Navigation – Plan du site

« Hériter et transmettre », Idées économiques et sociales, n° 166, décembre 2011

Sophie Andreetta
Hériter et transmettre
« Hériter et transmettre », Idées économiques et sociales, n°166, décembre 2011, SCEREN/CNDP-CRDP.
Haut de page

Texte intégral

1Dirigé par A.-C. Broutelle et M. Grosgeorge, ce dossier « Hériter et transmettre » réunit quatre articles visant à souligner la dimension à la fois économique et symbolique des biens hérités.

2Dans le premier article, A. Jourdain et S. Naulin proposent un rappel de la théorie de Bourdieu et de la place, primordiale, qu’y occupe la notion d’héritage « au sens large » sous forme de transferts intergénérationnels. Elles reviennent sur les notions de capital culturel, d’habitus ainsi que sur le rôle de l’institution scolaire, pour rappeler que la théorie de P. Bourdieu laisse une certaine place à la liberté individuelle, à la transformation et l’utilisation personnelle des capitaux « hérités » d’une génération à une autre.

3Dans le deuxième article, M. Grosgeorge se centre sur l’aspect « matériel » de l’héritage et sur son importance économique. Elle s’intéresse à la transformation du patrimoine en héritage par le biais des transferts intergénérationnels publics et privés. La perspective qu’elle développe est intéressante en ce qu’elle souligne la dimension macroéconomique de l’héritage et insiste sur le rôle de l’Etat dans la régulation des transferts intergénérationnels.

4Dans « Le prodigue saisi par le droit » A. Gotman s’intéresse à la prodigalité et aux normes légales qui l’entourent. Cet article fait figure d’exception dans le dossier : il se base sur des données empiriques et non uniquement théoriques, et s’intéresse de plus près aux dynamiques familiales au-delà des questions de reproduction sociale. Au XVIIe siècle, dans de nombreux pays européens, la loi sanctionnait la dissipation du patrimoine et retirait toute disposition à ceux qui dilapidaient leurs avoirs. Allégées par la suite dans le Code Civil, ces mesures visaient avant tout à protéger le patrimoine familial. C’est au XIXe siècle que des protestations se firent entendre, qualifiant ces dispositions d’entrave à la liberté et estimant injustifiée l’intervention des futurs héritiers. La fin de l’incapacité du prodigue est finalement prononcée en 2007, effaçant ce dernier des textes juridiques, même si l’altération des facultés mentales peut toujours être invoquée pour placer sous tutelle une personne qui dilapiderait ses avoirs. Cette forme de « prodigalité médicale » concerne particulièrement les personnes âgées, lorsqu’une personne de compagnie gagne leur confiance sous l’œil méfiant des enfants par exemple. À travers cette description de l’évolution des normes qui encadrent la prodigalité, A. Gotman suscite une réflexion bien plus large sur l’idéologie de la parenté et de la transmission en Occident : il semblerait que quelle que soit l’époque, dépenser sa fortune au bénéfice de non-parents est considéré comme potentiellement illégitime, voire illégal.

5Enfin, l’article d’A.-C. Broutelle porte sur la transmission des affinités politiques d’une génération à l’autre. Elle propose un état des lieux théorique de la question tout en insistant sur le rôle de l’environnement familial dans la reproduction des opinions politiques mais aussi sur l’idée que les enfants ne reproduisent pas nécessairement l’orientation partisane de leurs parents.

6Entre sociologie de la famille et économie, ce dossier propose un bilan théorique sur un thème central en sociologie, mais pourtant peu abordé. Il nous permet de sortir d’une conception étroite et ethnocentrique de l’héritage comme la transmission de biens matériels par voie de succession pour s’intéresser de façon plus large aux transferts intergénérationnels. Mais dans ce cadre, il est aussi plus difficile de penser les spécificités de l’héritage à proprement parler comme un phénomène lié au décès, à la tristesse et à la transmission – voire au partage – d’un patrimoine. Qu’en est-il, par exemple, de l’attachement sentimental à certains biens qui les rend presque inaliénables ou des stratégies des héritiers qui tentent de s’accaparer la part belle du patrimoine de leurs ascendants ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Andreetta, « « Hériter et transmettre », Idées économiques et sociales, n° 166, décembre 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 19 janvier 2012, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7311

Haut de page

Rédacteur

Sophie Andreetta

Aspirante FNRS -Doctorante au LASC, Institut des Sciences Humaines et Sociales, Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page