, sous forme de flashbacks, sur le parcours d’un homme réduit à cette extrémité.

3Et c’est là que nous sommes déçus dans nos attentes : alors que nous supposons, ou sommes en droit de l’être, que le film dévoilera des intrigues, de fausses loyautés et de vrais revirements, bref une interprétation shakespearienne de la réalité sociale faite de bruits et de fureurs, c’est tout le contraire qui se produit. La réalité qui nous est présentée est lisse, aseptisée. On aurait aimé un traître, un héros, une égérie, tout ce qui fait le sel du drame, qui nous tient en haleine en accentuant les aspérités de l’existence. Car les êtres qui l’entourent sont tout sauf déloyaux. Ils parviennent même, à certains moments, à être sympathiques… pourvu que, comme eux, on adhère aux règles du jeu. Ce sont de braves types : ils l’invitent volontiers à leur fête (au même titre que tous les autres), et s’ils licencient ou placardisent, il ne faut surtout pas y voir une raison personnelle. Outre la scène initiale, trois séquences éclairent le fonctionnement de l’entreprise. Le licenciement d’une employée tout d’abord, « par sa faute ». Culpabilisé à l’idée d’être tenu pour responsable d’une décision qu’il n’a pas prise, il convoque l’employée, rapport en main, pour plaider son innocence et lui conseiller d’aller aux prud’hommes. Celle-ci se lève, furieuse, et s’en va. Notre cadre ne comprend pas qu’elle a tout simplement compris, et admis, la règle du jeu : si la décision de licenciement n’était effectivement pas contenue dans le rapport, elle découle de celui-ci, par le simple constat des capacités de réorganisation et des coûts. Le rapport a simplement, au-delà de toute intention de son auteur, démontré que cela était possible. Or c’est cette logique, immanente à l’entreprise elle-même, qui conduira à la suppression de son poste et à sa relégation (sans diminution de salaire) dans un bureau sans activité. Là encore, aucune intention maligne ne préside à cette décision : l’entreprise, en difficulté, doit réduire ses coûts. Nul ne lui est hostile. Bien au contraire : quand la direction apprend qu’il cherche du travail ailleurs, elle le soutient par un rapport élogieux.

4Pas de harcèlement, pas de « pervers narcissiques ». Alors, où est le problème ? Paul Wertret n’est pas très convaincant lorsqu’il traite la direction de « salauds » quand un cadre dirigeant, avec lequel il entretient des relations d’amitié, est licencié. L’accusation qui lui est portée est-elle fondée ? Lui fait-on « porter le chapeau » pour des actes collectifs dont il ne serait pas responsable ?  Nous ne le saurons pas. Son attitude est donc étrange pour tout le monde. Mais sans doute la comprend-on mieux à la lumière de la troisième séquence (par ordre d’importance), lorsqu’il se rend à un entretien d’embauche. Il répète son discours, travaille son attitude : oui, il adhère au projet d’entreprise, à tel point que c’est le seul motif de sa demande d’embauche… mais il se trahit lui-même en disant que « si cet emploi est autre chose, ça ne l’intéresse pas », ce qui provoque un gloussement de la part d’une des membres de la commission. Car s’il doit y avoir adhésion, celle-ci doit demeurer crédible. Attendre d’un postulant qu’il joue un rôle est une chose, qui permet de tester son degré d’adaptation non à l’activité de l’entreprise, mais à la position salariale elle-même. Or un rôle, pour être convaincant, ne doit pas être surjoué. Toute l’incompréhension est là : « cadre maison », parti de la base, ayant gravi les échelons qui mènent de la succursale de quartier au siège social, il se trouve entre deux cultures : celle d’hier, faite de proximité avec les collègues, les clients et la famille… et celle d’aujourd’hui, faite de calcul avantages/coûts dans lesquels les sentiments, les émotions, et les valeurs de fidélité et de loyauté n’ont pas de place. Alors qu’il n’est plus dans le monde d’hier, il ne parvient pas à être dans celui d’aujourd’hui. Il se trahit en exagérant son adhésion à la norme, qui est une manière de démontrer qu’elle n’est pas vécue.

5Le spectateur peut éprouver un malaise à la vue de ce film, qui ôte toute humanité à ses personnages. Point de passion, mais la simple exécution logique de faits qui imposent leur conclusion par eux-mêmes. Les personnages sont des pions, le savent, l’acceptent, et exécutent ce que les faits (et non les hommes qui pourraient leur donner des ordres) attendent d’eux. L’irresponsabilité est généralisée. Il n’y a donc pas de coupable, seulement un  contexte – la crise– et des mesures qui s’imposent d’elles-mêmes : la réduction des coûts. Tout se passe comme s’il ne s’agissait que d’un « système des objets » : chaque être humain au travail est un être désocialisé. L’amitié, la loyauté, l’ancienneté, ne comptent pas davantage que la roublardise et la trahison. Ce dernier fait est remarquable dans un système qui prône l’individualisme et sa conséquence, la responsabilité, comme figure rhétorique, mais refuse toute mise en pratique dans le cadre des décisions au sein de l’entreprise.

6C’est donc de rapports entièrement réifiés qu’il s’agit, substituant aux rapports sociaux des rapports entre les choses. Or cette manière de voir, nommons-là idéologie, n’est pas neuve : elle est même une des caractéristiques du capitalisme. Voici ce qu’écrivait Marx en 1847 : « Tous les liens complexes et variés qui unissent l’homme féodal à ses “supérieurs naturels”, [la bourgeoisie] les a brisés sans pitié pour ne laisser subsister d’autre lien, entre l’homme et l’homme, que le froid intérêt, les dures exigences du “paiement au comptant”. Elle a noyé les frissons sacrés de l’extase religieuse, de l’enthousiasme chevaleresque, de la sentimentalité petite-bourgeoise dans les eaux glacées du calcul égoïste. Elle a fait de la dignité personnelle une simple valeur d’échange ; elle a substitué aux nombreuses libertés, si chèrement conquises, l’unique et impitoyable liberté du commerce. En un mot, à la place de l’exploitation que masquaient les illusions religieuses et politiques, elle a mis une exploitation ouverte, éhontée, directe, brutale. »1

  • 2  Lukács Georg, Histoire et conscience de classe, Paris, éd. de Minuit, 1960, page 86.

7Ce film révèle « l’esprit du temps » qui ne voit dans la crise financière qu’une fatalité qu’on peut toujours essayer de conjurer, mais non des décisions que l’on peut combattre. Mais il montre surtout l’urgence et la nécessité de recourir aux catégories de pensée forgées pour cette analyse par Marx et Lukács. Ce dernier écrit, au début de son célèbre texte sur la réification : « L’essence de la structure marchande a déjà été souvent soulignée ; elle repose sur le fait qu’un rapport, une relation entre personnes prend le caractère d’une chose et, de cette façon, d’une « objectivité illusoire » qui, par son système de lois propre, rigoureux, entièrement clos et rationnel en apparence, dissimule toute trace de son essence fondamentale - la relation entre hommes. »2 Mais ce n’est pas tout : en retirant aux hommes toute passion, tout désir de faire le bien ou le mal, ce qui est nié c’est toute une tradition de réflexion sur les passions qui, d’Aristote à Descartes nous conduit à Freud.

8La sociologie est cruelle : elle trouve des enchaînements de cause à effet là où l’acteur social ne voit que l’effet du hasard et de la libre volonté ; elle dévoile un inconscient social là où il ne percevait que des intentions singulières. Mais de tous les champs de la sociologie, celle des œuvres est probablement la plus sévère : en dehors et au-delà de la qualité professionnelle de la réalisation, de la singularité de l’œuvre et du plaisir esthétique, elle revendique le droit d’analyser de manière critique… De manière plus critique que celle des critiques professionnels, dont la sociologie pourra du reste toujours retourner les critiques contre leurs auteurs au nom même des critères propres à la profession. Or la sociologie revendiquant son autonomie se dérobe à tout recours profane au nom de sa tradition, de ses outils et de sa scientificité. Que l’on pardonne ici au sociologue la double blessure narcissique infligée aux auteurs et aux spectateurs, qui n’a rien à voir avec la qualité artistique.

Haut de page

Notes

1  Le manifeste du parti communiste. Voir en ligne : http://www.marxists.org/francais/marx/works/1847/00/kmfe18470000a.htm.

2  Lukács Georg, Histoire et conscience de classe, Paris, éd. de Minuit, 1960, page 86.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Ferrette, « Jean-Marc Moutout, De bon matin : un film à l’ère de la réification », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 19 janvier 2012, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7299

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page