Navigation – Plan du site

« Apprendre le travail », Agone, n° 46, 2011

Samuel Bouron
Apprendre le travail
Sylvain Laurens, Julian Mischi (dir.), « Apprendre le travail », Agone, n°46, 2011, 224 p., Marseille, Agone, ISBN : 9782748901450.
Haut de page

Texte intégral

1Suite à la traduction de l’ouvrage de Paul Willis, L’école des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers, Agone propose un dossier dont les contributions reprennent à leur compte le projet de Willis. Puisque l’école a ouvert ses portes au plus grand nombre, on pourrait croire que l’essentiel de l’objectif d’une école émancipatrice est atteint, explicitent dans l’éditorial Sylvain Laurens et Julian Mischi. Mais ce n’est qu’une illusion, le processus de reproduction social décrit par Pierre Bourdieu dans les Héritiers s’est transformé mais n’a pas disparu. En ouvrant la « boîte noire » de l’école, en reliant la sociologie de l’éducation à d’autres sphères de la vie comme le travail, on découvre ainsi tout le sens du processus de « formation » des individus. L’école prépare les individus à accepter leur destin en donnant goût au travail manuel à l’encontre du travail intellectuel, en particulier pour les classes populaires.

2Le projet de P. Willis rappelle L’ordre des choses de Claude Grignon, dont la conclusion de l’ouvrage est rééditée. L’enseignement professionnel transmet des schèmes de pensée, des dispositions morales qui conduisent les ouvriers qualifiés à rester à leur place et même à se faire gardiens de l’ordre symbolique. En appliquant quotidiennement et de manière pratique un ensemble d’oppositions (théorique/pratique, concret/abstrait, utile/intellectuel), les élèves incorporent un « sens des limites » qui les place entre les cadres et les ouvriers, dans une aristocratie ouvrière partageant avec le patronat une idéologie technique.

3Ces schèmes mentaux, qui aboutissent donc à déconstruire la classe ouvrière, résultent d’une politique de valorisation du travail manuel, élaborée par les libéraux dans les années soixante-dix, sur laquelle reviennent Sylvain Laurens et Julian Mischi. L’économiste Lionel Stoléru sera consulté pour mettre en place une commission composée de syndicalistes aux origines sociales assez modestes et de politiques partageant un syndicalisme chrétien. Tandis que le PC mène une campagne contre la pauvreté et donne indirectement une représentation dominée et misérabiliste du groupe ouvrier, s’éloignant de l’image héroïque de la classe ouvrière, le pouvoir en place valorise par l’école la dimension artisanale et vocationnelle du métier. L. Stoléru modifie ainsi la représentation symbolique du groupe en opposant le travailleur « étouffé par la représentation syndicale » à une attitude individualisée et dépolitisée, plus « responsable » et émancipatrice. L’art de faire disparaître le groupe ouvrier de l’espace public.

4Dans un entretien, Paul Willis revient sur sa posture de recherche et met en relief l’originalité de son analyse de la reproduction sociale. Pour le sociologue du Centre de Birmingham, ce n’est pas parce qu’il existe des rapports de domination que les groupes dominés ne disposent d’aucune autonomie culturelle, laquelle se réalise sous forme de créativité, d’esthétique de la contestation, bref par une humeur anti-scolaire. Ainsi, la force de l’institution scolaire n’est pas d’imposer mécaniquement un travail qui présente en lui-même peu d’intérêt, mais d’offrir un encadrement dans lequel ils vivront une expérience valorisant leur culture anti-scolaire. C’est pourquoi Paul Willis défend une posture ethnographique qui ne vise pas à superposer les points de vue, mais à comprendre comment les changements sociaux génèrent de nouvelles productions culturelles dans toutes les sphères de la vie.

5Les analyses de Willis permettent alors de déconstruire un ensemble de présupposés de la sociologie de l’éducation. Ugo Palheta rappelle qu’en dépit de la massification scolaire, la ségrégation sociale s’est maintenue. On présente aux élèves d’origine populaire leur orientation scolaire comme un choix mais ils ont objectivement plus de chances de redoubler, d’être orientés vers des filières atypiques ou déclassées. Toutefois, pour Audrey Mariette, la catégorie institutionnelle d’échec scolaire doit être relativisée, notamment selon l’origine sociale. Les causes d’arrêt d’étude des élèves de BEP et bac pro préparant aux métiers de l’électrotechnique sont parfois liées à un accès à l’indépendance vécu pour ces jeunes d’origine populaire comme un succès.

6L’article de Lucie Alarcon explicite les enjeux de la formation des agriculteurs. Dans un groupe social dont la reproduction s’effectue traditionnellement par la famille, l’émergence d’un parcours de formation va à la fois bureaucratiser le métier et favoriser les échanges vers l’extérieur, contribuant en quelque sorte à une rationalisation et une « modernisation » des tâches. Enfin, Séverine Misset met en relief les effets pervers de la massification scolaire. L’orientation des ouvriers qualifiés leur est présentée comme positive, réalisant leur goût pour les tâches manuelles et leur donnant une perception individualisée de leurs parcours. Cette qualification positive de l’école rend alors plus difficile le refus des emplois souvent précaires qui leur sont proposés par la suite, sur un marché du travail auquel ils vont finalement s’ajuster.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Bouron, « « Apprendre le travail », Agone, n° 46, 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 19 janvier 2012, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7308

Haut de page

Rédacteur

Samuel Bouron

ATER en sociologie à l'Université de Picardie Jules Verne, membre du CURAPP (Centre Universitaire de Recherche sur l'Action Publique et le Politique, UMR 6054 CNRS) et du GRESCO (Groupes de recherches et d'études sociologiques de Centre Ouest, EA 3815)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page